madeformed mars juillet

Calendrier

septembre 2019
L Ma Me J V S D
« juil    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

SESAM-Vitale

Page 1 / 3123»

Un terminal santé et bancaire ouvert aux applications

Pour la société qui l’a conçu à partir d’un TPE du fabricant chinois Pax, n°2 mondial sur ce marché, c’est un chaînon manquant dans la famille des lecteurs SESAM-Vitale. Car il combine la fonction bancaire et la lecture des Cartes Vitale et CPS dans un smartphone sous android, un système non propriétaire, ouvert vers le développement d’applications.

Spécialisé depuis de nombreuses années dans la fourniture de lecteurs et solutions pour la télétransmission, AF Care a fait homologuer en février dernier par le GIE SESAM Vitale un petit module Smart Duo First pour iOS (7 février) et pour Android (15 février) qui permet un accès sécurisé aux cartes CPS et Vitale utilisable pour tous les services de la sphère.
Le principe est d’utiliser son smartphone comme terminal intelligent et de le faire communiquer par bluetooth avec un accessoire, le module lecteur de cartes (technologie PC/FC). Une nouvelle version Nomade est en cours d’homologation.
TPE-sante-android-cb-vitale-cpsLe TPE Santé Pax A 920 se situe dans la droite ligne de ces développements.
Le Pax A 920 a d’abord été homologué pour la monétique avec Nepting, un partenaire français.
Pour adapter le matériel chinois à la santé, AF Care a ensuite remplacé la trappe d’origine du TPE par une trappe avec lecteur de CPS. Le lecteur de carte bancaire permet aussi de lire la carte Vitale.
Ce TPE-lecteur santé est en fait un smartphone sous Android. Contrairement aux autres TPE, il ne fonctionne pas sous un OS propriétaire et ouvre donc aux développeurs d’application un vaste champ de possibilités. C’est l’application santé d’ AF Care qui lui permet de lire les CV et les CPS (pour la création de FSE). lecteur-cps-tpe-bancaire
La société travaille actuellement sur une application mobile TLA qu’elle va présenter à l’homologation du GIE dans le cadre de la norme dispositif intégré. Ces nouveaux terminaux devraient répondre aux différentes besoins des professionnels de santé en mobilité, comme la consultation du DMP et la connexion aux teleservices de l’Assurance Maladie.
C’est maintenant aux éditeurs de logiciels métier de les intégrer dans leurs solutions.
AF Care a commencé sa tournée des éditeurs.

www.afcare.fr



Sephira : 20 ans au service de la gestion « sans douleur » des FSE

 Sephira, entreprise pionnière de la télétransmission autonome et mobile, leader chez les médecins spécialistes et les sages-femmes avec Intellio, a fêté ses 20 ans en juin. Pour célébrer cet anniversaire ses 26 000 clients, professionnels de santé libéraux se sont vu proposer un jeu concours avec tirage au sort en septembre ! Et pour Buzz Médecin, c’est l’occasion de faire le point sur le présent et l’avenir de la télétransmission et du tiers payant.

Il y a 20 ans, Sephira s’installait au Mans (où se trouve également le GIE SESAM-Vitale) avec l’objectif de simplifier la gestion des FSE par les professionnels de santé
A l’époque, tous les médecins, loin de là, ne s’étaient pas mis à l’informatique et la télétransmission, imposée par les ordonnances de 1996, rencontrait de vives résistances.
C’est dans ce contexte qu’un jeune ingénieur, Daniel Israël conçoit une solution autonome indépendante de l’ordinateur et qui plus est mobile. En utilisant non pas un simple lecteur SESAM-Vitale branché sur l’ordinateur mais un terminal bifente doté d’une batterie, d’un logiciel de télétransmission et de mémoire (pour la cotation des actes), pouvant éditer une facture, à l’image des terminaux bancaires. Il suffit de le placer sur son socle en fin de journée pour télétransmettre les FSE en utilisant la ligne téléphonique (RTC). Sephira se charge alors de tout : pointer les lots de FSE, gérer les retours Noémie, renvoyer les FSE rejetées etc…et garantit le bon fonctionnement du lecteur avec un échange standard.

