Bandeau haut pair
Twitter E-mail
21 Sep 2021

Diabeloop : le traitement automatisé pour le diabète de type 1 remboursé

3 commentaires

Diabeloop 1Couronnée de prix "start-up de l'année" en 2018, l’entreprise grenobloise Diabeloop, qui avait reçu en novembre 2018 son marquage CE pour son DBLG1 System, parfois qualifié de pancreas artificiel et présenté plusieurs études favorables, franchit une nouvelle étape avec son inscription au remboursement en septembre 2021. Le DBLG1 est indiqué pour le traitement des diabètes de type 1 chez les adultes équipés d'une pompe à insuline et pour qui l'équilibre glycémique reste insuffisant depuis au moins six mois.

 

C’est une forte demande des diabétiques : ne plus avoir à se préoccuper de mesurer leur glycémie en se piquant le doigt et de s’injecter une dose d’insuline. Des lecteurs de glycémie en continu utilisant un capteur sont déjà commercialisés depuis peu ; poussée par les associations de patients, l’Assurance maladie commence à prendre des décisions de remboursement tout en limitant leur prescription.
Le Freestyle Libre d’Abbott a été le premier à en bénéficier en juin 2017. Et depuis mars dernier, le Minimed 640 G de Medtronic (le capteur Enlite couplé à la pompe à insuline 640G) fait égalment l’objet d’une prise en charge sous certaines conditions.

Le système DBLG1 de Diabeloop est lui aussi composé de trois parties afin de reproduire les fonctions du pancréas, d’où le terme parfois utilisé de pancréas artificiel.

Diabeloop_ALT
Un capteur de glucose envoie par Bluetooth les données à un terminal qui héberge de l’intelligence artificielle afin de déterminer la meilleure dose d’insuline qui sera délivrée par la pompe connectée. Le capteur choisi est celui de la société Dexcom qui avait été apprécié par ses utilisateurs lors de tests effectués par le Diabet Lab de la Fédération des diabétiques. Pour la pompe à insuline, deux modèles des sociétés Cellnovo et ViCentra ont été utilisés lors de l’essai clinique qui a débuté il y a un an et touche à sa fin. L’algorithme prédictif intégré au terminal a été développé par Diabeloop, il permet de déterminer les doses d’insuline optimales pour le patient et de donner l’ordre à la pompe de les injecter automatiquement. Le système maximise les temps passés en normo glycémie et limite les hypo- et hyperglycémies du patient en fournissant des alertes et en les prenant en charge. Pour l’heure, la prise de nourriture et l’activité physique sont déclaratives. A terme, ces données pourraient être automatisées. L’adaptation pour les enfants diabétiques est en cours.

De la recherche à l’entreprise

Diabeloop est issu d’un projet de recherche médicale initié en 2011 par le Dr Guillaume Charpentier, président et fondateur du CERITD (association loi 1901 consacrée à la recherche et au traitement du diabète) qui a mené l’étude clinique Télédiab avec le système Diabeo en collaboration avec Sanofi.
En 2015, le Dr Charpentier et Erik Huneker co-fondent Diabeloop pour développer et commercialiser la solution issue de ces recherches. Un réseau de partenaires participe au projet dont le CEA – Leti et 12 CHU.
Diabeloop compte aujourd’hui une trentaine de personnes pour assurer le développement et la mise sur le marché du dispositif.

Oublier son diabète

Le marquage CE du DBLG1 a été obtenu en novembre 2018. Ce qui a permis de débuter la commercialisation en Europe. Le remboursement en France est intervenu en septembre 2021.
Le DBLG1 Diabeloop est prescrit par un centre. Les pharmaciens ont signé des accords pour des forfaits journaliers et pour assurer l'education thérapeutique des patients (aussi faite par les infirmières). Au grand dam des organisations de prestataires de santé à domicile (PSAD) qui estiment qu'il s'agit de prestations "au rabais".
Pour les diabétiques et leur famille, ces technologies connectées en rupture avec le système piqûre/bandelettes sont très séduisantes et améliorent leur qualité de vie. Elles permettent d’oublier son diabète (« la machine réfléchit à ma place ») et de délivrer les parents d’enfants diabétiques de la charge mentale d’une surveillance quasi continue.
Quant aux médecins traitants, ils ont accès à toutes les données de leurs patients avec des synthèses. En temps réel, s'ils le souhaitent.

Après plusieurs essais cliniques satisfaisants entre 2014 et 2018, l'étude SP7 avec le système à boucle fermée de Diabeloop evalué sur 63 patients diabétiques de type 1 confirme que l'algorithme qui pilote la pompe est au moins aussi performants que ceux déjà disponibles au niveau international sur le critère du temps passé dans la bonne glycémie.  Le temps passé en hypoglycémie est réduit de moitié et le système a fait la preuve de sa fiabilité..

Voir l'arrêté paru au Journal Officiel du 16 septembre 2021

Voir l'article du Lancet

www.diabeloop.fr

Dernière mise à jour le 20 septembre 2021

[Haut]
À propos de l’auteur


3 réponses à Diabeloop : le traitement automatisé pour le diabète de type 1 remboursé
  1. ce pancréas artificiel sera t’il compatible avec un diabete de type 1 dit « fulminence?

  2. Bonjour j’ai une fille de 9 ans diabétique depuis 1 ans j’habite au maroc et je voudrais connaître le prix et comment pourrai je me le procurer et si d’autres explications plus approfondi seront les biens venus et merci

  3. UN GRAND SOULAGEMENT POUR LES DIABÉTIQUES ET LEURS FAMILLES . VIVE LA TECHNOLOGIE POUR QUAND LA GENERALISATION DE CE DISPOSITIF


[Haut]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *