madeformed mars juillet

Calendrier

janvier 2014
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives quotidiennes : 21 janvier 2014

Premiers trophées de la santé mobile

Grand trophée à SAM SEP de Merck Serono, journal pour les patients atteints de sclérose en plaque.
Trophée encore pour iChemoDiary de MSD destiné à la gestion des effets secondaires , iPansement de Elevate SAS, Ma grossesse de Doctissimo et Diabphone, carnet d’auto-surveillance du diabète. Dix-neuf prix*, quatre trophées et un grand trophée, la soirée organisée par dmd Santé pour la remise des premiers Trophées de la santé mobile, au forum des Images (forum des Halles) a duré plus de trois heures et encore, quelques prix n’ont pu être attribués faute d’applications intéressantes ! La sélection soumise à un jury indépendant n’a conservé en effet que les applications ayant obtenu 16/20 selon les critères de la plate-forme d’évaluations de dmd Santé (dmdpost.com). Soit une centaine d’applications à départager.
La Santé mobile (il existerait 750 applications santé en France) y a en tout cas gagné ses galons après une table-ronde animée par Jérôme Bonaldi, réputé notamment pour sa présentation de gadgets insolites à la télévision !

Des applis smartphones aux objets connectés

Mais tous les intervenants prennent la santé mobile très au sérieux. L’Ordre des médecins est entré dans le monde numérique et la médecine 2.0, a rappelé le Dr Jacques Lucas, son vice-président. Les consultations étant trop courtes, le patient n’a pas le temps de poser de question et les applications de coaching peuvent améliorer l’efficacité des traitements, a souligné son confrère le Dr Pierre Simon, spécialiste de télémédecine. Les laboratoires pharmaceutiques l’ont d’ailleurs bien compris : sur les douze applis grand public primées, neuf ont été conçues par des laboratoires qui les mettent gratuitement à la disposition des patients. Des patients qui entendent, de plus en plus, être associés à leur réalisation. Il faut encourager les plus intéressés à exprimer leurs besoins, confirme Claire Viguier-Petit (Sanofi diabète) Une appli réussie répond à un besoin avec une utilisation ergonomique. Et le médecin peut en devenir prescripteur.
Prochaine étape, les objets santé connectés (Withings et iHealth étaient présents) qui auront leur trophée l’an prochain. Nous sommes dans un moment de bascule, estime Bernard Benhamou (Proxima Mobile), de vrais objets médicaux arrivent (NDLR. comme le Cardiolab testé par Buzz Médecin). Pas de panique, ces objets relèvent des dispositifs médicaux qui font déjà l’objet d’une réglementation spécifique. Ce sont surtout les données de santé qu’il faut sécuriser et les échanges médicaux car ce qui est mobile c’est l’information. On partage ses données de « fitness ». On doit apprendre à ne pas aller plus loin. En France, il existe des hébergeurs de données de santé agréés par le ministère de la Santé (HADS). Et puis les patients ne vont tout de même pas se transformer en support de dispositifs connectés, ni les médecins en analystes de données. Il faudra donner aux médecins les moyens d’utiliser ces données (problèmes d’interopérabilités à résoudre…). Les praticiens deviendront un jour aussi prescripteur de dispositifs connectés. Lorsque ceux-ci auront prouvé qu’ils améliorent les soins. Des appareils connectés et sans fil commencent d’ailleurs à être intégrés dans des essais cliniques.
Rendez-vous est déjà pris pour les 2e Trophées de la santé mobile le 26 janvier 2015.

*Ont reçu des prix, pour les applications destinées aux professionnels : Vidal Mobile, Gastromobile, MAPAR, Memo-Pilules, Guide des thérapeutiques inhalées, Oncoscale, iPansement et pour les applications grand public : Ma Grossesse, Diabphone, Automesure tensionnelle, Mon journal positif pour tablette, Alerte Pollens, SAM SEP, C Time, Happli Day, Mictionary, Lili et le potager magique, Brosse-toi les dents avec Ben le Koala