Le GIE SESAM Vitale n’avait pas prévu ça

Intellio 2001Un an après son lancement en mai 2000, la solution baptisée Intellio a conquis 3000 clients. « Et Intello créa la simplicité » dit sa publicité… Un de ses principaux concurrents « sans ordinateur » propose de télétransmettre avec… un minitel alors très répandu ! Le GIE SESAM Vitale n’avait sûrement pas prévu ces solutions alternatives ! Mais ne peut que se réjouir de voir augmenter le nombre de médecins télétransmetteurs !
Sephira va aussi profiter de l’arrivée d’Internet dans les cabinets (plus de communication téléphonique en sus), des progrès technologiques des terminaux et s’adapter à toutes les nouvelles exigences de la CNAM et du cahier des charges SESAM-Vitale. Dernière en date, la facturation des actes de téléconsultation et de téléexpertise.
Pour les médecins désormais informatisés en masse ( la ROSP va contribuer à vaincre les récalcitrants), Sephira créé web Intellio sur ordinateur et rachète le logiciel de gestion de cabinet Medicawin pour pouvoir proposer un dossier patient à son important parc de clients et l’accès au fameux DMP dont on commence à parler. Le succès est relatif.
Le cœur de métier de Sephira c’est la gestion des flux de télétransmission, comme le souligne Daniel Israël à Buzz Médecin en évoquant le lancement de TipTop, le nouveau service pour le tiers payant obligatoire  « Nous sommes à la fois éditeur et concentrateur et occupons donc une place de choix nous avons la main sur l’émission du flux. Notre expertise, c’est la facturation. Et nous proposons une qualité de services qui n’a rien à voir avec la soumission aux exigences de l’Assurance Maladie". Mettre en avant les avantages du tiers payant en gain de temps et de gestion comme hier ceux de la télétransmission, c’est le nouvel objectif de Sephira.  TipTop interroge les droits du patient (ADRi et IDB  pour les mutuelles) et le paiement du médecin est garanti. «  Cela supprime le rapport à l’argent et évite la rupture de soins »

Demain plus Cloud


Et demain ? Le cloud bien sûr. Sephira a acquis le logiciel web Ubinet pour les paramédicaux et va sortir en septembre à leur intention une application tous supports pour une facturation en mobilité total
. Puis ce sera en décembre, le tour des médecins de se voir proposer un logiciel de facturation en mode cloud tous supports, toutes plates-formes.
« Savez vous que nombre de plates-formes de téléconsultation nous ont consulté pour la facturation ? » indique Daniel Israël pas du tout inquiet par l’arrivée de la e-Carte Vitale, l’appli carte Vitale dont les expérimentations vont commencer. Intellio qui a obtenu la conformité logicielle avec l’appli carte Vitale (sur le smartphone du patient) va y participer. Le patient positionne le smartphone et son application sur le Tag NFC fourni au professionnel et Intellio récupère les informations.
Confiant dans l’avenir, même si beaucoup de médecins clients vont partir à la retraite, le président fondateur de Sephira observe : « On ne s’est pas démodé. Intellio reste plus vendu que web Intellio. Nous offrons toujours une réponse à la télétransmission sans équivalent et une vraie liberté pour les jeunes médecins. L’option tiers payant ajoute à ce côté sécurisant. »

 

En chiffres : Sephira compte une centaine de personnes au Mans et en Israël (recherche développement) et un chiffre d’affaires de 14 millions d’euros . 65 millions de FSE sont émises par ses 26 000 clients professionnels de santé pour un montant de l’ordre de 2 milliards d’euros de prestations facturées.



Paymed, une alternative libérale au tiers payant

Depuis la mi-mai, Paymed a lancé une nouvelle offre pour les professionnels de santé libéraux qui veulent offrir le tiers payant en toute sécurité

La généralisation du 1/3 payant intégral reste d’actualité. Son déploiement est prévu à partir de la fin 2019. (voir l’article du blog)
En raison de l’opposition des professionnels de santé craignant des surcharges administratives, le tiers payant est généralisable mais non plus obligatoire.
Néanmoins, les praticiens sont bien conscients de la simplicité et de l’avantage pour le patient. D’où l’apparition de solutions simplifiant le suivi du paiement (voir en bas de page).
Plusieurs syndicats professionnels se sont donc mobilisés pour créer Paymed fin 2017, en s’appuyant sur le savoir-faire de Santeffi, qui gère déjà notamment la télétransmission et le tiers payant des officines.
Il ne s’agit pas que de pointer les annonces"théoriques" de paiement du professionnel de santé (retour Noémie). Paymed est une alternative à la dispense de l’avance de frais avec un paiement unique Paymed.
Paymed est l’établissement de paiement pour l’émission de paiement unique quelle que soit la domiciliation bancaire du professionnel de santé.
Paymed assure la télétransmission et prend en charge chaque facture du pointage bancaire jusqu’à l’encaissement. Les tableaux de bord mis à disposition dans une espace personnel sécurisé facilitent le suivi.
L’offre est compatible et complémentaire avec les logiciels du marché.
Sans engagement et sans frais de dossier, l’abonnement est à 36 € TTC/mois pour les auxiliaires et à 60€/mois pour les médecins.
Paymed est agréée OCT (organisme concentrateur technique) et par l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution chargé de la supervision des secteurs bancaires et d’assurance). https://www.paymed.pro/

Voir la vidéo de présentation

Autres offres :
- Sephira s’est lancé avec TiPTop Voir l’article
- Uni à Sicorfé, Saficard propose Crésanté Cash www.saficard.com
- Et Selfmed doit proposer sa solution automatisée avant la fin de l’année.



Lecteurs Smart Vitale : une nouvelle gamme pour la mobilité

Forte de l’expérience acquise depuis 25 ans avec les taxis pour la prise en charge de leurs trajets sanitaires, la société AF Care, société sœur de la société Soraya qui équipe 2000 taxi avec sa solution Smart Vitale (voir l’article du blog), se lance dans une nouvelle gamme de petits lecteurs de carte vitale et CPS adapté aux situations de mobilité

Lancer sur le marché un nouveau lecteur de cartes bifente alors que la CNAM communique sur la dématérialisation de la Carte Vitale, n’est-ce pas un pari risqué et dépassé?
Cela va prendre du temps, beaucoup de temps, alors que de nouveaux besoins apparaissent qui ne sont pas bien pris en compte, estime Alexis Gandubert, fondateur et actionnaire d’AF Care dont le produit Smart Vitale Mobile s’efforce de répondre aux exigences d’une utilisation nomade.

Pour donner plus d’autonomie et de réactivité au lecteur tout en diminuant son coût, AF Care a choisi de mettre toute l’intelligence dans le smartphone ou la tablette (iOS lecteur smart vitale mobileet Android, Windows en cours) dont il utilise l’écran et avec lesquels il communique par Bluetooth (comme un objet connecté).
Fabriqué en France (sauf les composants) Smart Vitale mobile n’a donc rien d’un terminal. De technologie PC/SC, il est léger et peu fragile. Il se contente de lire la carte Vitale à glisser dans la fente tandis que la carte CPS reste à l’abri dans son logement. Résultat, le Smart Vitale Mobile gagne en autonomie ( il assure jusqu’à 300 lectures sans avoir besoin d’être rechargé contre une centaine pour les terminaux lecteurs) . Peu gourmand en énergie, il peut rester en veille, d’où un démarrage quasi instantané. De même, il sera un excellent support pour l’accès rapide au DMP ou aux téléservices avec un accès Wi-Fi dans les parages pour la tablette ou le smartphone. 
Reste à obtenir l’homologation du GIE SESAM Vitale attendue pour la fin 2019 et qui satisfait à toutes les exigences de sécurité.
Ce lecteur ne sera pas vendu directement mais proposé par les éditeurs qui l’intégreront dans leurs solutions. Les infirmières sont les premières ciblées mais aussi les médecins urgentistes. Le développement de la télémédecine ouvre également la voie à des solutions simples et moins coûteuse de lecture de la carte Vitale dans les EHPAD par exemple.
Sans compter les besoins d’accès au DMP. Si  celui ci prend son envol.  AF Care est en discussion avec plusieurs partenaires pour une commercialisation en 2020.
www.afcare.fr



Dégel du tiers payant intégral : un nouveau calendrier pour une généralisation progressive 2018-2021

C’est un rapport de l’IGAS remis le 23 avril au ministère de la Santé et à destination du parlement qui a relancé la perspective de la mise en oeuvre du tiers payant généralisable (Assurance obligatoire + complémentaires) avec un nouveau calendrier de déploiement.

En octobre 2017, l’IGAS a rendu, rappelons-le, un premier rapport soulignant les obstacles techniques et psychologiques s’opposant à la généralisation du tiers-payant jugée « irréaliste » à la date du 30 novembre fixée par le précédent. Ce qui a conduit la ministre Agnès Buzyn à reporter le processus. Mais pas à l’abandonner puisqu’elle a confié à l’IGAS en décembre un nouveau rapport sur les conditions de sa mise en œuvre.
Premier constat des rapporteurs, le tiers payant progresse, notamment dans les pharmacies mais reste limité à 28% des consultations et actes médicaux. Hors cas d’obligation légale (CMUC, ALD, accidents du travail, maternité) où il atteint 85%.
Ce qui a pêché jusqu’ici, ce sont les retards techniques. Le ministère se veut rassurant :
- les outils développés par l’Assurance maladie obligatoire sont disponibles et en cours de diffusion (téléservice d’accès aux droits intégré ADRi, permettant de vérifier les droits à jour du patient). Ouvert en 2016, le téléservice ADRi équipe 157 000 PS (au 1er mars) et a reçu au mois de janvier 4,7 millions d’appels en ligne.
- les outils des complémentaires (téléservice de droits complémentaires et de calculs IDB-CLC) sont en partie disponible et en cours de développement. Ils doivent couvrir 75% des assurés dès mi-2018 et la quasi totalité en septembre 2019.
De leur coté, les représentants des éditeurs de logiciels via la FEIMA (Fédération des éditeurs d’informatique médicale ambulatoire) se sont engagés à intégrer ses outils pour la mi-2019 au plus tard.
Ensuite, précise l’IGAS, « Si l’année 2018 est mobilisée par les développements, test et agréments des premiers éditeurs, l’expérience des évolutions récentes montre qu’il faudra un à deux ans après commercialisation pour que la démonstration d’une pratique simple et fiable du tiers payant convainque progressivement les médecins », il faut viser une montée en charge « prévisible sur quatre ans, de 2018 à 2021 ».
Le ministère a retenu ce calendrier pour un « déploiement effectif du tiers payant intégral sur la base d’outils simples et robustes » à partir de fin 2019.
Quatre activités ou populations ont été identifiées comme prioritaires : tous les actes pris en charge à 100 % par la Sécu (actes de dépistage du cancer) ; ceux réalisés pendant la permanence des soins ; l’activité en centre de santé ; les jeunes et étudiants (18/25 ans). Pour les centres de santé, cela suppose d’ajouter la prise en compte du critère intégration des services ADRi et IDB dans le label ASIP Santé.
Le comité de pilotage du tiers payant va poursuivre ses travaux pour préconiser les modalités de mise en œuvre opérationnelle pour ces publics à la rentrée de septembre. L’IGAS préconisait aussi de poursuivre en 2018 les groupes de travail profession par profession. Le but : assurer une « communication pédagogique » auprès des soignants et des patients, mais aussi « engager à terme une rénovation des bases conventionnelles »

