madeformed mars juillet

Calendrier

novembre 2018
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives mensuelles : novembre 2018

Alliance de 3 start-up pour le parcours de soins en cancérologie

 A l’occasion des Rencontres Françaises de la Cancérologie 2018 du 27 au 28 novembre à Paris, Cureety, Doctoconsult et libheros, trois startups complémentaires de l’écosystème eSanté ont annoncé leur alliance pour faciliter le parcours de soins en cancérologie pour le patient mais aussi pour ses proches.

Les solutions développées par ces trois startups sont inter-opérées pour proposer une expertise de pointe gratuite à chaque étape du parcours de soins en oncologie pour le patient,
A partir de la plateforme de Cureety, se trouvent accessibles tous les services connexes de prise en charge des patients atteints de cancer (lien quotidien avec l’hôpital, prise de rendez-vous avec une infirmière à domicile, téléconsultation avec un oncologue). 
Le business model de Cureety repose sur la collecte des données de vie réelles anonymisées qui permettent de réaliser des études en vie réelle complémentaires des études cliniques.  D’où une gratuité totale y compris pour les établissements de soins. Cureety a développé une solution “Digital Therapeutics” qui aide les médecins à optimiser le parcours de soins des patients atteints de cancer. Cette application gratuite de suivi médical à distance s’intègre dans le quotidien des patients et des établissements de santé et permet un suivi affiné des effets secondaires liés aux traitements antitumoraux. Grâce à une classification des patients par ordre de sévérité de leur état de santé, les équipes médicales concentrent leurs efforts sur les patients en ayant le plus besoin, et modulent leurs traitements pro-activement, ce qui permet de limiter les hospitalisations d’urgence.
Précurseur de télémédecine libérale spécialisé dans les consultations médicales en psychiatrie, pédopsychiatrie, addictologie et nutrition, Doctoconsult a été créé par la psychiatre Fanny Jacq, et a été lauréat d’un concours organisé par l’AFSOS pour le lancement de son service de soins oncologiques de support. La pratique de la télémédecine étant désormais ouverte au remboursement par la Sécurité sociale ,le service est aujourd’hui ouvert à tous les médecins libéraux. Doctoconsult vient de lever 2 millions d’euros pour developper des outils de thérapie numérique.
Quant à libheros, c’est le spécialiste de la prise de rendez-vous pour les soins infirmiers et la commande en ligne de matériel médical utile aux soins. Pour les établissements de santé, le service payant « libheros coordinateur » permet d’organiser et de coordonner le retour à domicile du patient en sortie d’hôpital.

Cette approche d’un service gratuit pour les établissements et reposant sur une alliance a suscité l’intérêt d’une trentaine d’établissements publics et de trois groupements de cliniques privées.A suivre.

Trois start up pour l'oncologie



DMP : un nouvel élan pour le carnet de santé électronique

 IMG_7343En le rendant disponible pour tous, créé par tout un chacun aussi bien que par un professionnel de santé, ou dans une CPAM ou une pharmacie, l’Assurance Maladie, désormais chargée de sa généralisation, compte sur les patients autant sinon plus que sur les professionnels pour assurer le succès du Dossier Médical Partagé (DMP) dont la campagne de communication commence ce 9 novembre. Venue épauler le lancement « national » du DMP, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a souligné que ce « maillon indispensable de la continuité des soins » s’inscrit dans les objectifs du plan « Ma santé 2022 » mis en œuvre par le gouvernement.

 

De « ma mémoire santé » en 2007  à « la mémoire de votre santé » en 2018

Créé par la loi du 13 août 2004, confié en préfiguration à un GIP DMP, puis à partir de 2009, par Roselyne Bachelot à la jeune ASIP Santé qui le lance officiellement le 5 janvier 2011, le Dossier Medical Personnel devient de 2ème génération en octobre 2012 sous Marisol Touraine, sans jamais vraiment prendre son envol. Régulièrement épinglé par la Cour des Comptes, le DMP est plus que jamais le Dossier Mal Parti, comme le nomme ses détracteurs.

 IMG_7351IMG_7350
En juillet 2016, l’Assurance Maladie se retrouve en charge du dossier : « on n’a pas repris le travail de zéro, explique son directeur général Nicolas Revel, mais on a cherché à comprendre, pourquoi le DMP n’avait pas encore trouvé sa place » avec l’ouverture de seulement 500 000 dossiers (dont la moitié vides) en 12 ans.

Premier obstacle identifié : quand c’était au médecin de procéder à l’ouverture du dossier, ce dernier n’avait pas le temps.
En réduisant le temps de création à 30 secondes et en y associant d’autres professionnels comme les pharmaciens (rémunérés 1 euro par DMP), on est passé au 30 octobre à 1,8 million de DMP

Deuxième obstacle l’alimentation. Pour amorcer la pompe, l’Assurance maladie fournit deux ans d’historique des remboursements dans une présentation adaptée pour devenir un historique des soins . Une passerelle est prévue à terme vers le DP Dossier pharmaceutique. Les médecins traitants devraient être en mesure de fournir le VSM, le volet de synthèse médicale produit de façon quasi automatique par leur logiciel métier DMP compatible (69% le sont) dont l’équipement fait partie du forfait structure.
Mieux informatisés qu’il y a dix ans, les établissements hospitaliers sont plus à même d’envoyer des comptes rendus.  Les biologistes devraient suivre…L’arrivée de la prescription électronique fera le reste.

Pour mobiliser l’ensemble des professionnels, le DMP devient consultable par tous les porteurs d’une CPS (médecins, chirurgiens dentistes, infirmières, sages femmes, kiné..), avec des droits d’accès limités pour des paramédicaux comme les orthophonistes ou les opticiens.

Autre facteur de réussite : la confiance qui doit être partagée par le public autant que par les PS.
Le DMP est hébergé en France, dans le Nord dans les serveurs HADS de Santeos (budget d’hébergement de 15 millions d’euros annuels). L ‘Assurance maladie n’a accès a aucune donnée patients du DMP ; c’est la loi. Et l’ouverture d’un DMP n’est pas une obligation.
 Les PS ont besoin de leur CPS pour y accéder et le titulaire du DMP est prévenu de chaque connexion ainsi que de l’arrivée d’un nouveau document. Pour consulter son DMP, l’assuré reçoit un mot de passe par mail ou par SMS et dispose d’une application smartphone. Les patients peuvent masquer certains documents. Et pour les données sensibles, en cancérologie par exemple, un rapport d’anapath sera masqué jusqu’à ce que le patient concerné soit vu en consultation.

Quel Intérêt pour les soignants et notamment les médecins ?

Le médecin traitant a la haute main sur le DMP, voit tout et dépose le volet de synthèse médicale.
La présence d’un  DMP se révèle particulièrement utile dans une quinzaine de cas d’usage.
Deux médecins sont venus en témoigner lors de la conférence de presse de lancement.
Pour le Dr Eric Lecarpentier, directeur du SAMU 94 (Val de Marne), c’est évidemment dans les cas d’urgence que le DMP jour un rôle important. Appelé par le 15, le médecin régulateur pourra consulter le DMP du patient (accès en mode urgence) pour prendre la meilleure décision et adresser par exemple un patient dans l’établissement qui le suit déjà (cancérologie par exemple).
Quant au Dr Jean-Michel Lemettre, généraliste à Amboise qui a participé aux réflexions sur le contenu du VSM, il cite de nombreux exemples : les patients inhabituels, les échanges avec les autres professionnels, l’utilité de regrouper toutes les informations pour les personnes polymedicamentées. Paradoxalement, ce sont les personnes âgées qui demandent à créer un DMP car elles sont contentes de ne pas avoir à répéter leur parcours de santé à chaque nouvel intervenant.
Outre les accidents thérapeutiques et les examens inutiles qui pourront être évités, le DMP est aussi un moyen d’échanger en temps réél des informations entre professionnels, en complément de la messagerie sécurisée de santé.

En pratique

La création par un PS à partir de la carte Vitale prend trente secondes. Il faut présenter le DMP au patient et recueillir son consentement, lui demander s’il est d’accord pour l’accès en urgence, indiquer une adresse mail ou un numéro de mobile
Le DMP est organisé en 9 espaces : synthèse (le VSM), traitement, résultats d’analyse, imagerie, compte rendu de consultation (spécialiste, hôpital), prévention, certificats, données de remboursement,  espace personnel.
Le médecin peut récupérer les documents qui lui paraissent utiles pour enrichir son dossier patient
Le médecin traitant est charge de déposer le VSM. Une opération qui se fait d’un clic si les informations ont été bine structurées dans un logiciel ad hoc DMP compatible. Lors de l’atelier, a été ainsi présenté la gestion du DMP dans les logiciels Axisante et Crossway.
« Il y a un travail à faire lorsque les informations ne sont pas structurées, reconnait le Dr Lemettre, lorsque je récupère des patients d’un médecin qui part à la retraite sans successeur, je passe de 30 à 40 minutes par dossier. »
Il n’y a pas de rémunération spécifique pour le dépôt du VSM, a précisé Nicolas Revel puisque l’équipement d’un logiciel DMP compatible fait partie de la rémunération du forfait structure.
C’est aussi de l’efficacité de l’informatique des cabinets que dépendra le succès du DMP.
Objectif : 40 millions de DMP en 4 ans

* Les logiciels des infirmières, kiné, sages-femmes, etc  sont en cours d’adaptation pour devenir DMP compatibles.

Site dmp.fr

Conseiller DMP du lundi au vendredi de 8h30 à17h30 au 0810 331 133 (6cts/mn)