selfmed
Calendrier
novembre 2019
L M M J V S D
« Oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Plate-forme de prise de rendez-vous : faut-il résister à Doctolib ?

Forte d’une récente levée de fond de 150 millions d’euros et de 800 salariés, la désormais « licorne » (start-up valorisée plus d’1 milliard d’euros) française Doctolib semble avaler tout sur son passage (et pas seulement en rachetant son concurrent MonDocteur) et se positionner très fort sur la téléconsultation. Ce qui ne va pas sans inquiéter une partie des acteurs de la e-santé pour des intérêts économiques (lorsqu’ils sont concurrents) mais aussi en evoquant le risque d’une certaine mainmise sur le système de santé français.

A la Paris Healthcare Week, du 22 au 24 mai à la Porte de Versailles le grand stand de Doctolib était à l’image de sa réussite auprès des hôpitaux et cliniques (1700 établissements annoncés). La signature en 2016 d’un partenariat pour 4 ans avec l’AP-HP après appel d’offres, a fait flores. Une 100 centaines d’hôpitaux publics ont suivi dont les CHU de Lille, Nancy, Nantes, Nice, Montpellier, Rouen. Même succès auprès des groupes de cliniques. Ce qui permet aujourd’hui à Doctolib d’afficher 80 000 professionnels dont 60% de médecins.

Mais les libéraux sont beaucoup moins nombreux, estime la concurrence aux aguets pour séduire les cabinets médicaux.  Partenariat, idée marketing inédite, prix à la baisse.. tout est bon pour resister et se différencier.
ClicRDV et KelDoc n’ont pas réussi chacun séparément à s’imposer sur le marché de la prise des rendez-vous médicaux? A l’occasion de la PHW, ils ont annoncé qu’ils s’unissaient. Solocal, 3e acteur du marketing digital en France(pages jaunes) et KelDoc, spécialiste, au sein de NEHS, de la prise de rendez-vous santé en ligne, ont signé un partenariat stratégique pour faire profiter les clients KelDoc de l’audience de Pages Jaunes (21 millions pages vues /mois) sur la recherche locale de professionnels de santé et d’établissements . NEHS, la nouvelle entreprise humaine en santé est, rappelons-le, le nouveau nom du groupe constitué ces dernières années par la mutuelle hospitalière MNH autour de l’assurance, de la banque, du digital, des médias et des services industriels. Il s’agit de mettre toutes les forces dans la bataille.
Pour contrer Doctolib qui reste un service assez coûteux (129 euros/mois), la concurrence est souvent 50% moins cher.
118218 propose aux médecins des zones de déserts médicaux un an de service gratuit sur dispo.fr.
Les éditeurs de logiciels métier ont, suivant leur taille, soit intégré Doctolib dans leurs offres, soit développé leur propre solution
C’est le cas de Docavenue sur lequel Cegedim met actuellement le paquet en mode start-up avec un important recrutement de commerciaux chargés d’étendre la téléconsultation. Et ça marche : 600 médecins en téléconsultation sur DocAvenue. Autant que chez Doctolib.
C’est aussi le cas de Clickdoc lancé par CompuGroup Medical (CGM) en France et bientôt en Allemagne (où Doctolib est également présent).
Ces plates-formes sont synchronisés avec les logiciels métier maison.
CGM qui annonce 40 000 professionnels de santé clients estime, par exemple, pouvoir rejoindre Doctolib en nombre de libéraux. Pour donner de la notoriété à Clickdoc, CGM va communiquer vers le grand public avec un service gratuit : « on appelle pour vous ». Si vous n’avez pas joint de médecin, le télésecrétariat de CGM à Soulac l’appelle et vous envoie un SMS pour vous confirmer le rendez-vous.

Et qu’en pensent les médecins ?

Passés quelques agacements de voir les naturopathes les côtoyer sur Doctolib, les praticiens jugent le service simple et efficace et se sont fait à l’idée qu’il faut être visible sur Internet. Plusieurs articles ( Le Point du 29 octobre 2018,  Alternatives économiques du 14 avril, La Croix du 14 mai, et France Inter (secret d’infos" de France Inter du 18 mai :"Doctolib : success story ou danger pour le monde de la santé ?) se sont cependant fait l’écho de quelques craintes. Uberisation de la santé, risque de stockage des données médicales, préférence donnée aux médecins Doctolib en raison de la fréquentation de la plate-forme (35 millions de visites par mois).
Si Doctolib n’a pas accès aux données de santé transitant sur ses serveurs, il conserve les motifs de rendez-vous (que le CNOM voudrait lui voir effacer) et par le nombre de  rendez-vous traités, se trouve à même de se faire une bonne idée sur les parcours de soins. Et de participer à une nouvelle structuration de l’offre…
Dans son dernier UG Zapping du 20 mai, le Dr Claude Bronner résume ainsi la situation : « Service de qualité, mais également dangers divers. Certains syndicats médicaux soutiennent fortement Doctolib. Est-ce bien leur rôle ? Pour être pratique : si vous avez besoin de patients, utilisez Doctolib car c’est un bon moyen de recrutement de patients. Mais pour votre pratique habituelle avec votre patientèle, choisissez une autre solution pour que nous ne nous retrouvions pas en état de dépendance un jour. L’URPS AURA propose par exemple la solution Medunion ) (cliquer en haut à droite "je suis professionnel"). Ce service restera aux mains des médecins et plus vous serez nombreux à vous inscrire, plus il évoluera vite ! »