Intégration dans les logiciels en 2018-2019

Les éditeurs attendaient ce nouveau calendrier. Pour certain, il y a une opportunité pour créer un nouveau service à valeur ajouté avec vérification des factures.
Parmi les premiers à monter au créneau, Sephira avec le service TiPToP qui a été présenté en janvier dernier (voir l’article)
Chez Aatlantide, qui gère de nombreux centres de santé, le Tiers payant intégral est déjà opérationnel via le service de gestion Acteur FSE, avec suivi des remboursements et rapprochement bancaires. Les téléservices de vérification des droits ne peuvent qu’améliorer le recouvrement.
Au 1er mars, 41 éditeurs avaient reçu l’autorisation de diffuser ADRi (pour 66 logiciels), dans le cadre du tiers payant pour les patients à 100%. Cette vérification des droits en ligne diminue les risques d’impayés ce qui est apprécié des professionnels devant pratiquer le 1/3 payant.
La FEIMA a toutefois recommandé d’attendre une plus grande couverture des téléservices des complémentaires, dépassant les 75% de la population, avant de se lancer.
Chez CompuGroupMedical (Axisante, Hellodoc), le Tiers Payant intégral c’est dans la « RoadMap (feuille de route) d’ici à la fin de l’année.
Chez Cegedim Logiciel Medicaux (Crossway, Mediclick, MLM), on suivra le calendrier FEIMA.
Il est vrai qu’il n’y a pas encore une forte demande de leurs clients médecins…D’autant que ces services ne seront pas gratuits. Il faudra expliquer qu’ils sont rentables car ils font gagner du temps. Et sont appréciés des patients

Voir la présentation et le rapport



La télétransmission chez les libéraux : les médecins font 300 FSE/mois en moyenne

Le GIE SESAM-Vitale a mis en ligne vendredi sur son site un document, plutôt destiné aux industriels, sur le marché de la télétransmission des professionnels de santé libéraux et portant sur la période juillet 2015-juin 2016. On y apprend que les 343 000 professionnels de santé en télétransmission envoient 300 FSE/mois en moyenne. Et que les médecins sont pile dans la moyenne !

etude de marche SVPour son analyse, le GIE SV n‘a eu qu’à puiser dans les chiffres de télétransmission des feuilles de soins électroniques dont il dispose.
En juin 2016, les 343 000 professionnels de santé libéraux en télétransmission (y compris les transporteurs…) ont émis 100 millions de FSE soit 300 FSE chacun. Avec 300 FSE/mois (soit 65 actes télétransmis par semaine), les médecins sont donc dans la moyenne, les auxiliaires sont à 50 et les pharmaciens à 2 000.
Pour le GIE SV, le marché de la télétransmission apparait « concentré ». 15 éditeurs « font » 81% des FSE (Cegedim 19%, Epsilog 11%, CompuGroup 10%, CBA 7%, Sephira 6%, Idea 5% (après le rachat de Télévitale), Julie 4% et Prokov 3%). Mais 141 éditeurs font moins de 1%. Sur la période juillet 2015-juin 2016, en baisse, CompuGroup et Sephira. En hausse, Cegedim, CBA, Prokov.
Sur le marché des médecins, qui a gagné 1700 spécialistes sur la même période, cinq éditeurs tiennent 71% du marché : CompuGroup, Sephira, Cegedim, Prokov et Pyxistem. A noter, 93 éditeurs proposent un logiciel métier n’intégrant pas la facturation SV.

L’intégration du DMP et des téléservices boostée par la nouvelle convention

En janvier 2017 (l’étude a été actualisée), l’intégration des téléservices de la CNAMTS était assez variable d’un éditeur à l’autre : 7 téléservices chez Prokov, Cegedim, Imagine, Pyxistem ; 5 chez CGM CompuGroup), Sephira ; 4 chez CBA, 3 chez Saficard, 2 chez Affid et ELD.
Le GIE SV souligne qu’en 2017, la nouvelle convention médicale avec la prise en compte du forfait structure qui introduit des prérequis (intégration de la dernière version SV, du DMP et objectifs quantitatifs sur l’usage des téléservices (AAT, PSE, DMT, CM AT/MP certificat pour les accidents de travail et maladies professionnelles) pourrait accélérer le déploiement de SESAM Vitale addendum 7 (si besoin de la CCAM multitarifs qui y est incluse) et l’intégration de ces fonctionnalités dans les logiciels. L’utilisation du NIR comme identifiant de santé doit aussi se répandre. Parmi les évolutions, le GIE SV observe la généralisation du standard PC/SC (petit lecteur de carte), la poussée des solutions mobiles (Simply Vitale, Smart Vitale, Pyxvital Android..). Et rappelle que 2017 est l’année du déploiement de la cryptolib CPS V5 version 5 … Des évolutions CPS que l’on voudrait, quant à nous, voir apporter plus de simplicité que de complexité…

Télécharger l’étude



Tiers payant : les complémentaires offrent leurs services

Alors que depuis le 1er janvier, tous les soins pris en charge à 100% (ALD et maternité) doivent être facturés en tiers payant, l’association Inter-AMC qui regroupe les complémentaires (mutuelles, société d’assurance et de prévoyance) propose trois services pour convaincre les professionnels de santé de passer facilement au tiers payant intégral (quand leurs éditeurs auront fait les développements adéquats).

La CNAMTS était la première à le souligner, fin octobre 2016, 96,8% des dépenses prises en charge au titre de l’ALD et 86,6% des dépenses liées à la prise en charge de la maternité étaient déjà facturées en tiers payant. Ainsi la pratique du tiers payant pour le 100% a progressé de manière significative en 2016 chez les professionnels de santé. La CNAMTS a fait de son côté des progrès avec un taux de rejet passé de 1,90% en janvier 2016 à 1,08% en octobre et un délai de paiement moyen de trois jours. De plus, depuis le 1er janvier, les rejets liés aux parcours de soins sont supprimés pour tous les patients et une équipe dédiée s’est mise en place * Les complémentaires comptent bien profiter de cette nouvelle pratique limitée à la part obligatoire pour encourager les professionnels de santé à passer volontairement au tiers payant général. Pour cela, l’association InterAMC propose :

  • L’impression d’un code datamatrix (à scanner) sur les attestations 1/3 payant pour éviter la saisie
  • L’ouverture d’un portail web pour contractualiser avec les mutuelles avec un contrat unique
  • L’utilisation de services en lignes IDB (identification des droits du bénéficiaire) et CLC (calcul des droits) pour récupérer les droits des patients et calculer le montant du remboursement à implémenter dans les logiciels comme le service ADR (accès aux droits) des assurances obligatoires.

    Ce qui donne le schéma suivant (vu sur le site du GIE SESAM-Vitale)

    tiers payant AMC

 

 

Les 3/4 des logiciels métier sont déjà en mesure ou en passe de proposer le service ADRi (ADR intégré, transparent pour l’utilisateur). Les complémentaires poussent maintenant les éditeurs à de nouvelles intégrations. Tout dépendra de la demande des médecins et de leurs patients.

• Les conseillers spécialisés sont joignables au 09 72 72 72 50 (prix d’un appel local) du lundi au vendredi de 8h à 17h et jusqu’à 20h les mercredis et jeudis + service pour les centres de santé depuis le 2 février



Le « DSC-BT » de Sylyca, un lecteur PC/SC de cartes CPS et Vitale pour des applications sur smartphone et tablette

La nouvelle stratégie de standardisation des composants du GIE SESAM-Vitale porte déjà ses fruits avec l’arrivée d’un modèle bi-fente utilisant la technologie PC/SC pour la lecture des cartes Vitale et CPS. Alors que jusqu’à présent, nous n’avions vu que quelques applications pour les transports sanitaires par exemple. 

Christophe FerrandoChristophe Ferrando, fondateur de la société Sylyca, après 17 ans chez CBA (éditeur de la solution de télétransmission In’DI et du logiciel Agathe pour les infirmières) est venu présenter son innovation à Buzz Medecin, juste après son homologation.
« Informaticien et développeur passionné » comme il aime à se décrire, il a travaillé deux ans avant de trouver les composants suffisamment puissants pour supporter les exigences de SESAM-Vitale (en matière de sécurité notamment). Le nouveau référentiel accès aux cartes (RAC) est sorti le 3 août dernier. Et un nouvel outil est né.

Un lecteur format smartphone sans écran et Bluetooth

Format smartphone, le « DSC-BT » lit les carte Vitale (dans la fente supérieure) et CPS (réceptacle au verso). Il n’a pas d’écran puisqu’il fonctionne avec une DSC-BTapplication téléchargée sur le smartphone ou la tablette. iOS et Android, il est compatible avec les deux univers et pourrait l’être aussi pour le monde Windows. Comme pour tout objet connecté, on effectue un appairage à la première utilisation (on peut appairer autant de smartphones que de PS utilisateurs).
« DSC-BT, pour Dual Smart Card BlueTooth, explique Christophe Ferrando, ce sont les éditeurs qui trouveront un nom plus attractif pour leurs applications. »
Au départ de chez Sylyca, le DSC-BT ne peut en effet servir qu’à la lecture de la carte Vitale. C’est le kit de développement fourni aux éditeurs par la société qui devrait permettre l’éclosion d’applications : pour la création des FSE (l’approche est différente de celle d’un TLA, les FSE créés sont stockées dans l’application pas dans le lecteur) mais aussi pour la consultation des téléservices et du DMP. « Nous avons un partenariat avec la société iCanopée pour la connexion au DMP. », précise Christophe Ferrando.
On voit déjà le parti que pourront tirer de ce lecteur élégant et léger les médecins possesseurs d’iPad pour peu que les éditeurs développent les solutions adaptées.
Bienvenue à l’imagination pour adapter les nouveaux outils aux situations  de mobilité des professionnels de santé.

* Conçu et fabriqué en France (avec des composants asiatiques…), le DSC-BT fonctionne sur un processeur double cœur avec 1 Go de RAM et 4Go de stockage. Batterie standard rechargeable et remplaçable (cordon standard micro USB) offrant une journée d’autonomie (100 lectures de carte). Bluetooth smart low energy (compatible smartphones et tablettes récents). Connexion à un ordinateur via le port USB. Il n’est pas encore commercialisé.

 



DMP et téléservices au menu de la Rencontre Industriels du GIE SESAM-Vitale

Buzz medecin n’était pas invité à la Rencontre Industriels qui s’est tenue ce 22 novembre dans les locaux de la MGEN à Paris mais a suivi le fil twitter créé pour l’occasion par le GIE SESAM-Vitale qui organisait cette matinée. (#RencontreIndus2016).

Tandis que l’Assurance Maladie a présenté aux industriels le nouveau forfait structure, différents responsables du GIE SESAM-Vitale ont présenté tout au long de la matinée la feuille de route 2017 qui se décompose de la façon suivante :
- présérie du DMP repris par la CNAMTS dans 9 caisses (Amiens, Créteil, Saint-Brieuc, Strasbourg, Tours, Besançon, Clermont-Ferrand, Toulouse, Bayonne)

-Un nouveau service à venir des le premier trimestre, le Protocole de soins électronique PSEi

– le déploiement au premier janvier de nouveaux services par les Assurances Maladie Complémentaires dans le cadre de l’étape du tiers payant obligatoire pour ALD/Maternité : l’annuaire AMC, le service IDB (identification des droits des bénéficiaires) et CLC (CaLCul des droits)

Le GIE a également présenté la nouvelle stratégie de standardisation des composants d’accès aux cartes, dont les lecteurs PC/SC autorisés dorénavant pour tous les professionnels tandis que le CNDA a présenté la procédure d’homologation de DMP compatibilité. Au 1er décembre, c’est en effet le GIE SESAM-Vitale qui prend la suite de l’ASIP santé pour les relations avec les industriels concernant le DMP.

Ce fut aussi l’occasion de faire le point sur les télé services les plus récents. Le service ALDi affection de longue durée en intégré est déjà intégré par trois industriels, le service électronique de facturation pour les transports sanitaires compte plus de 120 000 utilisateurs, 44300 PS sont équipés d’une offre ADRi le service d’acquisition des droits. Et surtout le GIE se félicite du succès du service IMTi (Information sur le médecin traitant) qui a doublé son nombre d’utilisateurs en moins de six mois, pour atteindre 10 000 médecins et 2 millions de connexions mensuelles.



Tiers payant au 1er juillet : vous pouvez le faire !

Faute d’avoir pu le rendre entièrement obligatoire, mutuelles comprises, l’Assurance Maladie se fend le 29 juin d’un communiqué de presse pour rappeler qu’à compter du 1er juillet, tous les professionnels de santé auront la possibilité de pratiquer le tiers payant pour les soins pris en charge à 100% auprès des femmes enceintes et des patients en ALD, soit 11 millions d’assurés.

Comme le souligne avec une pointe d’ironie, le Dr Claude Bronner dans son UG Zapping du 26 juin, le tiers payant était déjà pratiqué en ALD en 2009 en secteur 1 par 41% des généralistes, 62% des spécialistes cliniques en 76% des spécialistes techniques, selon les chiffres de la CNAM elle-même.

Un droit pour les patients, des services pour encourager les médecins

La possibilité ne date donc pas d’aujourd’hui. Ce qui change, c’est que, dans l’optique du droit au 1/3 payant pour tous les patients pris en charge 100% par un régime obligatoire qui entre en vigueur le 31 décembre prochain (notez bien que l’on n’évoque plus l’obligation pour le PS mais le droit des patients), la CNAM a mis en place à partir du 1er juillet, de « nouveaux services pour faciliter la facturation et le paiement des actes. »

1) Le paiement de la FSE est garanti à tous les PS conformément aux informations inscrites sur la carte Vitale même si celle ci n’a pas été mise à jour. Le PS peut consulter le service ADRi (acquisition des droits intégrée) pour fiabiliser la facture et pratiquer le 1/3 payant sur la base des droits à jour. Ce service est progressivement intégré dans les logiciels SESAM-Vitale des PS. Les rejets liés aux droits suite à un changement de situation sont supprimés. Un déménagement ou un changement de régime d’assurance maladie n’entraîne plus de rupture des droits. Les rejets liés au non-respect du parcours de soins vont disparaître : pour les patients en ACS et CMUc d’abord et pour tous les patients au 1er janvier 2017

2) La norme de retour d’information sur les facturations (par facture) qui facilite le suivi des paiements et les rapprochements comptables est en place depuis ce 1er juillet pour les médecins

3) Une plate-forme d’accompagnement du nouveau Centre national de Service Interrégime (CeSI) qui réunit les organismes obligatoire sera disponible pour les médecins dès le 4 juillet Par Mail : cesi-medecins@cnamts.fr par téléphone du lundi au vendredi de 8h à 17h et jusqu’à 20h les mercredis et jeudis au 0811 50 50 50 (0,06€/mn) Les CIS (Conseillers informatiques services) seront également mis à contribution dans les CPAM

4) Versement d’une indemnité ( + 10% du montant de la consultation) en cas de retard de paiement.  Le délai de paiement est de 7 jours ouvrés. Pour savoir quels sont les délais actuels, il suffit de consulter sur le site ameli. fr dans l’espace PS, la rubrique « gérer votre activité ». Pour le premier trimestre 2016, la durée moyenne était tous PS confondus de 2,97 jours
http://www.ameli.fr/professionnels-de-sante.php
Y a plus qu’à…essayer ?

 

voir le communiqué de presse



Page 1 / 3123»