Suivre l'actu du blog

Calendrier

mai 2018
L Ma Me J V S D
« avr    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Guillaume Marchand

Santé connectée, les tendances 2018 (2) : la Sleep Tech

 Sondage, après sondage, étude après étude, il apparait que la population dort mal.Les enquêtes annuelles de l’Institut national du Sommeil et de la Vigilance montrent que 54% des Français jugent leur sommeil insuffisant, qu’en semaine, 24% dorment moins de six heures. Alors toutes les pistes sont explorées par les innovations : l’environnement avec la recherche des conditions optimales (qualité de l’air, température, niveau sonore) du bien dormir, la physiologie avec la possibilité d’agir sur le sommeil profond pour en augmenter la proportion et même la génétique.
Ainsi, au CES, DNA Lifestyle Company propose Slumber type, une application qui utilise l’analyse de votre génome pour améliorer votre sommeil avec un sleepscore.
Le Smart Bed a le vent en poupe, sous forme d’oreiller comme le Somnox ou de bande truffée de capteurs à glisser sous le matelas comme le Nokia Sleep (Buzz medecin avait testé son prédécesseur, l’Aura de Withings) qui établit chaque jour votre score de sommeil (sur 100) à partir de l’analyse des cycles de sommeil, de la mesurer du rythme cardiaque et de la détection des ronflements (compatibilité IFTTT pour s’intégrer dans une maison intelligente.
La plupart de ces objets (comme d’ailleurs les montres et les bracelets qui analysent votre sommeil en se basant sur la mesure de la fréquence cardiaque) se contentent de fournir des courbes de sommeil, plus ou moins détaillées. Certains dispositifs aident au réveil ou à l’endormissement utilisant la luminothérapie comme Somneo Lumière de Philips. Ou encore Homni de Terraillon (photo ci-dessous), solution de sommeil intelligente qui analyse le sommeil mais aussi les données de l’environnement (humidité, température, bruit, luminosité)

HOMNI Dreem

Stimuler le sommeil profond

Deux solutions stimulent le cerveau de l’utilisateur. Philips a dévoilé SmartSleep conçu pour stimuler la phase de sommeil profond réputée la plus récupératrice, par l’intermédiaire de deux capteurs. Ces capteurs détectent la phase de sommeil profond et déclenchent une action spécifique : des tonalités auditives sur mesure optimise la profondeur et la durée du sommeil profond. Une technologie cliniquement prouvée souligne-t-on chez Philips : lors d’un test, des utilisateurs en manque chronique de sommeil ont essayé le Smart Sleep pendant deux semaines. 70% d’entre eux se sentaient déjà moins fatigué pendant la journée.

Dreem (photo du bandeau) mis au point par la start-up française Rythm est en vente depuis peu. Equipé de deux capteurs ECG (et aussi d’un oxymètre de pouls et d’un accéléromètre), Dreem intègre un émetteur qui diffuse par conduction osseuse des sons rythmiques visant à agir sur le sommeil de l’utilisateur : aide à l’endormissement amélioration du sommeil profond et réveil intelligent. Un test sur 30 000 nuits de 500 actifs de 28 à 35 ans montre une amélioration de 32% en moyenne de la qualité du sommeil profond. Rythm a d‘ailleurs lancé en collaboration avec l’Ecole Polytechnique et l’université Paris Descartes, Morpheo, une plate-forme d’IA (Intelligence artificielle qui veut rassembler les données anonymisées provenant d’instituts du sommeil du monde entier et des porteurs de Dreem. Son but : aider les médecins à identifier les profits critiques caractérisant certaines pathologies du sommeil et certains types d’insomnie.

Oura-RingRien d’étonnant si les Trophées de la santé mobile (TSM) organisés par DMD Santé ont décidé en 2018 de décerner un Trophée de l’objet connecté dédié au sommeil avec un jury spécifique coordonné par Maxime Elbaz, docteur en neurosciences, qui a monté l’iSleepLap au centre du sommeil et de la vigilance de l’Hôtel-Dieu à Paris. Des examens comparatifs comme la polysomnographie, enregistrement complet du sommeil au domicile des sujets, ont été pratiqués pour l’évaluation. Parmi les six objets présélectionnés, c’est l’anneau OuraRing, de la start-up finlandaise Oura qui a été couronné. Le porteur de la bague peut consulter et analyser les données liées à son sommeil sur une application mobile. Lors des test, elle s’est révélée la plus fiable des applications et devices sur le sommeil,avec un taux d’erreur de seulement 17% pour la durée du temps de sommeil. La fonction analyse du sommeil doit encore faire l’objet d’une étude complémentaire.



Santé connectée : les tendances 2018 (1)

« Le CES, c’est l’effet Wahoo ! » Avec 4000 stands, 300 journalistes et une délégation française de 346 start-up et sociétés (la 2e derrière les Etats-Unis), le Consumer Electronic Show de Las Vegas (9-12 janvier) reste « the place to be » l’endroit où il faut être dès lors que l’on travaille dans la « eTech ». Les Trophées de la Santé connectée remis le 9 février ont confirmé ces tendances 2018 sur le marché français en présence de quelque 600 participants.

Au CES, la Santé connectée, sujet transversale s’il en est, se déploie à différents endroits, comme l’explique Lionel Reichardt, expert du secteur avec son blog et son compte twitter Pharmargeek*.
La marketplace « Health and Wellness », accueille les innovations dans le domaine santé-bien-être, l’Eureka Park concentre 900 start up, dont une cinquantaine dédiée à la e-santé (dont les sociétés e-santé de la French Tech). Enfin le Digital Health Summit a abordé des sujets comme la Digital Therapeutic avec forte personnalisation des soins, la certification des technologies par la FDA, les Brain Technologies. La Poste qui héberge déjà  33 millions de DP (Dossier pharmaceutique) a présenté une sorte de carnet de santé  via l’application "La Poste e-santé" dejà disponible sur les stores. Celle-ci permet de gérer les données personnelles recueillies par les appareils connectés.  Ces données centralisées peuvent être partagées avec les médecins .

Les assistants vocaux , cheval de Troie des GAFA, pour les soins de santé

D’une façon générale, au CES, le nec plus ultra de la technologie trouve des applications dans la santé qu’il s’agisse de l’impression 3D pour les prothèses , des casques et des applications de réalité virtuelle pour la rééducation, la prise en charge de la douleur (casque Kinequantum), la médecine d’urgence et la télémédecine. Ou encore de l’haptique qui donne la sensation du toucher en réalité virtuelle (GoTouchVR). Et permettra demain aux chirurgiens d’enfiler des gants pour sentir « les tissus humains » des opérations « virtuelles ».
On attend aussi la 5G qui en permettant des débits 100 fois plus importants que la 4G tout en consommant peu d’énergie va permettre des interactions avec des solutions IA (Intelligence artificielle). Les visiteurs ont été impressionnés par l’omniprésence de la voix qui couplée avec l’Intelligence artificielle, va jouer un rôle de plus en plus important dans le diagnostic des patients.
A voir ou plutôt à entendre, les animations à base de technologie « Hey Google » ont envahi les couloirs du salon. La compétition est féroce entre Google Home et Amazon Alexa (Echo), assistants pour la maison. Mais nombre de spécialistes estiment que les assistants vocaux sont « un cheval de Troie » pour les soins de santé car demain, ils guideront les patients avec des informations accessibles et intelligibles. Le grand public n’y est pas insensible puisqu’Amazon a vendu à Noël 10 millions d’Echo…

Davantage de médical et de clinique

Autre tendance le développement du médical connecté et l’arrivée de la clinique.
Plusieurs innovations très médicales ont reçu un Award : pour les diabétiques, des chaussettes pour prévenir les ulcères (Siren Diabetics Socks, « best of innovation ») ainsi qu’un dispositif pour détecter une perte de sensibilité des mains ou des pieds (Neurostylus). La start-up française MirambeauAppCare, installée en Gironde a également reçu un prix pour son application Diabilive qui indique au diabétique le taux d’insuline exact à s’injecter en fonction de leur activité, de leur alimentation et de leur glycémie. C’est le médecin traitant qui a préalablement inscrit le protocole de dosage d’insuline dans l’application. Les algorithmes calculent la dose d’insuline. La société girondine a déjà conclu un accord avec iHealth qui fabrique des glucomètres connectés.
Vagizen de Gyno couple un caméra et une application pour surveiller la santé du vagin avec une interprétation intelligente des images cervicales obtenues. Nombre d’applications se réclament de l’Intelligence artificielle.
A noter, une société comme Omron Healthcare, plus habituée des salons de matériel médical que du CES, a présenté une gamme connectée étendue. On connaissait déjà ses balances et ses tensiomètres, voici un tensiomètre intégrant un ECG en cours de validation à la FDA et grande nouveauté, Omron Hearth Guide, une montre qui prend la tension (miniaturisation de la technique classique d’oscillométrie) et pourrait par exemple prévenir les risques d’AVC pendant son sommeil. Bewell Connect était également présent avec MyPeriTens dispositif médical de classe II A qui utilise le principe de la stimulation électrique, principalement pour exercer une stimulation neuromusculaire du périnée, en complément du travail du kinésithérapeute.

Coté hygiène bucco dentaire, Kolibree a mis en avant Magik, sa brosse à dent connectée pour enfant distribuée dans les Apple Store (et bénéficiant d’un partenariat avec Colgate) et récompensé d’un Award dans la catégorie « Sport Fitness Biotech » tandis que Philips présentait sa brosse à dents Sonicar DiamondClean Smart avec une plateforme virtuelle pour les soins bucco dentaires personnels (conseils et partage des données avec son dentiste). La salle de bain connectée a fait sensation avec un miroir connecté, aujourd’hui pour se maquiller mais demain pour analyser votre « mauvaise » mine  (son système d’exploitation ne se nomme -t-il pas Care OS ?). Et dans la chambre à coucher, le Smart Sleep est de rigueur (voir article suivant).

Encore de l’évaluation à prévoir

Lors de la remise des Trophées de la santé connectée, le Dr Guillaume Marchand, co-fondateur de DMD santé qui s’est lancé dans la certification d’applications et d’objets connectés avec le label mHealth Quality (en cours, plusieurs dispositifs de Bewell Connect) estime que « l’aspect geek tend à s’effacer au prix d’une approche clinique », tout en regrettant que « l’évaluation des usages » n’ait pas encore « pris sa place ».
A l’appui de son analyse, on peut citer la récente initiative de l’AP-HP qui met en place DMH (Digital medical hub), une structure piloté par le Pr Marie-Pia d’Ortho pour l’évaluation des objets connectés et leurs applications. La première étude clinique menée concerne 25 patients transplantés pulmonaires suivis à l’aide de trois objets : le thermomètre patch Tucky, le spiromètre SmartOne de Mir et le dispositif d’oxymétrie de pouls de la société israélienne Oxitone.
Autre exemple, pour sélectionner des objets analysant le sommeil, DMD santé a fait appel à Maxime Elbaz, docteur en neurosciences au sein du iSleepLab du Centre du sommeil de l’Hôtel Dieu (AP-HP) : « Il y a un réel besoin de développer des dispositifs médicaux connectés qui puissent être utilisés comme outils médicaux à domicile pour une meilleure prise en charge du patient. C’est ainsi que je vois l’évolution à court terme ».

*Interaction Healthcare a organisé le 31 janvier une conférence sur "les grandes tendances de la e-santé présentées au CES 2018"

(dernière mise à jour le 15 février 2018)



Trophées de la santé mobile 2017 : 7 trophées pour 43 applications en compétition

Un label « mHealth Quality » attribué à 9 applications, plusieurs rapports officiels sur la santé connectée, il n’en faut pas plus au Dr Guillaume Marchand, président de dmd santé pour proclamer 2017, année du passage à l’âge adulte de la santé mobile et connectée. Les 4 e trophées de la santé mobile organisés le 28 janvier à la Cité de sciences dans le cadre de la journée nationale de l’innovation en santé ont récompensé des applications « matures » parmi les 43 en compétition.

Rappelant que l’iPhone a fêté ses dix ans le 9 janvier dernier, le Dr Guillaume Marchand, président co-fondateur de dmd santé, estime que le marché de la santé connectée a bien progressé vers la maturité. Il en veut pour preuve l’utilisation croissante des applis par les médecins (65% s’en servent, 18% les conseillent à leurs patients), le déploiement d’applis, voir même leur prise en charge, par des institutionnels (en Angleterre, en Belgique, en Andalousie) et en France la parution du référentiel de bonnes pratiques se la HAS et la publication d’un rapport parlementaire sur la santé connecté préconisant la prise en charge des objets connectés participant à la prévention. De son côté , dmd Santé qui a lancé son propre label mHealth Quality se réjouit d’un partenariat avec les ARS Nouvelle Aquitaine et Centre Val de Loire pour la validation d’applications et l’évaluation d’objets connectés.

Au cours de l’année écoulée, 134 applis ont rempli l’auto-questionnaire en ligne sur le site. 40% ont passé cette première étape avec succès, 18% ont eu besoin d’un accompagnement, 19% ont été rejetés. 23% sont en cours de labellisation (9 labellisés).
logoTsmC’est donc parmi les 43 applications qui ont franchi la première étape avec une note supérieure à 105 /150 pour les critères médicaux et 70/100 pour les aspects réglementaires et juridiques qu’ont été choisis les 4 lauréats des trophées dévoilés le 28 janvier   : Novi-chek de Roche Diabetes Care France, Grand trophée de l’application mobile de santé; Medpics, Trophée de l’application destinée aux professionnels de santé; Doctisia, pour préparer ses rendez-vous santé Trophée de l’application destinée aux patients; Qalyo, Trophée de l’application de suivi, conçue comme un assistant de santé connecté. Le Trophée coup de cœur des internautes est allé a Brosse toi les dents avec Ben le Koala.
Profitant de la présence de grand public, une autre compétition l’Aréna santé mobile a vu s’affronter 5 applications mobiles de santé (Mon coach douleur de Takeda qui a reçu le Trophée, Sympto check de Santé assistance, Qalyo de Qalyo, Gluci-Check de Roche Diabetes, e-thyroïde de Vivre sans thyroïde et 5 objets connectés : le thermomètre Tucky de e-takesCare,  la balance de cuisine Nutrismart de Terraillon, le verre Swaf, la station de télémédecine miniature VisioCheck de Visiomed Group et la e-cigarette d’Enovap qui a remporté le Trophée,. C’est le public présent à la journée nationale de l’innovation qui votait pour son appli et son objet préférés sur le stand de dmd Santé.
Car le public, notamment celui des patients, est de plus en plus invité à co-construire les applis qui lui sont destinés. Partenaire depuis l’origine des Trophées, Sanofi, suit cette tendance avec sa direction de l’innovation « ouverte », Le grand groupe a appris à travailler avec les patients et les professionnels de santé pour mieux "coller" à leurs problématiques à travers ses sites et ses applis. En développement, une application pour aider le médecin généraliste à envisager un diagnostic de maladie rare en présence de certains signaux faibles

r www.trophees-sante-mobile.com 

(mis à jour le 30/1/2017 après l’annonce des Trophées)



Santé mobile et connectée : Health Shapr donne vie aux projets des professionnels de santé

Vous êtes médecin (ou professionnel de santé en général) et vous pensez avoir l’idée de l’application géniale que vous n’avez trouvée nulle part ou de l’objet connecté que tous vos confrères attendent ? Vous avez déjà un début de développement que vous voulez rendre professionnel ? Vous ne savez pas comment trouver des conseils, un financement, un développeur ?

Rendez-vous sur HealthShapr. Ce « programme de portage des innovations en santé mobile et connectée », premier du genre repose sur le partenariat de Wellfundr, un site de financement participatif (ou crowdfunding) dédié à la santé, d’IBM et de sa plate-forme d’outils Bluemix (dont des outils d’analyse cognitive issus de Watson), de Mauna Innovation (accompagnement global), d’Ova Design, de DMD Santé. Dès que votre projet est en ligne (sous forme d’un Powerpoint par exemple), tous ces experts se donnent 72 heures pour l’examiner et vous répondre. Un projet retenu sera ensuite budgétisé et accompagné jusqu’au prototype. HealthShapr se rémunère sur la campagne de financement de Wellfundr (à hauteur de 6%) mais ne conserve aucune propriété intellectuelle sur les projets. C’est en faisant le constat que les PS ne manquaient pas d’idées mais de temps pour les « industrialiser » que s’est lancé Health Shapr. Le programme est aussi ouvert aux patients mais le projet sera toujours examiné par un médecin.

Startupers médecins à vous de jouer !

http://healthshapr.com/



mHealth Quality : dmd Santé lance un label pour créer la confiance dans la santé mobile

 

La société dmd Santé  lance le label européen mHealth Quality pour certifier la qualité des apps santé ainsi que des objets et dispositifs médicaux connectés. Un store regroupera les apps labellisées. Rencontre avec  son président fondateur,  le Dr Guillaume Marchand,  « homme de confiance » de la santé mobile.

 

Comment créer la confiance au milieu de la jungle des 17 000 apps santé et de la floraison des objets santé connectés ?  Lors de la présentation officielle le 11 septembre, du label mHealth Quality, c’était le leitmotiv.  Dmd santé se veut « créateur de confiance ».  Et espère bien imposer, à terme, son label au niveau européen.  C’est en tout cas l’ambition affichée  par Guillaume Marchand qui a provisoirement abandonné l’exercice de la psychiatrie pour se consacrer à son entreprise.  Il y a trois ans, c’était encore une aventure de copains internes en médecine  qui, après quelques tests d’apps, avaient compris qu’il  fallait aider le grand public et les confrères à faire le bon tri . Condition sine qua non pour un sain développement de la santé mobile et connectée.

Dmd Santé: des trophées au label

 En 2012, Guillaume Marchand créé donc avec Nicolas Laffere, futur généraliste, et un ingénieur, la société dmd santé  et son site collaboratif dmdpost, plate-forme d’évaluation  des applications selon un  cahier des charges de 14 critères.  Le plus entreprenant, c’est Guillaume, mélange de passionné obsédé par le devenir  high tech de la médecine et de bon vivant sympathique qui trouve toujours le temps pour une dégustation de vins ou de champagne (il est rémois) .
Guillaume ne ménage pas sa peine. Ces dernières années, on l’a vu partout, le plus souvent invité à la tribune mais aussi sur son stand ou  dans les couloirs de tous les colloques, réunions, salons, programmes et projets qui traitent de esanté, msanté, santé connectée et j’en passe.  Il devient incontournable.
Pour s’asseoir un peu plus dans le paysage, Dmd Santé fonde les Trophées de la santé mobile dont la 3e édition aura lieu le 8 février prochain. On y rencontre,  au grand complet, le petit monde de la santé mobile et connectée.
La start-up dmd Santé installée au Village by CA, rue de la Boëtie, avec le statut  « Jeune Entreprise Innovante » justifiant de travaux de RD*, a réussi  ses levées de fond. Elle est soutenue par BPI France (Banque publique d’investissement), le fonds européen dédié à l’ « innovation disruptive ». Elle fait partie de la Fondation Internet nouvelle génération (FING).  Elle compte une dizaine de salariés et met le savoir faire acquis dans l’évaluation de plus de 1100 apps (avec l’aide de centaines de bénévoles médecins et patients) au service de la réalisation du label mHealth Quality.  La valeur d’usage reste primordiale et continuera à être analysée par dix personnes dont deux médecins tous rémunérés (de 5 à 50 euros). « Sinon on certifie des process, pas des outils offrant un vrai service ». Mais auparavant l’éditeur de l’app aura rempli un auto-questionnaire en ligne de 100 à 200 questions (selon les spécificités de l’application) dont le traitement est automatisé et passé un  audit de sécurité (assuré par le partenaire Prodéo)**. Si tout est conforme, l’app  labellisée est mise en ligne sur le store de référencement  mHealthQuality, une app à télécharger. « Nous avons choisi dans nos critères d’audit, les critères européens lorsqu’ils étaient plus forts que les critères français. » D’où la vocation européenne du label.  Qui concernera aussi dans un 2e temps les objets santé et dispositifs médicaux connectés.
La procédure de labellisation coûtera de 2500 à 8000 euros pour un label valable un an (version majeure).  « Des mutuelles pourront offrir une labellisation » suggère Guillaume Marchand.
Sera-t-il soutenu par les pouvoirs publics ?  Guillaume Marchand y croit. Il a de bons rapports avec le CNOM . « Je nous vois comme un  guichet unique pour la HAS, la CNIL, l’ANAP… » Une chose est sûre, il va y mettre toute son énergie : «  je n’ai pas un boulot, je vis une passion » dit-il.  S’il met entre parenthèse son activité de psy, choisie un peu par référence maternelle et parce que « c’est très humain », c’est pour mieux se consacrer à la santé mobile sans négliger Stagium, la plate-forme d’évaluation des terrains de stage hospitaliers à l’intention des externes et internes  qui marche très fort : « nous avons 6000 inscrits ».
A 31 ans, il n’a pas tout perdu du visage poupin de guiloo, son surnom « branché » depuis la classe de 6ème, du temps où il montait des associations et qui l’a poursuivi pendant ses études médicales, du temps où il organisait le CRIT  Médecine (ski + champagne). Sur  twitter, le  tweeto @drguiloo (659 abonnés), c’est toujours lui, même s’il vous conseille le compte pro @dmdsante  (3492 abonnés), animé par Pauline.  
Il n’a pas oublié non plus Amore, l’association médicale d’œnologie de Rouen et de ses environs, fondée pendant son internat, et ses soirées dégustation.  Il caresse l’idée de la relancer sur Paris.
 
« J’ai une tendance hyperactive, moi ?  Si je vous dis que je ne le suis pas, vous allez penser que je vous mens, non ? »

 

*Guillaume Marchand et Mombin Yasini, directeur de la RD de dmd Santé, ont, par exemple démontré, publications à l’appui, que les étoiles des stores ne prenaient pas en compte la fiabilité médicale.  Sur le top 150 des mApps en France, seuls 24% ont fait appel à un professionnel de santé, 20% des contenus médicaux citent leurs sources ou encore 40% des apps qui recueillent des données n’indiquent pas ce qu’ils vont en faire. 
** Pour son label, dmd Santé constitue des comités d’experts avec  un juriste, un  chercheur spécialiste de l’éthique, des experts en sécurité et des patients experts.