Autre inquiétude : l’entrée en scène du fond d’investissement américain General Atlantic lors de la dernière levée de fonds. Ajouté au capital-risque américain Accel, actionnaire historique de Doctolib avec BpiFrance, et les français Eurazeo et Kernel, la présence des investisseurs étrangers se trouve renforcée.



3 réponses à Plate-forme de prise de rendez-vous : faut-il résister à Doctolib ?

  • sophie bordes dit :

    tout comme nos logiciels nos agendas sont un marche que se disputent bien des sociétés à but hautement lucratif.
    adepte des services de Julien pourcel et ses collaborateurs(societe madeformed) je ne puis que vous les recommander: ces travailleurs vertueux représentent peut-être pour ceux qui souhaitent préserver leur indépendance sans se priver des avancées de la technologie numérique une véritable possibilité d’alternative aux mammouths trop bien connus…

  • L’article soulève un probleme de fond, dont la GRANDE question reste encore en suspens : est-ce nous, les médecins ET PRINCIPAUX CONCERNés, qui avonS la maitrise sur la transformation numérique qui BOULEVERSE ACTUELLEMENT NOS PRATIQUES ?

    LA PRISE DE RDV EST UN NOUVEL USAGE TRES PRATIQUE, A LA FOIS POUR MES PATIENTS mais aussi POUR moi en tant que medecin generaliste. EN 2019, PAS BESOIN D’ETRE UN EXPERT POUR ETRE CONVAINCU QUE LA TECHNOLOGIE A UN IMPACT ÉNORME SUR LA SOCIÉTÉ. UN POINT DE VIGILENCE cependant : il faut faire attention à l’orientation qu’elle peut provoquer car les conséquences sont multiples, importantes et durables.

    J’ai construit ma propre solution POUR lES Besoins DE MON CABINET en 2013, MEME EPOQUE QUE LE LANCEMENT DE DOCTOLIB. CONVAINCU DES BIENFAITS que cela m’avait apporté, je l’ai proposé à des confrères autour de chez moi Puis j’ai misé sur le bouche à oreilles POUR LA DIFFUSION, LOIN DE L’EMBAUCHE à MARCHE FROCE DE CENTAINES DE COMMERCIAUX; cette confiance A FAIT LA DIFFERENCE. mes confrères l’ont adopté, M’ont proposé des idées d’améliorations et nous avons fait évoluer madeformed AVEC CET ESPRIT CONFRATERNELLE EN gardant à l’esprit que cela avait un vrai sens de S’appuyer sur la technologie pour améliorer nos conditions d’exercice respectives. AUJOURD’HUI, j’ai même décidé d’ouvrir le capital de madeformed à mes confrères utilisateurs du service pour les fédérer autour d’un projet de fond, QUI FAIT ECHO A VOTRE ARTICLE, a savoir celui d’ orienter la transformation numérique vers des usages ethiques, QUI GARANTISSENT TOUJOURS LES INTERéts des médecins et non des fonds d’investissements.

    S’unir entre confrères est surement la plus belle des manières pour créer CE contre-pouvoir ET UN MOUVEMENT DURABLE QUI GARANTIE l’INDEPENDANCE de notre profession…

  • GARRIGOU-GRANDCHAMP MARCEL dit :

    Plusieurs points m’interrogent:
    la situation dominante de DOctolib, et surtout la sécurité des données, car quoiqu’en disent certains le simple rapprochement du nom d’un patient avec celui d’un médecin est une donnée de santé couverte par le secret médical: du moi qui te soignes et je te dirai ce que tu as ! Les rappel de RDV par mail simple et/ou sms posent problème notamment quand le praticien partage son agenda personnel avec celui de doctolib (les patients n’ayant généralement pas autorisé cette pratique dans l’agenda du médecin) enfin qui de la sécurité des données dans le temps et notamment en cas de rachat de doctolib par une ste us sachant que le patriot act permet à l’administration us de tout consulter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *