Bandeau haut pair
Twitter E-mail
30 Jan 2020

Télémédecine : encore 30% de professionnels à convaincre

2 commentaires

Selon le dernier sondage Odexa réalisé en novembre 2019 pour « Le Magazine de la santé » et la nouvelle Agence du numérique en santé (ANS, ex ASIP Santé) et publié le 27 janvier, la télémédecine ne fait pas encore l’unanimité ni parmi les médecins, ni parmi les patients.  Le site de l'ANS en reprend des éléments dans Le Baromètre Télémédecine (étude Odexa-CareInsight) soulignant la notoriété acquise par cette nouvelle forme de pratique puisque 84% des médecins et 80% des Français connaissent les actes de télémédecine. 60% des Français et 70% des médecins et des infirmières en ont une bonne opinion.

La téléconsultation (TLC) satisfait les patients (71%) et davantage encore les PS (86%) qui l’ont expérimentée. C’est très encourageant souligne l’ANS « mais avec 29% de mécontents, des

Doc ANS

progrès sont encore possible auprès de la population générale ». Un professionnel sur trois a en effet une « assez mauvaise ou une « très mauvaise opinion » de la télémédecine.
Les infirmiers sont plus inquiets que les médecins : la télémédecine leur fait peur à 39% contre 31% pour les médecins. Les PS estiment à 70% que la télémédecine va déshumaniser la relation médecin patient, à 69% qu’elle crée des risques de piratage des données de santé et à 66% des risques accrus d’ erreurs médicales.
59% des personnes interrogées refuseraient une TLC proposée par le médecin, l’estimant trop impersonnel.

13% des médecins ont déjà fait une téléconsultation

Au total, 13% des médecins interrogés et 6% des infirmiers ont déjà fait une consultation. Le manque d’outils nécessaires et la préférence pour la consultation en présentiel sont invoqués par ceux qui ne se sont pas lancés mais pensent à 60% qu’ils y auront recours dans l’avenir.
Il est à noter que seuls 45% des TLC ont été faites sur des plates-formes spécialisées. La webcam et le téléphone représentent 35%, Skype, WhatsApp ou Facetime 35%. 6% proviennent de cabine de téléconsultation.
Deux tiers des infirmiers estiment que la TLC fait gagner du temps au médecin mais moins de la moitié des médecins (47%) partage ce sentiment…Tandis qu’ils estiment à 70% que cela facilite la vie des patients. L'accompagnement par un PS pendant la TLC est appréciée (87%).
Les deux tiers des sondés pensent que la télémédecine est une bonne chose pour la qualité des soins en France, notamment la téléexpertise (85%) et la télésurveillance (76%).
.
Ces études font apparaitre des opinions contrastées où la télémédecine ne fait pas encore l’unanimité ce qui est somme toute assez normal. Rappelons les craintes exprimés par les médecins lorsqu’il s’est agit d’introduire des ordinateurs dans leur cabinet de consultation ! C'est le bon usage de l’outil au moment opportun qui le fera entrer progressivement dans la pratique.
.
Sondage Odoxa par Internet. Echantillon de 3012 Français de plus de 18 ans dont 2630 ont eu une consultation en cabinet ou à l’hôpital au cours des 12 derniers mois et de 522 PS (116 MG, 138 spécialistes, 268 infirmiers) . Télécharger le sondage

Le baromètre Télémédecine de l’Agence numérique en santé (ex-ASIP Santé)

[Haut]
À propos de l’auteur


2 réponses à Télémédecine : encore 30% de professionnels à convaincre
  1. Tout à fait d’accord.

    Je rajoute que s’il s’agit d’un patient qui n’est pas en ALD, CMU … il règle la consultation par CB et les frais bancaires pratiqués par les intermédiaires sont pratiquement équivalent à 1 € pour une cs à 30 €. Certes ce n’est pas énorme mais dans mon cas largement plus élevé que les frais de ma banque pratiqué en présentiel.

    Pour les médecins ,pas de gain de temps , prévoir dans le planning des créneaux téléconsultaitons pour ne pas se laisser déborder.
    Côté patient : indéniablement un service rendu et des économies de carburant et de temps (dermatologue dans l’Ain je vois des patients qui font 1h ou 1h30 de route pour venir du Jura)
    (médecin spécialiste)
    (médecin spécialiste)

  2. On est typiquement dans un cas dans un cas de question(s) mal posées et donc de conclusions idiotes: Le problème n’ est pas tant de convaincre les uns et les autres que la télémédecine est faisable, c’est tout simplement de ne pas voir qu’elle n’est pas LA solution aux problèmes d’accessibilité /médecin, pour au moins deux raisons
    – une majeure: Si tannt de confrères n’ont déjà pas trop de temps pour s’occuper de leurs patients en cabinet, pour diverses raisons, comment peut-on croire qu’ ils vont en dégager pour des téléconsultations? Autrement dit la TLC est victime d’une question démographique qu’elle est censée palier (cercle vicieux façon Shadok)
    – accessoirement les « déserts médiccaux » sont aussi des zones peu cablées, et une bonne partie des patients , et ce sont justement notamment des personnes âgées, donc consommatrices de soins, soit n’ a pas d’accès, soit n’ a pas le « savoir faire/savoir utiliser » les outils ad hoc.
    Le paradoxe étant que, là où çà aurait une certaine utilité, dans les EHPAD (où on a du personnel pour assurer « l’interface humaine ») soit c’est sous équipé soit on a multiplié les expériences cuteuses et à côté de la plaque (cabines…) trop compliquées d’emploi pour rendre le moindre service.
    Aussi raté au final que l’idée (bonne sur le fond, mais c’est facile d’être bon tant qu’ on reste au plan « idée générale ») que le DMP.
    (médecin généraliste)


[Haut]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *