madeformed mars
Suivre l'actu du blog
Calendrier
mai 2019
L Ma Me J V S D
« avr    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

L’App Santé d’Apple arrive le 17 septembre avec i0S8 : une révolution ?

Toute la planète web des geeks bruisse depuis une semaine d’un immense bourdonnement : le buzz autour des nouveaux appareils présentés le 9 septembre par Apple : les iPhone 6 et 6 plus (disponible à partir du 18 septembre) ainsi que la fameuse Apple Watch, très attendu des fans de la marque à la pomme, qui sera commercialisée en 2015.
Pour les professionnels de santé le plus intéressant, c’est incontestablement la présence dans la nouvelle version iOS8, téléchargeable gratuitement sur les iPhone, iPad et iTouch à partir du 17 septembre *, de ce qu’Apple nomme simplement sur ses sites et communiqués en français : l’App Santé. Comme si elle était destinée à devenir la référence, le standard.
Si cette application tient ses promesses, elle pourrait de fait accélérer le développement de la e-santé.

L’App Santé : tableaux et graphiques de synthèse

 


Selon la présentation qu’en a fait Apple, l’App Santé permet de réunir toutes les données forme et santé dans un même endroit afin de gérer des graphiques de suivi (poids, calories, fréquence cardiaque mais aussi glycémie…). L’accès aux données se fait par catégorie (Forme, moi, nutirtion, sommeil, signes vitaux…). Elle offre aussi une fiche médicale (problèmes médicaux importants, allergies, traitements, contacts en cas d’urgence) disponible à partir de l’écran d’accueil verrouillable (la reconnaissance des empreintes est de rigueur sur les modèles 6). Ces données et c’est cela la force de l’App Santé provienne des informations des différentes apps de santé et appareils connectés de l’utilisateur si celui-ci fait le choix de les partager. Apple insiste sur ce point : c’est l’utilisateur qui choisit les données qui vont aller dans l’App Santé. Celles –ci sont stockées sur le téléphone mais peuvent également être sauvegardées sur iCloud, où elles sont également chiffrées. Il est donc conseillé de bien lire la politique de confidentialité de l’App avant de l’autoriser. Quelques écrans en français sur le site d’iOS8

Health Kit, pour les développeurs

Apple propose de créer les normes de l’e-santé en offrant aux développeurs l’outil HealthKit. Ce qui permet aux apps accompagnant les matériels santé connectés  ou à toute autre application santé de partager leurs données avec l’App Santé d’Apple. Selon le désir ou non de l’utilisateur, les différentes App pourront communiquer entre elles pour s’enrichir les unes les autres. Une App nutrition pourra interférer avec une App regroupant les efforts physiques. Bien plus, certaines données médicales, comme la pression artérielle, la glycémie, le taux de cholestérol, pourront être communiquées au médecin directement.
En outre, les apps accédant à HealthKit doivent appliquer une politique de confidentialité. Apple a renforcé les règles de protection. Les éditeurs d’application qui veulent utiliser les données du service HealthKit (qui réunira toutes les données utilisées par l’application Santé) ne sont pas autorisés à vendre ces données à des annonceurs. Ainsi un utilisateur en surpoids ne se verra pas proposer de produits d’amincissement…
Ces données ne pourront pas être revendus à des courtiers en données personnelles (data brooker)) ou à des revendeurs de données. Ils pourront par contre partager les données avec des tiers "dans un objectif de recherche médicale", après avoir obtenu l’accord de l’utilisateur. Ce sont d’ailleurs ces données anonymisées qui constituent un formidable potentiel pour la recherche en santé. Car on pourra les combiner entre elles et elles seront d’une grande richesse.
Enfin, les applications ne pourront accéder à HealthKit seulement si elles ont un rapport avec la santé ou le fitness. Cet usage devra être "clairement évident dans le texte marketing et l’interface utilisateur", prévient Apple.

Un accélérateur pour la e-santé

Qu’en pensent les fabricants de matériel médical connecté ? Chez Withings (tensiomètre, balance), l’app Health Mate est déjà intégrée avec HealthKit. « Il va y avoir un basculement de la santé connectée vers un nouveau standard et c’est un accélérateur de la e-santé, estime Alexis Normand, responsable du secteur santé, pour les médecins, il sera plus facile d’utiliser nos produits et de les faire utiliser par leurs patients en gardant la maîtrise sur le flux des données. » Les premiers contrats d’Apple avec les éditeurs de dossiers électroniques aux Etats-Unis (Epic System) et son partenariat avec la Mayo Clinic laissent augurer une nouvelle gestion des données santé partagées.
« L’arrivée d’Apple dans le monde de la santé ne peut être que bienfaisant pour tout le monde, insiste Uwe Diegel, co-fondateur d’iHealth, tous nos instruments (tensiomètre, balance, glucomètre, oxymètre de pouls), sont dès à présent compatibles HealthKit. Par l’attrait que ses produits représentent dans le grand public, Apple va démocratiser la santé connectée. Un patient pourra arriver chez son médecin avec une synthèse claire de ces différentes mesures. Nous préparons une application professionnelle iHealthPro 2.0 qui permettra des importations dans les dossiers patients ».

Reste l’arrivée (à une date non précisée mais en 2015) d’une Apple Watch qui rassemble entre autres des fonctions de cardiofréquence-mètre, de capteur de mouvements, de moniteur d’activité physique…et peut légitimement inquiéter certains fabricants d’autant que les montres connectées n’ont pas encore remporté le succès de masse espéré. On attend aussi la réaction de Google qui a récemment introduit les Google Sheets qui permettent de faire des graphiques et des feuilles de calcul à plusieurs. Android peut passer rapidement à l’agrégation de données santé.

*iOS 8 sera disponible sous forme de mise à jour logicielle gratuite pour les iPhone 4s, iPhone 5, iPhone 5c, iPhone 5s, iPod touch 5e génération, iPad 2, iPad avec écran Retina, iPad Air, iPad mini et iPad mini avec écran Retina.

 Attention : l’AppSanté ne s’installe apparement que sur les nouveaux iPhone dont elle utilise la nouvelle puce. Je n’ai pas réussi à l’installer sur un iPad mini

version revue le 20 novembre 2014

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>