icanopee

Suivre l'actu du blog

Calendrier

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archives mensuelles : octobre 2017

Philips Lumify : l’échographe mobile connecté est-il le stéthoscope de demain ?

Après un lancement aux Etats-Unis, Philips commercialise depuis cet été en France, son Lumify, un échographe mobile déjà présenté en mai à la Paris Healthcare Week. Si les urgentistes et les cabinets de kinésithérapie sont les premiers intéressés, ce type de dispositif léger et maniable, pourrait bien devenir à terme le stéthoscope de demain.

Même si cela reste cher pour l’équipement d’un médecin libéral qui ne pourra pas vraiment le rentabiliser (pas d’acte…), le Philips Lumify est incontestablement séduisant par son faible encombrement et sa maniabilité.
PHILIPS LUMIFY_S4-1 Hand_phone_composed PHILIPS LUMIFY_S4-1_MildTrauma_0213_reduiteL’échographie devient accessible dans des situations de mobilité ainsi que dans un cabinet libéral.
Le Lumify est une belle alternative aux échographes ultraportables avec un écran réduit. Il couvre le niveau 1 de l’échographie clinique en médecine d’urgence (ECMU). Nombre d’échographies pratiquées en situation d’urgence pourraient l’être in situ là où le patient est secouru, avant son transfert et sans perdre en qualité. Outre les urgentistes et les kinésithérapeutes, qui sont ses premières « cibles », Philips compte aussi séduire les médecins du sport, les rhumatologues, les gastro-entérologues, les sages-femmes qui se déplacent à domicile, et pour finir, les médecins libéraux qui n’utilisent pas encore les ultra-sons. C’est le stéthoscope de demain !

L’écran est celui du smartphone ou de la tablette

Plus besoin d’écran, puisque la sonde (superficielle, abdominale et cardiaque) se combine avec celui d’un smartphone ou d’une tablette; un bémol cependant, le Lumify n’est pas compatible avec les iPhone et les iPad car Apple ne permet pas l’accessibilité de l’appareil à la batterie de ses produits. Très léger, le Lumify n’a pas en effet de batterie propre mais la sonde se branche par cordon USB sur le smartphone ou la tablette. D’où une autonomie de 2 à 3h sur un smartphone et de 3 à 5h sur tablette (on trouve sur le site la liste des produits compatibles dont les Samsung Galaxy S, pour la bonne résolution de leur écran). Une fois l’examen réalisé, on peut l’exporter par Wifi sur un serveur distant (celui du centre de soins par exemple) et en DICOM, le format universel des images médicales. Selon Philips, la qualité des images satisfait pleinement les professionnels qui l’ont essayé pour des usages tels que le diagnostic, le guidage et le triage des patients en urgence, le suivi d’une rééducation, la détection.

L’application se charge sur Google Play (50 Mo à télécharger). Lumify est un dispositif médical de Classe II A. Il est commercialisé avec ses trois sondes à 7111 euros HT avec 5 ans de garantie (échange standard) ou 140 euros HT/mois sur cinq ans ou par abonnement 199 euros/mois.
www.philips.fr/healthcare/sites/Lumify



MediStory 4 disponible pour iPad

MS 4ipadIl y a des choses qu’il faut savoir attendre… pour les obtenir!
C’est le Club Medistory Breizh qui en a eu la primeur ce 5 octobre à Dinan ou plus exactement à l’hôtel Mercure de Lanvallay.
Alors que la disponibilité de MediStory 4 pour iPad était annoncée avec téléchargement sur l’App Store (en libre service pour tester sur iOS11), les invités de MediStory Bretagne ont pu de 16h à 22h en découvrir la version commercialisée (après un long bétatest) déployée sur cinq stands : iPad, lecteur, mobilité, Mac, Migration. C’est en effet un système complet qui est livré par Prokov éditions. La lecture des cartes Vitale et CPS se fait par un lecteur sans fil Es-Kap-Ad (TRS) de Kapelse qui fonctionne en WiFi. Ce type de lecteur (RAC) n’a été homologué pour iOS qu’en février dernier. Cela a encore pris du temps pour le mettre en parfaite harmonie avec la tablette. Inutile de dire que le petit monde des medistoriens (pas si petit avec plus de 12 000 utilisateurs tout de même) a bruissé d’excitation toute la soirée …
Pour la version Mac OS il faudra attendre encore un peu… Mais quand patience rime avec efficience…

Voir la fiche Medistory 4 sur Buzz Medecin .On peut relire avec profit le compte-rendu  de la démonstration à laquelle avait assisté Buzz Medecin en février 2016.
On trouve aussi des infos complémentaires sur le site dédié medistory.com qui décrit bien la philosophie 4×4.
Medistory 4 sera également présent au Journées nationales de médecine générale (JNMG) les 12 et 13 octobre à la Grande Arche de Paris la Défense



60% des jeunes médecins associent informatique et gain de temps

Selon une étude menée par Cegedim Logiciels médicaux (CLM) et le magazine en ligne What’s up Doc, 60% des jeunes médecins associe informatique et gain de temps. Cette enquête révèle aussi que leurs attentes ne correspondent pas toujours aux usages actuels les plus répandus. Aux logiciels d’évoluer en conséquence.

L’informatique doit leur faire gagner du temps (60%) et aussi améliorer la prise en charge diagnostique et thérapeutique (54%). Pour 77% ,l’informatique est source d’efficience organisationnelle et d’optimisation de la qualité de dossiers.
Les 222 jeunes médecins (moyenne d’âge 33 ans, 2/3 installés ou en cours d’installation, 53% spécialistes, 38,8%MG) qui ont participé à l’enquête au premier semestre 2017, placent donc en tête des usages comme la gestion des rendez-vous (78%), la communication avec les patients (58%), l’amélioration de la coordination des soins (52%) qui ne sont pas encore très répandus . La gestion comptable fait également partie du top 3.
 

Exigeants sur la sécurité et la traçabilité

Leurs exigences portent sur la sécurité (68%) et la traçabilité (82%). Et ils sont une majorité (61%) à considérer l’utilisation d’un logiciel certifié comme une garantie de la sécurité des données. D’une certaine façon, la prescription sécurisée les rassure.
Vivant dans le monde de la mobilité, ils pensent à 60% qu’une application logicielle doit pouvoir être utilisée aussi bien sur ordinateur que sur smartphone ou tablette et ils ont tendance à rechercher un accès web des applications.
La moitié d’entre eux montre un intérêt pour les objets médicaux connectés et plébiscitent le glucomètre (80%) et le tensiomètre (78%).
En bon éditeur, CLM a également sondé les attentes par rapport aux services.
L’évolutivité des outils et la réactivité arrivent en tête (82%) suivi de la possibilité d’extraire les données et de faire des statistiques, à égalité avec le besoin d’un service technique facile à joindre (77%). 63% souhaitent n’avoir qu’un seul interlocuteur et 56% veulent de la formation pour laquelle la formule « présentiel » (42%) est désormais moins appréciée que le e-learning (65%) et les vidéos (53%).
A bon entendeur- éditeur, salut !
Voir l’enquête « Sommes nous des médecins numériques ? »