sephira intellio

Suivre l'actu du blog

Calendrier

avril 2019
L Ma Me J V S D
« mar    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Téléconsultation

Dispo.fr, l’agenda de RV en ligne de 118 218 gratuit pour les médecins dans les déserts médicaux

dispoArrivant parmi les derniers sur le marché des plates-formes de RV en ligne, 118 218 a choisi de se différencier en proposant son service gratuitement, pendant un an, aux médecins installés dans des déserts médicaux.

Ils ont toujours leur bandeau et leur short rouge d’adeptes de la gym tonic mais ils ont revêtu T-shirt adapté et blouse blanche. Après deux ans de réflexion et de tests, 118 218 vient d’ouvrir dispo.fr, sa plate-forme de prise de RV medicaux en ligne. 20% des demandes reçues par ce leader français des services de renseignements téléphoniques concernent en effet la recherche d’un médecin.

Le rendez-vous en ligne encore peu répandu en milieu rural

Très présent dans les grandes villes (62 % des patients et 66% des médecins utilisent les plates-formes de RDV en ligne selon une étude IFOP réalisée pour l’URPS médecins Ile de France à Paris), le service de rendez vous médicaux en ligne l’est beaucoup moins en zones rurales ( 9%). C’est donc ce terrain que dispo.fr a choisi de cibler en priorité avec une offre gratuite pendant un an pour ses praticiens. Si donc, vous êtes médecin dans un désert médical (33 départements concernés selon la cartographie médicale dressée par l’Ordre nationale des médecins), vous pourrez bénéficier d’un abonnement gratuit d’un an, limité à 3 mois gratuits pour les praticiens du reste de la France.

L’agenda offre toutes les fonctionnalités des autres plates-formes et se distingue selon ses concepteurs par sa simplicité et une formation de 40 minutes offerte. Hebergement sur serveur securisé HADS
Spécialisé dans la mise en relation, 118-218 a passé des partenariats avec CallMed pour un secrétariat téléphonique de qualité (chaque médecin et ses patients ont « leur » secrétaire) et Medaviz pour proposer sa nouvelle offre téléconsultation qui sera également gratuite dans les déserts médicaux.
Objectif : avoir séduit 2000 clients professionnels de santé d’ici fin 2019

Dispo.fr, 29,90 €/mois sans engagement, 3 mois offerts et un an dans les déserts médicaux
CallMed, optionnel, forfait ajustable de 275 à 475 €/mois
www.medaviz.io



Comment la téléconsultation veut transformer le système de santé

Importantes levées de fond, déploiement d’équipes commerciales sur le terrain, encouragement des CPAM, plusieurs forces concourent au développement de la téléconsultation en France en nette accélération depuis la mi-février (plus de 700 TC remboursées/semaine selon la CNAM). Pour quels changements dans la pratique médicale? Buzz Médecin a essayé de dégager quelques points clés.

L’annonce le 20 mars par Doctolib d’une levée de fond de 150 millions d’euros a entraîné un important déferlement médiatique. Tant dans les milieux économiques (aujourd’hui valorisée plus d’1 milliard d’euros, Doctolib est devenue une licorne, c’est-à-dire une start-up qui réussit) que dans ceux de la e-santé qui annoncent déjà la transformation du système de santé.

Les acteurs se renforcent

TC URPS 1TC URPS 2En toile de fond, la bataille est engagée pour « prendre des parts » de ces nouveaux marchés. Les plus gros éditeurs de logiciels, forts de leurs parcs de médecins clients, veulent percer avec des initiatives comme Docavenue (Cegedim) ou ClickDoc (CompuGroup) reposant sur leur plate-forme de RV en ligne.
La prise de rendez-vous à distance a constitué une étape de cette (r)évolution dans les cabinets et de plus en plus dans les hôpitaux. Pour la plus grande satisfaction des patients comme le révèlent les enquêtes.
Les assureurs sont de la partie. Ils ont noué des partenariats avec des plates-formes depuis déjà quelques années quand ils ne les ont pas financées eux-mêmes comme le groupe Axa avec Qare ou le groupe d’assurances santé VYV dont avecmondoc est devenu la filiale à 100%
Le pionnier du téléconseil et de la téléconsultation, MedecinDirect vient de rejoindre le groupe international Teladoc Health (siège à Barcelone), l’un des leaders mondiaux de prestations de santé virtuelles présent dans 130 pays.
De nouveaux acteurs comme la start- sup suédoise Kry et sa plate-forme Livi qui a déjà fait ses preuves dans d’autres pays d’Europe, s’installent en France avec de gros moyens.
Plus modestement, les starts up- françaises dédiées à la téléconsultation se montrent inventives et lèvent des fonds (Hellocare a obtenu 2 millions d’euros supplémentaires pour le développement d’Hellocare Connect) dans l’optique de trouver leur place…Quitte à se faire racheter quand les plus gros feront leur marché

Centres de santé et cliniques virtuels

Certes, les médecins généralistes ou spécialistes qui vont s’abonner à ces services, voient sans doute d’abord l’intérêt de programmer des téléconsultations avec leurs patients pour le suivi plutôt que de les faire se redéplacer ou de répondre au téléphone sans compensation financière.
Mais les plates-formes voient plus loin.
Pour celles qui pratiquaient déjà des téléconsultation prises en charges par des mutuelles et assureurs, la publicité assurée par le gouvernement autour du remboursement de la TC constitue une aubaine. Le grand public, hier encore peu familier de cette forme d’exercice de la médecine, l’a découverte à travers de nombreux reportages. Les appréhensions tombent.
Les plates-formes disposant d’un contingent de médecins partenaires assurant une disponibilité 7/7 sinon 24/24 se considèrent comme des centres de santé virtuels, acceptant des patients qui n’ont pas de médecins traitants ou des MT indisponibles ou ayant besoin de consulter rapidement un spécialiste.
La présence de Livi aux journées des Maisons et pôles de santé à Dijon fin mars ne tient pas tant à la nécessité de recruter de nouveaux médecins pour sa plate-forme que de se faire connaitre en tant qu’acteur de santé public.
A l’heure où les médecins ont souvent bien du mal à se faire remplacer pourquoi ne pas renvoyer leurs patients vers un centre de santé virtuel…où des médecins formés pourront prendre en charge tout ce qui relève de la téléconsultation. C’est-à-dire la plus grosse partie de la demande médicale.
Parallèlement, on assiste à la naissance de cliniques ou cabinet de consultations médicales à distance avec présence d’une infirmière (non encore prise en charge) et de dispositifs médicaux connectés, ce qui élargit le périmètre de la téléconsultation.
Cegedim a ouvert un de ces cabinets en juillet 2018 dans le Loiret. La société Hopimedia, qui en a déjà quatre à son actif en milieu rural, préfère parler de clinique de consultations médicales à distance. Et vient d’en installer une au centre-ville de Nancy avec trois postes de téléconsultation. A titre de test, les patients n’auront rien à débourser.

Des services d’intelligence artificielle.

En accumulant les consultations à distance et des diagnostics structurés par la CIM 10, certaines plates formes disposent déjà d’un savoir-faire important en matière de « colloque singulier » par chat interposé.
Médecin direct va ainsi d’ici la fin de l’année proposer aux praticiens un service d’aide au diagnostic sur abonnement. Ce n’est qu’un début. Dans l’exploitation des données.

7939 actes de téléconsultations remboursés depuis six mois

En attendant le volume des TC reste encore modeste. Le dernier bilan livré par la CNAMTS fait état de 7939 TC remboursées au 7 mars 2019. Mais l’assurance maladie note une tendance à l’accélération puisqu’on est passé de 200 à 700 TC remboursées par semaine. Ce sont les médecins généralistes qui les pratiquent le plus avec 40,2% des actes facturés, suivis par les autres spécialistes (32,2%). Les centres de santé ont généré près d’un cinquième des actes facturés (19,9%) et les établissements de santé le restant (7,7%) en les facturant dans le cadre de consultations externes.

 



Téléconsultation et téléexpertise : les médecins en première ligne

Le LAB’URPS de l’URPS Médecins Ile de France, toujours en pointe sur les nouveautés technologiques a organisé le 14 février une demi-journée de colloque sur « la pratique de la télémédecine en libéral ».

Lydie Canipel, secrétaire générale de la Société Française de Télémédecine (SFT) a detaillé le cadre fixé par l’Assurance Maladie pour les nouveaux actes TC (téléconsultation) et TE (téléexpertise) qui viennent s’ajouter depuis peu aux prises en charge déjà existantes pour la Télésurveillance en équipe de certaines pathologies ainsi que pour la téléassistance. Elle a rappelé quelques grands principes pratiques, avant de se lancer, comme le fait de bénéficier d’un bon réseau, de prévenir son assureur et d’obtenir de son patient qu’il se trouve dans un lieu confidentiel. Une petite documentation pour le patient ne sera pas inutile. L’éligibilité du patient relève de la responsabilité du médecin, qui doit refuser un TC lorsqu’un examen physique est obligatoire et ne doit pas hésiter à l’interrompre, si un besoin présentiel se fait sentir. La HAS s’apprête à sortir un guide complet.
Lydie Canipel a insisté sur la nécessité d’une formation* pour les asêcts législatifs et techniques, mais aussi pour apprendre à s’assurer de la compréhension du patient et, si besoin, à améliorer son écoute. Le médecin s’apercevra très vite que l’on voit mieux les détails à l’écran (on peut zoomer) et que les conditions d’écoute sont meilleures. « Les freins sont dans nos têtes ».

ça va faire bouger les pratiques

Les témoignages de plusieurs médecins qui ont déjà fait des téléconsultations sont plutôt convaincants en termes de gain de temps et de satisfaction des patients. Quand il est difficile de trouver un médecin qui viendra en visite, cela évite les urgences.
« L’examen clinique manque, c’est une limite, souligne le Dr Adrien Naegelen, MG remplaçant à Paris 11ème, mais d’autres informations passent par la vue et le langage ».
Le Dr Julien Carricaburu, de la DDGOS, a clos ce petit colloque par l’histoire de l’avenant 6, suscitant des réactions indignées dans la salle à l’énoncé du montant de la téléexpertise entre médecins qui débute à 12 € !
De toute façon l’accord est évolutif et déjà « ça va faire bouger les pratiques ».

Les quelques 200 participants n’avaient plus qu’à se rendre dans les différents stands des plates-formes de téléconsultation présentes : Consulib, docavenue, doctoconsult, Doctolib, idomed, medvu.fr, Avecmondoc, Safesanté, Psylib
Buzz Médecin ne les a même pas encore toutes rencontrées…

*Ça tombe bien, la SFT en partenariat avec Formatic Santé  organise des formations les 19-20 mars et 16 avril prochains
Renseignements sur https://www.sf-telemed.org



Solution gratuite pour la téléconsultation en Auvergne Rhône Alpes

En région Auvergne Rhône Alpes (Aura), une solution gratuite permet déjà aux médecins faire des téléconsultations (TC), c’est celle du GCS SARA, groupement de coopération sanitaire Santé Auvergne Rhône Alpes. L’URPS médecins et l’ARS ont en effet souhaité mettre à disposition des professionnels de santé de la région des solutions interopérables et accessibles à partir d’un portail unique le portail SISRA qui réunit déjà de nombreuses fonctionnalités tant pour les professionnels que pour les patients. Le Dr Marcel Garrigou-Grandchamp, de l’URPS, en détaille les modalités.

Les prérequis : un PC ou MAC équipé d’un navigateur Firefox ou Chrome et d’une connexion internet avec un débit suffisant et prochainement à partir d’un Smartphone ou d’une tablette.

râce à la plateforme de télé consultation le médecin adresse un lien HTTPS à son patient qui n’a plus qu’à se connecter en direct ou à l’heure précisée pour rejoindre l’espace de télé consultation dans le cadre du parcours de soins et des conditions normales de l’avenant n°6. Nous conseillons aux médecins d’utiliser la TC pour des patients connus, dont ils sont le médecin traitant et en ALD pour permettre un règlement simple en tiers payant intégral par l’assurance maladie. La plateforme proposera bientôt le règlement en ligne par CB.

Le médecin peut adresser une ordonnance en mode sécurisé conforme au RGPD :
- Directement de son logiciel métier au pharmacien désigné par le patient en utilisant l’imprimante virtuelle RSPS (développée par l’URPS médecins AuRA) ou celle de MonSisra (application de messagerie et d’échange de documents développée par le GCS SARA).
- Ou via l’espace sécurisé patient de MyHop accessible par MonSisra La plateforme permet également la télé conférence pour plusieurs professionnels de santé (RCP synchrone non présentielle) et le partage de documents à l’écran.
M.G.G.
https://www.sante-ra.fr/

Voir le PDF complet avec les écrans