aidediag
Suivre l'actu du blog
Calendrier
octobre 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

En Rhône-Alpes, des patients sont suivis depuis un an avec des objets connectés

 Mesurer l’impact de l’utilisation d’objets connectés au domicile de patients sur la qualité de leur suivi et sur la relation médecin patients avec recherche de la bonne organisation. Tel était l’objectif de l’expérimentation menée depuis octobre dernier en région Auvergne Rhône Alpes dont le premier bilan est globalement positif.

 balance

Les Drs Marcel Garrigou-Grandchamp, médecin généraliste, et Olivier Raspado, chrirurgien viscéral, élus URPS Médecins Auvergne Rhône Alpes sont les porteurs du projet Objets connectés qui s’inscrit dans le programme Pascaline (pour Parcours de santé coordonné et accès à l’innovation numérique) financé au titre de TSN (Territoire Santé Numérique). Un consortium (Gfi, Qualcomm Life, P2Link, IDS) et  trois objets sélectionnés : une balance et un tensiomètre de marque A&D Medical et un bracelet d’activité Sriiv de Fusion (sélectionnés après appel d’offre)

Insuffisants cardiaques, prévention de l’obésité, de l’hypertension et de la sédentarité, suivi de chirurgie bariatrique

Les patients insuffisants cardiaques, dont la soudaine prise de poids est révélatrice d’une décompensation cardiaque, se sont imposés comme pouvant tirer bénéfice d’un suivi en temps réel*. « On a beau leur fixer des seuils d’alerte, ces patients viennent voir leur médecin quand ils ont déjà pris trop de poids, parfois jusqu’à 8 kg, ce qui nécessite alors une hospitalisation. Avec la surveillance 24/24 que nous avons mis en place, nous en avons déjà évité quelques unes », explique le généraliste lyonnais.
Se sont ajoutés quelques patients suivis dans un cadre préventif pour l’obésité ou l’hypertension ainsi que des patients ayant subi une chirurgie bariatrique. Dont le chirurgien souhaitait suivre la perte de poids (dans ce cas, le modèle de balance installé autorise la pesée jusqu’à 250 kg !).

Des retours très positifs

On imagine la mobilisation nécessaire à un tel projet. Former un consortium technique pour assurer l’intégration, l’assistance et le pilotage avec installation d’un hub à domicile permettant la transmission automatique des mesures par bluetooth sans besoin d’un smartphone (Hub 2 net de la société Qualcomm Life, ) création d’une plate-forme par la start-up P2Link avec hébergement des données sur les serveurs agréé HDS de la société IDS. Co-construire le dossier des patients avec les professionnels de santé, libéraux et hospitaliers, généralistes et spécialistes qui recruteront les patients et recevront les alertes en échange d’une rémunération (un forfait pour indemniser leur participation aux enquêtes de suivi) . Engager des assistants techniques en informatique médicale (ATIM) chargés de contrôler les résultats transmis avant envoi aux médecins. Former les patients et les médecins. Une cinquantaine de balances ont été installées au domicile des patients, accompagnées selon les cas d’un bracelet d’activité ou d’un tensiomètre. « Les retours sont très positifs du côté des patients comme des médecins. Les médecins, dont l’agenda arrive la plupart du temps à saturation, se réjouissent de pouvoir espacer les visites des insuffisants cardiaques et mieux ajuster les traitements. Une consultation trimestrielle suffit là où une visite mensuelle était nécessaire.

Une expérimentation qui devrait se pérenniser

Le budget de l’expérimentation était bien sûr limité dans le temps mais la publication de l’article 91 de la LFSS 2017, la sortie des cahiers des charges pour la télésurveillance de plusieurs pathologies dont l’insuffisance cardiaque (voir précédent article de Buzz Medecin)  ainsi que la volonté affichée par les pouvoirs publics et la CNAM doivent permettre de pérenniser l’étude rhônalpine avec les forfaits proposés, analyse le Dr Garrigou Grandchamp . « Le nombre de patients encore à équiper est important ».

*Le réseau Cardiauvergne dirigé par le Pr Jean Cassagnes a montré sur cinq ans et 1500 patients inclus le bien fondé de la télésurveillance avec pese personne connecté : réduction importante de la mortalité des patients (3,45 contre 5,16) et diminution des 2/3 des hospitalisations.



Une réponse à En Rhône-Alpes, des patients sont suivis depuis un an avec des objets connectés

  • Amiel dit :

    le recent rapport de la Cour des comptes à propos de la télémédecine est très critique…Mais il faut dissocier en la matière le bon grain de l’ivraie…Ce qui n’est pas à la portée de n’importe quel »technocrate ».Imaginer, à ce sujet,que le rôle du médecin est appelé à disparaitre(intelligence artificielle) est absurde!L’informatique n’est qu’un outil de plus à sa disposition!L’histoire de chaque nouvelle avancée technique s’est accompagnée en médecine de doute ou de discours emphatique!L’expérience bien évaluée seule compte; et malheureusement l’evaluation bien faite est difficile en santé publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>