Bandeau haut pair
Twitter E-mail
23 Mai 2013

Forte progression des tablettes et d’Android chez les médecins

0 commentaire

94% des médecins utilisent leur smartphone à des fins professionnelles ou mixte. C'est le premier constat du 2ème baromètre  de l’Observatoire des usages numériques en santé Vidal-CNOM (avril 2013)*.  Cette proportion n'a pas bougé depuis la précédente enquête de février 2012.
66% des médecins équipés d’un smartphone ont un iPhone (contre 70% en 2012), 27% un Android (contre 18% en 2012), BlackBerry et  Windowsphone perdent encore du terrain avec 2,6 et 2,1% d'utilisateurs.
Les tablettes ont le vent en poupe : 56% des utilisateurs de smartphones en ont une (contre 37% en 2012)  et 20% de ceux qui n'en ont pas, comptent s'équiper dans l'année. Apple domine avec 81% d'iPad, laissant 16,6% à Android (en progrès).
 

Des apps médicales dans un smartphone sur deux

Plus d'un médecin sur deux  équipés d'un smartphone utilisent des applications médicales. A 89%, il s'agit d'une base de données de médicaments (+ 20% sur un an) dont 75,5% se servent pour les interactions médicamenteuses (+ 10% en un an). 35% des participants font de leur smartphone un outil d'accompagnement à la prescription. (voir les différentes bases disponibles). 61% ont payé cette application. A noter par les éditeurs : 57% des médecins souhaiteraient pouvoir accéder à leur logiciel métier via leur mobile !

Enfin, le mobile fait desorrmais partie de la relation médecin -malade :  86% des médecins laissent leur smartphone allumé en consultation et 81% n'hésitent pas à répondre. Plus de la moitié des praticiens communique d'ailleurs son numéro de mobile à ses patients.  Le Dr Jacques Lucas, vice-président du CNOM, délegué général aux systèmes d'information en santé, souligne que "l'uitilisation du smartphone est ancrée désormais au coeur de la pratique quotidienne des médecins" . Elle renforce le lien de confiance entre médecin et patient. 8% des médecins recommandent des applications santé à leur patient; ils seraient sans doute davantage si l' offre n'apparaissait pas trop large et pas toujours fiable. C'est en tout cas un début.

*enquête par mail en avril  2013 auprès de 3138 médecins (généralistes et spoécialiste, exerçant en ville et à l'hôpital)équipés d'un smartphone, l'enquête de février 2012 concernait 2.131 médecins équipés de smartphones)

[Haut]
À propos de l’auteur


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *