madeformed mars juillet

Suivre l'actu du blog

Calendrier

décembre 2018
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives mensuelles : décembre 2018

Le recours à la télémédecine peut dégager des économies pour l’Assurance Maladie

356 millions d’euros d’économie par an sur trois pathologies…ce qui couvrent amplement les frais de télésurveillance, de téléconsultation ou de télé expertise. Tels sont les résultats d’une étude IQVIA presentée dans les locaux du LEEM, le syndicat de l’industrie pharmaceutique

Il fallait en avoir le cœur net. Et c’est l’Association des laboratoires japonais présents en France (LaJaPF) qui a décidé de confier à la société IQVIA (nouveau nom du regroupement d’IMS Health et de Quintiles) une étude scientifique sur l’impact de la télémédecine sur les parcours de soins à travers trois exemples : l’HTA, le diabète et le cancer de la prostate.
Pourquoi des laboratoires japonais? Parce qu’explique Patrick Errard président de l’association, d’une part la télémédecine est déjà assez répandue au Japon, d’autre part les laboratoires ne peuvent se désintéresser de cette innovation qui figure en bonne place dans le plan Ma santé 2022 .

Supervisée par l’économiste de la santé Claude Le Pen, conseiller scientifique, cette étude inédite s’est déroulée en deux temps : une synthèse de la littérature (recherche bibliographique) qui a permis de dégager les impacts déjà constatés et un travail épidémiologique en partenariat avec l’université de Lyon à partir de la base EGB (échantillon généraliste des bénéficiaires) de l’Assurance maladie portant sur 727 972 personnes. Pour chacune des pathologies, les investigateurs ont donc identifié la population ciblée, le dispositif de télémédecine à mettre en place , et les impacts attendus.

Dans l’hypertension artérielle (1 633 442 patients), un télé monitoring (2 mesures/jour) en lien avec une plateforme qui relaie les informations, permet d’espérer moins de consultations de médecins et d’infirmières (-63%) et une diminution de la consommation de médicaments (-25%) par un meilleur ajustement du traitement, soit une économie de 197 €/an/patient. L’enveloppe disponible à 50% de cette somme serait de 99 € soit 8€/mois pour le dispositif.

Pour le cancer de la prostate, l’impact est constitué par la suppression des frais de transports et des arrêts de travail qui sont substitués par des consultations paramédicales (+3%) et deux actes de téléconsultation urologue. Qu’il s’agisse de patients ayant subi une prostatectomie de moins de trois mois (6765 patients), ou de patients traités par hormono ou chimiothérapie (41 570 patients), l’enveloppe annuelle dégagée (toujours évaluée à 50% de l’économie potentielle) représente 320 ou 265 € pour financer les deux actes de téléconsultation d’urologue.

Enfin, concernant le diabète de type 2, seule la télé expertise avec un ophtalmologue pour suspicion de rétinopathie diabétique a été retenue (14 955 patients). L’acte de télédiagnostic se substitue à des consultations ophtalmologiques inutiles occasionnant des examens et des transports. D’où une économie de 539 €/an/patient et une enveloppe à 50% de 270 € pour financer le télédiagnostic.

Malgré les limites de cette modélisation, qui ne prend pas en compte le coût de la télémédecine ni ses éventuels bénéfices médicaux et sociaux, Claude Le Pen conclut à son "réel potentiel de contribution à l’efficience du système de soins"
. Les résultats de l’étude ont été adressés à la CNAM et au Ministère de la Santé.

Voir le dossier de presse sur le site du LEEM