Tucky 2

Suivre l'actu du blog

Calendrier

avril 2014
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Archives mensuelles : avril 2014

Ingenico annonce sa gamme 2014 de terminaux SESAM-Vitale

 D’ici la fin de l’année, Ingenico Healthcare/e-ID, désormais seul fournisseur de terminaux SESAM-Vitale sur le marché, aura renouvelé toute sa gamme homologuée « médecin », du lecteur bi-fente fixe basique aux terminaux à écran tactile disposant de nombreux services.
Dès fin juin, l’IWL 250, terminal multicartes avec imprimante (voir le test en démo) , appelé à remplacer l’EFT 930 et déjà disponible en GPRS et IP, va sortir en version 3G.

Au cours du dernier trimestre, trois nouveaux produits vont arriver qui seront en test à partir de septembre pour une phase pilote.

Un lecteur bi-fente fixe d’entrée de gamme qui n’a pas encore de nom commercial (image).

 

 

 

 

Autre terminal fixe, le Prium 4 est le successeur désigné du Prium-3S dont il conservé une certaine robustesse, gage de stabilité. Il commence sa carrière chez les pharmaciens avant d’arriver à l’automne dans les cabinets. Disposant d’une connexion Ethernet, il pré-intègre des services comme la mise à jour Carte Vitale  qu’il suffit d’activer. On dépasse et de beaucoup la notion de télémaintenance. La vision stratégique d’Ingenico inclut désormais la fourniture de services auxquels l’utilisateur s’abonne (voir l’article sur le Prium 4).Il est aussi proposé (pour les officines pour le moment) en offre packagée avec un pin-pad lecteur de carte bancaire multi-utilisateurs. Gain de place garanti sur le bureau ou le comptoir.

Un TLA à écran tactile

Ce nouveau modèle "magasin d’applications" sera encore plus développé avec la sortie de l’IWL 350 un terminal 3G à écran tactile avec une plate-frome exclusive. Ecran tactile, cela signifie présence d’icônes pour les applications avec pilotage au doigt ou au stylet (inclus, s’insérant sur le côté)
Il offre en effet en option les fonctionnalités carte bancaire, télémise à jour carte Vitale et TLA (avec le nouveau cahier des charges incluant la CCAM quand il sera sorti) . Et surtout, il aura l’infrastructure nécessaire pour servir d’interface pour l’accès en mobilité au DMP et aux Téléservices de l’assurance maladie, qui nécessitent la sécurisation de la CPS. Sous réserve d’un environnement Wi-FI, ce sera une solution élégante pour les logiciels métier développés sur un iPad ( on pense immédiatement à Medistory sur iPad !) auxquels manquaient jusqu’à présent la possibilité de connexion à un terminal lecteur. (Alors que la prise microUSB d’une tablette Microsoft sous Windows permet cette connexion).
Pour peu que les éditeurs aient développé l’interface, l’iWL 350 pourra se synchroniser avec l’ordinateur du cabinet pour extraire les dossiers médicaux nécessaire à une tournée de visites (fonction TLA). Ou encore s’apparier par Bluetooth avec un smartphone ou une tablette, et même à terme avec un dispositif médical. Le terminal peut par exemple générer un QR code qui pris en photo par le smartphone permet de visualiser des images médicales sécurisées. Tout cela "on line" et sécurisé. Beaucoup de possibilités à explorer.
On y arrive, les terminaux SESAM-Vitale vont eux aussi avoir leur "store"…

Remis à jour le 22/05/2014 après le Salon Health-IT



ROSP 2013 : l’informatisation des généralistes a gagné 12 points en un an

En rendant public le 10 avril lors d’un point media les résultats de la ROSP 2013, Frédéric van Roekeghem, directeur général de la CNAM s’est félicité de l’effet positif du dispositif sur l’évolution des pratiques et notamment sur l’informatisation des médecins. « C’est sur l’organisation du cabinet que les choses ont le plus bougé » passant de 58, 3% à 70% chez les omnipraticiens (généralistes + médecins à exercice particulier) ce qui témoigne de la modernisation rapide et massive des cabinets. L’évolution est moins prononcée chez les spécialistes qui ne réalisent ce volet qu’à 55% mais ils ne sont que 26425  à avoir bénéficié de la ROSP. Un sondage BVA pour la Cnamts de décembre 2013 montre d’ailleurs qu’ils ne sont plus que 14% des généralistes à ne pas vouloir faire évoluer leur pratique pour l’organisation du cabinet (contre 38% en 2011). Du côté du public, également interrogé, 80% des Français jugent que le dispositif a été très efficace pour l’informatisation du cabinet.

En détaillant les indicateurs du volet organisation :
- L’équipement en logiciels d’aide à la prescription est passé de 64 en à 72% (la plupart des LAP étaient certifiés fin 2013)
- La synthèse médicale est réalisée par 78% des médecins contre 71% en 2012. C’est un des éléments de la prise en charge en coordination
- L’utilisation des téléservices a connu une progression plus faible : de 67 à 71%
Enfin, il se confirme que l’informatisation est un facteur de qualité des soins : les médecins non (ou mal) informatisés atteignent moins leurs objectifs qualité de la pratique médicale que ceux qui remplissent tous les indicateurs d’organisation. Des analyses plus fines sont en cours qui seront présentés lors de la prochaine commission paritaire.

La mobilisation continue

La majorité des généralistes estime fin 2013 que la convention est une bonne chose pour la qualité de la prise en charge des patients (66%), pour la pérennité du système de santé (64%) et pour l’efficacité des politiques de santé en France (58%).
La ROSP est dans une dynamique de progression, avec un taux de réalisation des objectifs de 59,7% chez les omnipraticiens (contre 51,1% en 2012). Les résultats les plus faibles sont réalisés à Paris (51,2%) et en Corse. Les plus forts en Loire Atlantique ( 66% ) et en Isère (65% ).
 

Les chiffres

Globalement, la ROSP a été touchée par 85 187 médecins pour un montant moyen de 4003 euros. Les généralistes ont perçu 5774 euros en moyenne.
Les 26 425 spécialistes ont touché en moyenne 1082 euros.
Soit un montant total de 341 millions € d’où la CNAM déduit les 40 millions du CAPI supprimé et les 34 millions des aides à la transmission également supprimées.
Au terme d’un avenant, les médecins en première année d’installation qui n’avaient rien touché en 2013 seront désormais inclus dans le dispositif. 2500 médecins devraient ainsi toucher environ 1000 euros en 2014