Bandeau haut pair
Twitter E-mail
13 Oct 2021

MicroPort CRM, leader en France des pacemakers, sort Alizea, un stimulateur bluetooth

0 commentaire

MicroPort CRM, société pionnière dans la gestion du rythme cardiaque, basée en France, vient de lancer une nouvelle gamme de stimulateurs cardiaques avec connectivité Bluetooth et télé-suivi simplifié sur un smart moniteur au domicile du patient. Rencontre avec son président Benoît Clinchamps.

Sur le marché mondial des stimulateurs cardiaques implantables ou pacemakers qui représente 1,3 millions d’unité par an, MicroPort CRM est le numéro 5 derrière les américains Medtronic, Abbott, Boston Scientific et l’allemand Biotronik. Mais occupe en France la position de leader avec 26% des parts de marché.
Benoît Clinchamps aime à situer sa place et à rappeler que MicroPort, spécialiste du CRM (Cardiac Rhythm Management), figure parmi les pionniers et que son siège est en France à Clamart où travaillent 400 personnes dont plus de la moitié en RD (recherche développement) sur les 1150 répartis dans le monde.
C’est en effet en 1964, qu’est fabriqué le premier stimulateur cardiaque ELA par Electronique Appliquée qui deviendra ELA Medical en 1976. Après un passage chez Sorin et LivaNova, la société reprend en main son destin en 2018 sous le nom de MicroPort CRM avec une gamme de pacemakers, défibrillateurs et resynchronisation (CRT) auxquels s’ajoutent holters, systèmes d’électrophysiologie et stents.

La plus grande salle blanche d'Europe

A Clamart, la fierté de MicroPort CRM, c’est la plus grande salle blanche d’Europe. 2300 m2 dédiés à la fabrication de dispositifs médicaux (DM) implantables, soit plus de 70 000 pacemakers et défibrillateurs cardiaques par an. « Nous fabriquons en France tout ce qui est à l’intérieur du DM : logiciel, intelligence artificielle, circuits électroniques. Nos puces spécifiques à faible consommation d’énergie sont fabriquées en France ou en Europe. L’assemblage est confié à notre usine italienne, les sondes proviennent de notre installation en République Dominicaine et nous avons une usine à Shangaï pour le marché Chinois et la cardiologie interventionnelle". L’actionnaire majoritaire (MicroPort Scientific Corporation, spécialisé lui aussi dans le biomédical) est d’ailleurs aujourd’hui Chinois.
Mais la CRM, c’est en France. « Je ne vous cache pas que la crise Covid a retardé nombre d'opérations de chirurgie cardiaque, mais tout cela est derrière nous. Nos levées de fond, 90 millions d’euros en 2020, 128 millions en 2021, nous permettent de continuer à investir dans la recherche, à laquelle nous consacrons 25% de notre chiffre d’affaires et de rester en pointe. Nous avons les plus petits pacemakers du marché, les défibrillateurs qui présentent la plus longue longévité (jusqu’à 17 ans) et nous lançons Alizea avec la connectivité Bluetooth et un télé-suivi au domicile ».

Un télé-suivi simplifié qui arrive à point nommé

Ayant fait ses preuves par des études médico-économiques, le télé-suivi des pacemakers implantés est en effet pris en charge (500 euros par implantation pour l’industriel). La rémunération des professionnels de santé est acquise mais doit encore faire l’objet de textes à paraitre*. Le télé-suivi évite les déplacements à l’hôpital pour les visites de routine et le médecin reçoit des rapports réguliers avec des notifications pour les épisodes de fibrillation atriale et la détection des apnées du sommeil. Le terminal Android (taille téléphone mobile) dédié laissé chez le patient n’abrite qu’une seule application : sa prise en main est facile et la sécurité assurée.
MicroPort va également sortir prochainement un patch Holter connecté Bluetooth.
De quoi mettre en œuvre la solution Cardiologs dont la société est le distributeur exclusif pour la France. Un partenariat a été conclu en 2020 avec la start-up française du même nom. Il s’agit de la première solution d’analyse automatique en temps réel assisté par Intelligence artificielle des ECG de type Holter. C’est un gain de temps énorme pour le cardiologue face à plusieurs jours d’enregistrements. Une application smartphone est en cours de développement.
Dans les tuyaux encore, une sonde de stimulation cœur gauche miniaturisée, un pacemaker sans sonde, un défibrillateur sous-cutané.
Le portefeuille de 988 brevets va continuer à s’enrichir.

*22 millions d’euros sont prévus au total dans le PLFSS 2022. Au delà des phases d’expérimentation qui seront poursuivies (programme Etapes), la télésurveillance doit entrer dans le droit commun pour certaines pathologies au plus tard le 1er juillet 2022. 
www.crm.microport.com

[Haut]
À propos de l’auteur


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *