aidediag

Suivre l'actu du blog

Calendrier

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

logiciel

Le GIE SESAM Vitale prolongé pour le 1/3 payant

On l’avait un peu oublié, mais le GIE SESAM Vitale, qui a joué un rôle majeur dans la mise en place de la télétransmission des FSE, avait été créé en 1993 par l’Assurance Maladie pour 25 ans. Il aurait donc dû disparaître en 2018. C’était sans compter avec la mise en œuvre du tiers payant généralisé (mais non obligatoire pour la partie complémentaire) qui lui offre une seconde vie jusqu’au 31 décembre 2026.

« Il y a eu un consensus pour le prolonger", explique à Buzz Medecin, son directeur, Jacques de Varax. Le GIE, c’est tout de même 195 salariés et des compétences appréciées notamment pour l’intégration des téléservices dans les logiciels… « La gouvernance a évolué. Les services de la CNAM participent et on travaille aujourd’hui avec les industriels le plus en amont possibles. Les projets sont pensés en commun ». Au terme d’un nouvel accord de partenariat, les programmes d’action du GIE concerneront à la fois les travaux communs à l’assurance maladie et aux complémentaires santé, mais aussi les projets spécifiques aux différents partenaires. 

Le nouveau webservice ADRi

Dans l’optique du tiers payant AMO, la CNAM a ouvert un nouveau webservice : « ADRi », Acquisition des DRoits intégrés qui permet au PS d’obtenir les droits à jour de ses patients, notamment pour la CMU, l’ALD etc. et l’absence de carte Vitale. Certains éditeurs de logiciels métier comme CGM et CLM l’ont intégré. 400 médecins équipés d’Axisanté le testent ainsi depuis janvier, à leur grande satisfaction, selon l’éditeur. L’interrogation ne prend que deux secondes et c’est l’assurance de facturer avec des droits à jour. Ce service va se déployer à partir du 1er juillet quand les PS pourront proposer le tiers payant aux patients pris en charge à 100%. C’est le CNDA qui continue à agréer l’intégration.

Les assurances complémentaires qui ont rendu un rapport commun avec la CNAM en février, auront elles aussi des services en lignes, mais chaque fédération a déjà ses propres infrastructures. L’association inter-AMC est chargée de la maîtrise d’ouvrage. Objectif commun à tous : que ce soit interopérable et simple à utiliser pour le PS, avec une offre de services communs AMO-AMC. « Le rôle du GIE est d’assurer la cohérence de l’ensemble et les relations avec les industriels. Nous aurons plus de souplesse pour avancer » précise M.de Varax. Les complémentaires santé vont, rappelons-le, s’engager dans le 1/3 payant à partir du 1er janvier 2017 en le proposant à leurs clients dans le cadre des « contrats responsables et solidaires ».
Le GIE doit être le garant de la qualité de ces nouveaux services. Y compris pour le suivi des factures Tiers Payant.
Mais rien ne presse, si l’on considère que le GIE SESAM Vitale est encore là pour dix ans !



Medistory 4×4 pour iPad en démo

Medistory arrive en 4×4 de Nancy. Et c’est donc à Nancy chez Prokov Editions, rue saint Nicolas, toujours la même adresse mais avec des locaux bien plus étendus qu’à l’origine, que Buzz Medecin s’est rend,  pour découvrir Medistory 4×4. C’est le nom choisi pour ce Medistory pour iPad tant attendu. Le résultat est à la hauteur des espérances et même plus. Une nouvelle expérience utilisateur.

Pourquoi le dossier médical n’aurait-il pas droit au meilleur ? Chez Prokov Éditons, on n’hésite pas à se réinventer tous les dix ans. En fonction des nouvelles technologies et des nouveaux besoins des médecins.

Un nouveau contexte professionnel

La nouvelle technologie, c’est l’arrivée de l’iPad.
Les nouvelles réalités de l’exercice médical, c’est le ROSP, ce sont des jeunes médecins qui restent remplaçants souvent dix ans avant de s’installer, c’est le développement des maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) avec un nouveau contexte de partage des données. Et c’est aussi une génération de médecins pour qui l’utilisation de la technologie doit être simple et intuitive. « Aujourd’hui, on veut du prêt à consommer .»
Six ans de travail, cela veut dire aussi des essais et des choix. « Notre objectif était de redéfinir l’expérience du dossier médical. Nous avions sorti, avec Medistory 3, un logiciel dit structuré pour constater qu’au bout du compte, les médecins n’utilisaient pas le codage jugé fastidieux, explique en préambule Thierry Kauffmann, président de Prokov Editions, Sur MS 4×4, le codage existe toujours mais il est transparent pour l’utilisateur. La personnalisation du logiciel qui demandait un effort de paramétrage, est devenu communautaire. Le médecin va chercher dans une bibliothèque, l’ « EtherEgo », ses courriers type, ses scores, ses questionnaires utiles à sa pratique. Juste ce qu’il lui faut. »

Codage transparent et blibliothèque en ligne

Ce sont ces questionnaires qui vont permettre de structurer l’information ainsi que l’ordonnance (les médicaments sont déjà tous codés dans la base de médicaments BCB) et les résultats d’analyse qui sont harmonisés en ligne (et codés). Si Prokov a finalement renoncé à faire héberger les dossiers médicaux en ligne, pour garder la maitrise des données, car le réseau n’est pas disponible partout quand on se déplace, l’éditeur a créé un complément en ligne de MS 4×4 « EtherEgo » (marque déposée !!). C’est un ensemble d’outils dont la fonction d’harmonisation des résultats d’analyse et une bibliothèque commune d’enquêtes, de scores, de questionnaires, de recommandations à s’approprier. Autre choix, celui d’une approche SAS comme un sas (option sur la Medistory Station en réseau) pour le partage des données en MSP, sujet toujours délicat dans un contexte rural où tout le monde se connaît. Le SAS est une forme de messagerie interne qui permet aux médecins de confier des « missions » aux paramédicaux. Un code est associé à la mission. Le patient dispose d’un code de verrouillage s’il ne veut pas partager son dossier avec l’infirmière ou le kiné…

Une démo qui va crescendo MS4x4 ecran accueil

L’utilisation de l’iPad pour un dossier médical présentait plusieurs défis : taille écran, mémoire (128 Go c’est beaucoup plus que celle des ordinateurs d’hier mais c’est tout de même limité), 1 seule application visible à la fois, une seule fenêtre à l’écran, clavier virtuel, écran tactile. De tout cela, Prokov a su faire des atouts. Tous les dossiers tiennent dans l’iPad avec un allégement des images proposé par défaut. Medistory 4×4 est un logiciel complet avec un dossier patient complet, un carnet de RV synchronisé, une messagerie sécurisée, etc.
La prescription est certifiée selon le référentiel HAS (avec BCB).
La télétransmission avec Express Vitale se fait au cabinet (on peut emporter un TLA en mobilité).
Le label MSP de l’AsipSanté, conditionné par la compatibilité DMP en cours, sera bien sûr demandé.
C’est d’ailleurs, sur un iPad mini (repris sur un grand écran pour le confort de l’assistance !) que Thierry Kauffmann fait sa démonstration pour Buzz medecin.. L’ouverture du dossier affiche d’emblée les éléments essentiels, identité, antécédents, synthèse automatique de ce qui est important, biométrie. On peut tout faire défiler en touchant l’écran. Le clavier virtuel change selon le contexte pour une saisie intuitive et rapide. Un clavier de survol apparaît si nécessaire, pour ajouter par exemple, une consigne lors d’une mission. Le terme de consultation a été élargie à celui de « rencontre » qui prend en compte toutes les modifications du dossier (arrivée de résultats d’analyse par exemple ou d’un courrier). Quand l’utilisateur passe à la « rencontre du jour », le problème de santé apparaît bien visible, les tâches à prévoir sont indiquées ainsi que les vaccins. Le médecin a téléchargé dans l’EtherEgo , les programmes de suivi qui vont le guider, prévoyant les tâches à remplir dans les trois prochains mois par exemple.

L"’Efficience" ajoute du sens aux données

La « démo » s’achève en dévoilant l’ « Efficience », la recherche multicritère nouvelle génération. L’analyse de la patientèle fournit les indicateurs ROSP mais aussi l’Efficience, c’est à dire la pyramide des âges, l’activité économique du cabinet, le suivi des différentes pathologies, la co-morbidité (combien de diabétiques en HTA ?). Tout cela sous forme de graphiques. C’est très visuel. Pour les besoins de la démo, c’était instantané. Sur l’ensemble d’une patientèle, cette extraction prendra 2 à 3 mn mais le résultat est impressionnant. « Nous avons ajouté du sens aux données » se félicite l’éditeur. Il parait que lors des démonstrations réservées à quelques medistoriens privilégiés, les médecins ont fait "Wahoo !". Je me suis contentée de prendre un air admiratif pour ne pas gêner Thierry Kauffmann dans sa démonstration car il n’aime pas qu’on l’interrompe …

Medistory 4×4 sera présenté lors d’une soirée le jeudi 10 mars à Nancy, la veille de l’ouverture du congrès de la FFMPS (Fédération française des maisons et pôles de santé) qui se tient les 11 et 12 mars dans la même ville. On peut demander une invitation par email à contact@prokov.com
www.prokov.com

La version pour Mac, Medistory 4 devrait suivre dans quelques mois. iOS et Mac OSX sont tout de même cousins….

La fiche Medistory 4×4 de Buzz Medecin sera en ligne avec le début de sa commercialisation



Salons de médecine : vus sur les stands des éditeurs

 Buzz Medecin s’est rendu le 1er octobre aux journées nationales de médecine générale à la Grande Arche de la Défense et le 8 aux entretiens de Bichat au Palais des Congrès. A la rencontre des éditeurs de logiciels et des services de rendez-vous en ligne présents.

Sephira revient dans les deux salons. Le leader de la télétransmission « autonome » avec Intellio présente de nouvelles offres, parce qu’il n’est plus envisageable aujourd’hui de télétransmettre sans gérer un dossier médical. Le Pack Sephira tout en un comprend donc le terminal Intellio et ses services plus Medicawin pour 9,90 euros/mois la première année (59 euros/mois ensuite) avec 190 euros d’installation formation et un engagement de 24 mois. Medicawin est quasiment offert. Une politique payante puisque Medicawin compte 3800 utilisateurs. Sa nouvelle version doit sortir avant la fin de l’année et l’éditeur qui a racheté le logiciel en ligne Ubinect destinés aux paramédicaux, s’intéresse de près à de nouvelles solutions en mobilité.

Sur le stand de CLM (présent dans les deux salons), on fait le point sur les nouveautés pour Crossway, Mediclick et MLM. Comme l’intégration de la messagerie MSSanté depuis juillet avec indication des correspondants abonnés. Pour l’envoi d’un document, c’est aussi simple de l’envoyer dans le DMP que sur MSSanté. Ma comptabilité libérale en ligne, c’est bien pratique pour travailler de chez soi, nous fait-on remarquer. L’œil est attiré par la présence du nouveau lecteur eS-KAP-Ad de Kapelse. Homologué en avril dernier, il est en test chez CLM et les retours sont bons. C’est un TLA complet pouvant emporter toute la CCAM. Pour le moment il n’est homologué que pour les paramédicaux en TLA réduit mais devrait l’être aussi bientôt pour les prescripteurs, en TLA complet. Prochain test dans Buzz Medecin.

 

Aux entretiens de Bichat, Fabrice Greenbaum affiche comme toujours un large sourire sur son stand partagé avec Eolys (dont l’ECG et le spiromètre sont intégrés à Weda). Son hébergeur Zayo vient d’être enfin agréé comme hébergeur de données de santé pour Weda. Et sa solution de télétransmission Vitazen intégrant le module Pyxvital a reçu l’agrément du CNDA. " Nous sommes en train d’intégrer MSSanté et avons réalisé une synchronisation automatique pour les tablettes avec un Mac et un PC".

Site Web et agenda en ligne gratuits

Toujours aux entretiens de Bichat, les stands des services de rendez-vous en ligne Doctolib et  Mon Docteur sont séparés par un stand de labo. Chacun affiche sa croissance. Doctolib : « nous avons 5000 médecins inscrits et 500 de plus chaque mois. Mon Docteur (groupe Lagardère) est aussi dans la course pour gagner des utilisateurs. Aux JNMG, la solution de gestion des rendez-vous Medbox (qui va changer de nom prochainement) espère se détacher en tête en offrant gratuitement un site Internet de 3 pages et un agenda en ligne ouvert aux patients, à tous les médecins. « Notre objectif est d’aider tous les médecins qui en ont envie à se lancer sur le web pour répondre aux besoins de leurs patients » explique le Dr Julien Pourcel, concepteur de Medbox. La société espère que ces nouveaux clients prendront ensuite ses services payants : rappel par SMS et surtout son répondeur téléphonique intelligent qui gère toutes les télécommunications du praticien 24h sur 24 et 7jours sur 7. C’est ce qu’Hellodoc avait fait en son temps avec son module de télétransmission gratuit. Cela ne lui a pas trop mal réussi !



Self-Med : faire sa comptabilité médicale avec son smartphone

Parce que la comptabilité est une corvée pour le médecin (et pour le professionnel de santé en général), dont elle gâche quelques soirées, Michael Azoulay, expert comptable pendant 15 ans, a voulu la rendre presque…ludique en privilégiant l’utilisation du smartphone, dans le service en ligne SelfMed

Ainsi est née la start up Self-Med qui compte aujourd’hui 10 personnes, « l’innovation comptable aux services des professionnels de santé ». L’idée est de réduire au maximum la saisie comptable.
Le plus compliqué pour le professionnel de santé, ce ne sont pas les recettes mais la gestion des justificatifs de dépense, la répartition selon les postes, les débits du compte bancaire dont on ne sait plus ce qu’ils représentent… « C’est là que Self-Med intervient, explique M.Azoulay, nous collectons en temps réel pour le médecin toutes les informations qui manquent, à partir de la consultation journalière de son (ou de ses) compte bancaire. »
Plus qu’un logiciel de comptabilité en ligne (dans le "Cloud"), Self-Med est un service en ligne.

Ce service, sécurisé (Norton Secured), est opérationnel depuis octobre. Le médecin se sert du site Web pour s’inscrire, se relier à son expert comptable s’il le souhaite. Il n’y a aucun paramétrage à effectuer. Ensuite, le professionnel de santé consulte et actualise sa compta sur l’appli mobile; L’appli sur smartphone est synchronisée au compte bancaire professionnel et les flux bancaires sont automatiquement catégorisés. C’est plus ludique que l’appli bancaire. « Quand le médecin a fait un chèque, l’appli envoie une alerte au moment où le chèque est débité, demandant son affectation (frais, impôts, documentation, cotisation, etc.). Quand il reçoit une facture, il peut la prendre en photo avec son smartphone. Celle-ci sera disponible en pièce jointe pour son expert comptable, s’il en a un. Les amortissements sont calculés en temps réel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des contrôles automatisés

« Avec cette application intelligente, nous avons automatisé les contrôles de la profession comptable, estime Michael Azoulay.
Les professionnels de santé  sont en mesure de rédiger la déclaration 2035 de manière autonome et rapide puisque 90% de la saisie est automatisée., Mais Self-Med fait aussi gagner du temps à l’expert-comptable!  La solution est d’ailleurs partenaire de jedeclare.com et se veut compatible avec les principaux logiciels de la profession comptable. Le coût de la télédéclaration est inclus dans l’abonnement. Des développements sont prévus à terme pour la gestion du tiers payant et des contacts sont pris pour se rapprocher des éditeurs de logiciel métier.

Abonnement : 39,90 TTC/mois. Essai gratuit de 2 mois sur www.self-med.fr, renseignements à contact@self-med.fr. Appli Self-Med à télécharger sur App Store, Google Play et Windows Store
Self-Med est destiné aux cabinets libéraux individuels ou groupés mais avec compta BNC ou SEL. Le cas de figure compte propre/compte SCM est prévu. Accès dédié secrétaire en cours de finalisation. (Pas vu lors de la démo chez SelfMed)

 



Petit lecteur PC/SC + smartphone = solution Smart Vitale

Il y a quelques mois, le GIE SESAM Vitale a validé la généralisation des petits lecteurs PC/SC mono-fente pour la lecture de la carte Vitale ou de la carte CPS (voir l’article de Buzz Medecin). Le pack de développement est à la disposition des éditeurs depuis le 12 septembre et voilà qu’arrive une première application…pour les taxis.  Elle s’appelle Smart Vitale et se trouve composée d’un lecteur de carte qui communique par Bluetooth avec un smartphone. Tandis que le smartphone connecté à Internet (via réseau 2G, 3G , 4G..) envoie les informations de la carte Vitale vers un serveur sécurisé.

Les taxis premiers servis

S’ils n’ont pas de carte CPS ou CPE, les chauffeurs de taxi ont en effet des relations avec l’Assurance Maladie, via les clients bénéficiant de bons de transport (la moitié des taxis font du transport de malades avec prise en charge).  La société Soraya éditrice depuis 1998 du logiciel du même nom qui assure la gestion  et la télétransmission d’un millier de licences de taxi, a cherché comment accompagner ses clients pour faciliter la lecture de la carte Vitale. L’arrivée des petits lecteurs PC/SC  leur a donné des idées.
« Nos clients ont tous un téléphone mobile. Notre solution Smart Vitale a été conçue en couplant ce téléphone avec un lecteur existant (société partenaire) Bluetooth pour lequel Soraya a développé le soft de lecture de la Carte Vitale », explique Alexis Gandubert de Soraya. Les données administratives recueillies sont envoyées sur un serveur sécurisé. Chaque taxi a un accès personnel sécurisé et crypté. Il peut vérifier les droits s’il pratique le tiers payant. Pas besoin de Wifi à proximité, cela fonctionne très bien en 3 et 4 G et même en 2G ,en rase campagne. Smart Vitale est homologué par le GIE SESAM Vitale pour iOS et Android. « Deux autres éditeurs nous ont demandé d’utiliser notre solution, soit un potentiel de 7500 taxis.
Pour les taxis, le gain de temps est évident et la possibilité de vérifier en temps réel les droits est précieuse surtout quand ils pratiquent le 1/3 payant (la moitié des taxis  conventionnés proposent le 1/3 payant).

Au tour des infirmières (et des médecins…)

« Nous allons nous attaquer au marché des infirmières dès que nous aurons validé notre lecteur en bi-fentes (deux lecteurs dans un seule boitier). La lecteur de CPS se fait bien sous Android. Et nous pensons que cela pourrait intéresser les médecins…»

 

Le service se prend par abonnement  :17 euros HT/mois avec dégressivité en fonction de la durée de l’engagement (c’est  par exemple 16 euros/mois sur un an.) et du nombre d’abonnements
http://www.smartvitale.fr/
 



Kinapsys de RM Ingénierie : la réalité virtuelle au service de la rééducation

M.M. Foucault, père et fils, respectivement « general manager » et « deputy general manager » de RM Ingénierie, ont joué les vedettes du 5e Investor Summit (où le « booklet » de synthèse est en anglais) de Cegedim à Boulogne le 16 décembre.
Romain le fils a fait « travailler » son père Pierre en rééducation fonctionnelle et neurologique pour démontrer les possibilités de la nouvelle solution Kinapsys, basée sur la Kinect V2 de Microsoft et son capteur de mouvement. M. Foucault père, face à un écran, s’est donc immergé dans un environnement virtuel où son image aux articulations et aux segments visibles (comme sous des rayons X) reproduit ses propres mouvements. On est en plein dans la réalité augmentée. M. Foucault père gagne un point quand le mouvement est bien fait : des mouvements de bras, d’épaule, de jambes selon les exercices programmés (il y en a 250). Il exécute un exercice en double tâche comme un Memory piloté par les pieds. Il a un retour visuel immédiat (biofeedback) sur sa réussite. A sa console, M. Foucault fils gradue difficulté et vitesse. Car tout est paramétrable.

 

 

 

 

 

 

 

Première solution de rehab-gaming

L’entreprise de Rodez, qui a rejoint le groupe Cegedim en 2006 travaille depuis 31 ans avec les kinés. Elle occupe une position de leader sur ce marché (22.000 clients) et innove constamment. L’arrivée de la Kinect de Microsoft lui a inspiré cette solution intégrée pour la rééducation, un « serious game » qui marque la naissance du rehab-gaming, des exercices divertissants permettant de traiter différentes pathologies. Kinapsys intéresse la traumatologie, la gérontologie, la neurologie, la rhumatologie, l’orthopédie, les désordres pondéraux, etc. Présenté en septembre au salon Rééduca, Kinapsys a gagné le trophée « Rééduca Innov 2014 » et a reçu un accueil favorable des kinés. Il était aussi en démonstration au grand salon international Medica de Düsseldorf en novembre. C’est la solution la plus aboutie dans son domaine sachant que la Wii de Nitendo a aussi trouvé des utilisations en rééducation. 
A l’issue de leur démonstration à Boulogne, M.M. Foucault se sont éclipsés avec leur matériel car ils avaient rendez-vous chez Microsoft où Kinapsys fait figure de meilleur exemple d’application santé de la Kinect.
Le pack complet est vendu 4900 euros TTC. La commercialisation débute.
En savoir plus
 



Kap&Link de Kapelse, un « terminal lecteur » fixe nouveau et différent

C’est dans un café de la Porte Maillot qu’elles m’ont été montrés (enfin !!), les « solutions » SESAM-Vitale de Kapelse, homologuées selon le référentiel « terminal lecteur » 3.30 le 22 juillet dernier et dévoilées sur le site du GIE depuis quelques jours. Ingenico n’est plus le seul sur le marché…

Un produit différent

Ce nouveau produit est différent : beau, design, léger, branché, compact, connecté. Il va servir à la télétransmission, à la mise à jour des cartes Vitale et à bien d’autres choses. Kapelse est une nouvelle société qui « conçoit des solutions e-santé innovantes pour le suivi simple et sécurisé des patients à leur domicile". Kapelse travaille sur un projet de box télésanté de la taille d’une mini tablette, le Kap&Care, aujourd’hui abouti dont « l’objectif est de stocker, visualiser et transmettre des mesures de santé de manière sécurisée et accessible par un tiers » (c’est la « Satebox » du projet lorrain Satelor, actuellement en test chez des patients). Il a fallu y intégrer une partie authentification par CPS, pour le suivi par les professionnels de santé.

Fabriqué en France

De la box au lecteur de carte, il n’y avait plus, si l’on peut dire, qu’une fente à rajouter et même deux (pour les cartes mutuelles mais pas bancaires). Et voici le Kap&Link. Blanc avec écran couleur tactile, format d’un smartphone qui serait renflé à la base, il s’utilise en position verticale ou horizontale. Avec des rainures antidérapantes au dos et à la base, qui est arrondie et intègre un cerclage chromé recouvert d’antidérapant. Ce « terminal lecteur » est fabriqué en France s’il vous plait (avec 60% de valeur française) dans deux usines. La société Kapelse a tenu à faire travailler des entreprises françaises, avec toutes les difficultés qu’on imagine…Il respecte la norme RHOS et sa fabrication n’utilise ni colle, ni solvant, ni peinture. La coque plastique est teintée dans la masse.

La carte CPS s’installe dans le socle où se glisse également le cordon USB. Une fois le réceptacle fermé, le cordon ne risque pas de se débrancher. C’est élégant et astucieux. Pas de CD d’installation, le pilote s’installe dans le poste de travail à partir du lecteur. Installation plug and play pour MacOS et Windows (mise à niveau pour Win XP) et Linux. Le microprocesseur travaille sous Linux, ce qui lui assure rapidité et performance. Il est ouvert à toutes sortes d’applications. Il suffit de lui ajouter un accessoire (switch Ethernet K-Eth) pour le transformer en lecteur Ethernet en conservant un seul et unique câble. Un service de mise à jour des Cartes vitale, Kap&Maj sera d’abord proposé en pharmacie (avec le Kap&Link ou la box). En version réseau, le Kap&Link qui intègre la technologie NFC s’utilise en mode sans contact pour l’authentification des PS. Une version mobile est finalisée (format smartphone, WiFi et Bluetooth 4.0). Elle sera homologuée selon le référentiel RAC (Référentiel accès cartes) du GIE Sesam Vitale qui rend les services en ligne (Ameli Pro de l’Assurance maladie ou le DMP) accessibles à partir d’une tablette mobile.
Avec cette nouvelle gamme de terminaux, les éditeurs de logiciels métier ne devraient pas manquer de développer de nouveaux services et solutions pour leurs clients…

La version fixe sera commercialisée début 2015 autour de 250 euros environ

Fiche technique du Kap&Link fixe:
320 Mo de mémoire (64 Mo SDRAM et 256 Mo Flash), processeur ARM Cortex A5 32 bits basse consommation.
3 connecteurs cartes. Antenne sans contact (NFC). Switch Ethernet en option.
Écran graphique tactile 3,5 ‘’ de résolution 320×480 pixels. Clavier tactile
Dimensions : 115x60x75, poids : 180g
 

 



Medaplix sur le Cloud Pro d’Orange

Orange propose sur son portail Pro à ses clients professionnels de santé, le logiciel 100% Web Medaplix de Medext Group qui a beaucoup évolué et progressé en fonctionnalités depuis son lancement il y a deux ans (voit le nouveau test de Buzz medecin).
Une façon pour l’opérateur d’enrichir son offre Cloud Santé qui ne comptait jusqu’ici que la boîte mail sécurisée pour les FSE ainsi que la possibilité de création et d’hébergement d’un site Internet à 29,90 euros HT/mois (pour un site livré sous 5 jours après entretien téléphonique, adapté à chaque spécialiste et conforme à la déontologie médicale).
Pour Medaplix vendu en ligne sur un mode low cost où il faut tout installer tout seul, attirer les médecins clients Orange (et ils sont nombreux, issus en particulier de l’ancienne offre Wanadoo santé) constitue une opportunité de développement non négligeable.
L’offre Orange est plus chère mais elle inclut formation (deux heures) et assistance téléphonique (numéro vert). Et elle est sans engagement. Après un mois d’essai offert, on peut mettre fin au contrat à tout moment. Et Medaplix permet d’obtenir la ROSP.
20,83 € HT /mois pour Medaplix seul et 37, 50 € HT/mois avec la télétransmission (Pyxvital).
http://lecloudpro.orange.fr/catalogue/Medaplix



Medaplix, nouveau logiciel medical low-cost

Medaplix, un logiciel en ligne certifié et low-cost à la conquête des médecins

« Les coûts de l’électronique ont baissé, le low-cost a gagné les abonnements internet et mobile, il était temps de revoir le modèle économique du logiciel médical, pour donner du souffle au médecin en baissant ses charges », explique Jamal Choujar (ex-Meditrans, ex-Cegedim et ex-CMV Mediforce) qui a créé Medext Group il y a trois ans avec quelques autres spécialistes de l’informatique médicale. D’où le concept du logiciel en ligne Medaplix à 10 euros/mois (+ 10 euros pour la télétransmission déléguée à Pyxvital devenue 15 euros par la suite).

Comment ce prix de 10 euros/mois est-il possible ?

L’hébergement sécurisé est mutualisé avec d’autres activité (hébergement CRO notamment) du groupe. Les développements, en open source, ont été sous traités à l’étranger sur un cahier des charges maison pour un logiciel basique. « Les évolutions du logiciel ne coûteront pas cher », assure le directeur général de Medtext. Il n’y a pas de réseau de revendeurs ni d’installateurs. Enfin, Medext a travaillé pour la prescription avec la base Thesorimed, base publique gratuite d’informations sur les médicaments développée par l’Assurance Maladie. Depuis son agrément par la HAS, Thesorimed, seulement intégrée dans des logiciels hospitaliers cherchait un partenaire pour entrer chez les médecins de ville. « Il y a eu un gros effort d’intégration de notre part même si la démarche a été commune » reconnaît Jamal Choujar. Certes, la mise en page des informations fournies par la base (les RCP) reste un peu brute de coffrage. Mais le logiciel a reçu sa certification selon le référentiel HAS et il n’y a pas d’abonnement supplémentaire pour le médecin. Il est simple et conforme aux objectifs de la convention 2012 pour permettre au médecin d’obtenir un maximum de points.
Pour le jeune groupe, le lancement du logiciel prévu à la mi-novembre s’intègre dans ses autres activités avec à terme le projet de fédérer une communauté de médecins autour d’une plate-forme Medaplix d’échanges de document internes et d’événements (conf-call en ligne, chat..).
Un pari audacieux mais le nouveau modèle va bousculer les anciens. Même si on ne change pas aussi facilement de logiciel que d’abonnement téléphonique.

Voir le test de Medaplix sur Buzz Médecin
 



Bon anniversaire Médistory

C’est toujours sympa d’ouvrir un blog par une fête d’anniversaire. Et oui, Médistory, leader des logiciels médicaux sur Mac avec environ 10.000 utilisateurs, a un quart de siècle en 2012 . Et  c’est, hier 4 juillet  – Independence day de l’autre côté de l’Atlantique-qu’ont débuté les festivités. Médistory est né en 1987 à Nancy sur les MacIntosh flambant neufs de la société Prokov Editions, créée spécialement pour sa venue au monde. Son père, Thierry Kauffmann en était déjà très fier et il veille toujours sur la croissance de l’enfant ainsi que sur sa descendance qui a fait souche dans 8.000 cabinets médicaux.

Le 4 juillet donc, Prokov avait invité ses revendeurs et leur a remis un combiné pour leur smartphone. Clin d’oeil du présent au passé qui avait aussi ses bons côtés (c’était si bon de coincer un combiné sous son menton tout en écrivant…).

Le 20 octobre, ce sera cette fois, la fête des utilisateurs, -parfois appelés les médistoriens- avec une soirée de gala à Dinan organisé par le Club Medistory Bretagne avec la participation des Clubs Medistory Nord (Med-cht’i-stories), Centre, Alsace et de la liste medistories. Thierry Kauffmann himself honorera la soirée de sa présence…En profitera-t-il, tel Steve Jobs, lors de ses fameuses keynotes, pour dévoiler à ses fans le fameux Medistory pour iPad  dont on parle depuis plus de deux ans…C’est son secret.