Bandeau haut pair
Twitter E-mail
28 Jan 2021

Le numérique au service de la vaccination contre la Covid

0 commentaire

Près de deux semaines après l’ouverture de la vaccination contre la Covid pour les plus de 75 ans, les pompiers et les soignants de plus de 50 ans, la campagne a pris un rythme dépendant étroitement des livraisons de doses, que l’on voudrait plus abondantes. Les services numériques sont quant à eux bien déployés : téléservice Vaccin Covid de la CNAM, plates-formes de prises de rendez-vous en ligne, système d’intelligence artificielle pour évaluer les effets secondaires en temps réel.

Dès le 4 janvier, la CNAM tenait conférence de presse virtuelle pour présenter son nouveau téléservice VaccinCovid qui allait permettre de suivre la vaccination en temps réel et au médecin de toucher 30,50 euros pour la consultation avec vaccin et à l’infirmière, 4,50 de plus sur une injection.
Une préconsultation était prévue mais peu après, Olivier Veran expliquait que c’était trop long que cela ralentissait les vaccinations et qu’on ferait préconsultation et vaccination en même temps. On avait commencé par les soignants et les pensionnaires des EHPAD avec un taux de croissance très faible…et puis branle bas de combat.

62% des RV de vaccination pris en ligne et même 80% les trois premiers jours

 Les plus de 75 ans furent invités à se faire vacciner ce qui supposait la mise en place de nouveaux centres de vaccination dans les MSP, les CH, les bâtiments municipaux, etc. Mobilisation générale dans les régions pour ouvrir dès le 18 janvier près de 900 centres (Ils sont 1300 actuellement sur tout le territoire).
Le site gouvernemental sante.fr a été ouvert dès le 14 janvier. Les trois plates-formes sélectionnées, Doctolib, Keldoc et Maiia ont équipé dans l’urgence les centres de vaccination. Mais l’affluence a été telle que sante.fr était inaccessible très peu de temps après son ouverture. Les sites de rendez-vous étaient au taquet, car ils sont habitués à gérer un grand nombre de rendez-vous mais ils ont dû faire face au problème d’acheminement des doses. De nombreux rendez-vous ont dû être reportés ce qui a conduit à afficher complet pour nombre de centres et c’est toujours le cas aujourd’hui.

Maiia

Doctolib

Selon Stanislas Niox-Château, cofondateur de Doctolib qui a tenu le 27 janvier un point presse, il y a plusieurs milliers de rendez-vous ouverts chaque jour mais ils sont pris d’assaut dans le ¼ d’heure. Et il n’y a aucun rendez-vous au-delà de quatre semaines. Doctolib qui a équipé 1100 centres de vaccination a enregistré 2,11 millions de rendez-vous (dont 1,19 millions les 14 et 15 janvier) depuis le 14 janvier. Les statistiques de vaccination sont disponibles sur le site avec mention des nouveaux créneaux disponibles.
Keldoc qui a équipé 115 centres notamment dans les DOM-TOM a pris 207 000 rendez-vous. On n'avait pas encore les chiffres de Maiia qui a equipé une centaine de centres.
Mais pour les trois plates-formes, il y a eu des développements spécifiques pour prendre simultanément le RV pour la 2ème injection et ajouter les nouveaux vaccins. Le patient reçoit un SMS ou un mail de confirmation mais aussi un e-mail pour la pharmacovigilance (partenariat avec les ARS). Et il faut compter avec l’envoi d’équipes sur place pour déployer la solution et former le personnel des centres. Le ministère de la Santé a pris en charge le montant des abonnements (129 euros/mois et par praticien pour Doctolib). Pour Doctolib, ce ne sera pas forcément rentable mais cela montre qu’on a en France des solutions qui marchent !

Surveillance des effets secondaires en temps réel

En tout cas, la France devrait bien surveiller les effets secondaires des différents vaccins. Le téléservice VaccinCovid fait le lien avec le portail des effets indésirables
Et dès décembre, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé avait choisi le système d’intelligence artificielle de la start-up Synapse Medicine pour la surveillance de la vaccination contre le Covid 19. La technologie Medication Shield (bouclier de médicament) a été développé après l’affaire du changement de formule du Levothyrox qui avait suscité 31 000 déclarations d’effets indésirables en 2017-2018. Utilisée en pharmacovigilance, elle a été adoptée spécifiquement pour la surveillance en temps réel de la vaccination . Elle doit faciliter la gestion des déclarations d’effets indésirables en les qualifiant et en priorisant les plus urgentes. Le système intervient après le signalement sur le portail de l’ANSM et avant le traitement par le CRPV (Centre régional de pharmacovigilance).  L’ANSM fait des points très régulièrement sur son site

RAPPEL : Total vaccinés au 18/01 à 13 h,479 873; au 25/01 à 13h, 1 092 958;  au 26/01 à 13h,  1 130 753 (chiffres de Santé Publique France diffusés par l’application Tous Anti Covid)

DERNIERE MINUTE le ministère de la Santé vient d'annoncer qu'il y aurait 2,4 millions de vaccinations en février : 1,4 seront une deuxième injection, 1 million des premières injections. 600 000 pour des rendez-vous déjà pris.
Restent 400 000 nouveaux rendez-vous à prendre entre le 15 et le 28 février qui seront disponibles en fin de semaine prochaine...

[Haut]
À propos de l’auteur


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *