aidediag

Suivre l'actu du blog

Calendrier

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

géolocalisation

Docadom, une appli mobile pour des visites à domicile sans rendez-vous

« Médecins, Paris est votre cabinet ! » Docadom recrute des médecins urgentistes et des internes ayant leur licence de remplacement pour ouvrir dès mai à Paris (Nord Ouest parisien) un nouveau service de mise en relation médecins/patients. 

Sur Docadom, patients et médecins sont géolocalisés (comme le fait Uber avec ses chauffeurs de VTC et leurs clients, mais la comparaison s’arrête là) et l’algorithme envoie le médecin le plus proche et le plus disponible au patient qui vient en trois clics de demander un médecin sur le Web ou sur son smartphone (le site est Web responsive).
Encore une innovation qui risque de secouer un peu la pratique médicale !

Les trois jeunes fondateurs dont deux médecins, Florian Guého, médecin urgentiste et Marc Postel-Vinay, interne de médecine générale, se gardent bien de vouloir rivaliser avec les confrères installés. « Nos médecins n’ont pas vocation à devenir des médecins traitants. Le patient ne choisit pas son médecin, c’est l’algorithme qui choisit », disent-ils et ils estiment que leur solution est complémentaires  des associations médicales et  que leur projet « a vocation de service public dans le respect de la déontologie médicale ». Le « non programmé » est ce qui revient le plus cher aux finances publics. L’ARS Ile de France serait intéressée. Une consultation aux urgences c’est  200 euros, rappellent-ils et Docadom facture les visites de 33 € (V+MD) à 61,5 € (V = MDN).  L’algorithme remplace en effet la centrale d’appel ce qui rationalise la gestion et réduit les coûts.

Un mode d’exercice innovant pour les médecins

Le médecin ne paye pas de droit d’entrée et touche 90% du montant des visites. Docadom lui fournit moyennant une caution de 1000 €, un  « sac à dos » tout prêt contenant de quoi télétransmettre et accéder au (futur) DMP ( le lecteur de Sylyca, les logiciels de iCanopée et de Pyxistem pour iOS et Android.). Le médecin peut préférer l’offre « all inclusive » où on lui fournit matériel complet, moyen de transport (scooter ou voiture) et un service comptable contre une commission de 20%.
flyer DocadomLes fondateurs de Docadom sont convaincus d’apporter, en particulier à leurs jeunes confrères, une possibilité de revenus qui va les séduire : le planning n’est pas imposé et les journées ont été découpées en 4 lignes de garde 6-8h, 8h-14h, 14h-20h et 20h-minuit, ajustable en fonction des besoins. Docadom n’assure pas la nuit profonde, ni les urgences pédiatriques pour les nourrissons de moins de trois mois. "C’est moins épuisant que les gardes dans un établissement ».  Le médecin qui signe avec Docadom réserve n’importe quel créneau, deux soirs par semaine ou du plein temps. Il ne peut refuser une visite sauf impossibilité (qui est  vérifiée). « Un mode d’exercice innovant, sans engagement et en toute liberté » vante la start-up. Et pas d’argent à manipuler puisque c’est Docadom qui « encaisse » avec la carte bancaire du patient dont le numéro a été renseigné lors de l’inscription.

Pour le patient, c’est l’assurance d’avoir un médecin dans le délai qui lui est indiqué au cours des prochaines 24h. Avec une Carte Vitale et une mutuelle, le prix de la visite est pris en charge avec tiers payant intégral. Le patient peut annuler le rendez-vous jusqu’au moment où on lui précise par SMS que le médecin est en route. Après cette limite, 50% du montant est facturé.

Docadom propose aussi gratuitement des consultations sans rendez-vous au cabinet des médecins les plus proches et va passer des partenariats avec des services de rendez-vous en ligne pour diriger ses clients vers les plages de consultation sans rendez-vous.  Des partenariats avec des services de télémédecine (spécialistes) sont également prévus.

La start-up qui a bénéficié de subvention de la BPI et du soutien de la région Loir et Cher où elle est implantée, compte monter en charge progressivement et réaliser 3200 consultations la première année avec 35 à 45 médecins puis 9700 l’année suivante avec 80 à 100 médecins. En attendant d’ouvrir le service dans d’autres grandes villes.
« Le modèle pourrait faire tâche d’encre en milieu rural, avec des médecins mobiles qui passeraient un jour par semaine en région », espèrent les jeunes entrepreneurs. Au congrès de la médecine générale à la Porte Maillot fin mars, ils ont rencontré beaucoup de médecins. "Notre démarche soulève des interrogations et parfois des inquiétudes chez les confrères mais quand on explique que le médecin traitant est inclus dans le parcours, cela rassure et les retours sont très positifs"

www.docadom.fr    contact : medecin@docadom.fr

(mis à jour en avril 2017)

 



Les Apps santé d’UPSA

La division UPSA de Bristol-Myers Squibb innove dans les applications smartphones pour professionnels de santé et patients. Elle vient de lancer Geomedica et sort en janvier Flash Pack.

Géolocaliser 360 000 professionnels de santé

D’abord lancé sous forme de site web, Geomedica, est devenu un outil de géolocalisation des 360 000 professionnels de santé de l’hexagone. Certes, on peut déjà trouver un médecin ou un pharmacien en cherchant sur Google maps. Mais c’est tellement plus facile avec Geomedica, spécialisé dans la santé.  " L’objectif était de faire mieux que l’existant en répondant à des besoins" explique Jérémie Nieucel, responsable « innovation » clients chez UPSA. La base de données de Geomedica réunit les bases des Ordres ainsi que celle d’Ameli.fr et des annuaires d’ établissements. Elle peut être mise à jour par les professionnels eux mêmes qui se sont inscrits et peuvent alors ajouter leurs horaires d’ouverture (et bientôt leur mail, leur téléphone portable et leur site internet) et donner leur avis sur l’application. Une fois l’application téléchargée sur l’AppStore *(la version Android est prévue pour 2013), l’écran d’accueil propose six boutons : généraliste, spécialiste, pharmacie, établissement de santé, dentiste, autres (infirmier, kiné, orthophoniste, orthoptiste, podologue, sage-femme). Il suffit de cliquer sur un bouton, ou de saisir un nom et d’effleure la touche « près de moi » ou ailleurs (on saisit le nom d’une localité). Le résultat est rapide, apparaissant sous la forme des fameuses épingles fichées dans les rues, ce qui permet de visualiser toute l’offre de soins. On affiche ensuite la liste des professionnels, classés en fonction de la distance et la fiche complète du praticien selectionné.
Très intéressant quand on déménage ou qu’on s’installe, pour mesurer d’un coup d’œil l’intégralité de l’offre de soins. Pratique pour retrouver une adresse ou le nom d’un professionnel ou en cas d’urgence. En résumé, une bonne idée utile et gratuite.

Flasher la boîte pour avoir l’info

Avec Flash Pack qui sera disponible pour iOS et Android, le patient « flashe » la boite de médicament (en la passant devant le viseur du smartphone) pour accéder aux informations essentielles de bon usage du produit. Lors de sa sortie, l’application sera limitée à trois gammes OTC d’UPSA ( Efferralgan non remboursé, Citrate de Bétaïne et Fervex) mais pourrait être étendue par la suite. Une avant première qui pourrait ouvrir une piste de réflexion pour l’AFIPA (association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable) voire à terme pour le Leem et pour tout ceux qui fournissent de l’information sur les médicaments. Flasher la boite pour avoir l’info sur le médoc, ça c’est vraiment smart…
*A partir de iOS 5