madeformed mars

Suivre l'actu du blog

Calendrier

mai 2019
L Ma Me J V S D
« avr    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

La stratégie nationale de la santé numérique accélère dans le virage

Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé avait choisi l’incubateur Boucicaut pour présenter le 25 avril en présence de Cédric O, le nouveau secrétaire d’Etat au numérique et de Dominique Pon, en charge de la transformation numérique en santé, le volet stratégie e-santé du plan Ma santé 2022.

Nouvelle gouvernance pour accélérer le virage numérique : création d’une délégation ministérielle du numérique en santé (DNS) rattachée directement à la ministre avec suppression de la délégation à la stratégie des systèmes d’information (DSSIS) et transformation de l’ASIP santé en Agence du numérique en santé (ANS) qui sera dirigée par Annie Prévot, actuelle directrice des systèmes d’information de la CNAF. La DNS et l’ANS devront être installés d’ici décembre de cette année.

De nombreux chantiers à accélerer

La feuille de route récapitule les chantiers généralement en cours, pour lesquels il convient d’appuyer sur le champignon :

- intensifier la sécurité et l’interopérabilité des systèmes d’information en santé ce qui passe notamment par la généralisation de l’identification numérique des acteurs du système de santé, la mise à disposition de la e-CPS, l’accélération du déploiement de l’identifiant national de santé" (INS), l’expérimentation de l’application sur smartphone pour carte Vitale "apCV", pour l’authentification des patients (généralisation de cette future e-carte vitale à partir de 2021) ;

- accélérer le déploiement des services numériques socles à savoir le DMP, les messageries sécurisées, la e-prescription et les services numériques territoriaux de coordination des parcours ;

- déployer au niveau national des plateformes numériques de santé : espace numérique de santé pour les usagers, bouquet de services numériques pour les professionnels de santé, Health Data Hub

- soutenir l’innovation et favoriser l’engagement des acteurs avec en particulier une feuille de route pour accompagner le secteur médico-social dans le virage numérique, la création d’un guichet unique de l’innovation numérique en santé et la mise en place d’un réseau d’établissements de soins 3.0 pour tester les innovations.

Ces annonces ont été dans l’ensemble plutôt bien accueillies par les industriels du secteur. Ceux de la Fédération LESISS (Les Entreprises des Systèmes d’Informations Sanitaires et Sociaux) se sont dits « extrêmement satisfaits de l’annonce de la feuille de route » proposant une vision à long terme. Et se félicitent de voir adopter le concept d’Etat-plateforme qui se contente de fournir le socle et laisse les entreprises privées développer des offres à valeur ajoutée dans un contexte concurrentiel. Le SNITEM (syndicat national de l’industrie des technologies médicales) s’est également felicité des engagements du gouvernement. Il souhaite que la meta-plateforme de l’Etat permette d’intégrer les dispositifs medicaux connectés ainsi que les données produites.

Reste que cette feuille de route manque encore de précisions quant à sa mise en œuvre et ne fait pas état des moyens budgétaires nécessaires.

  Telecharger le dossier de presse du ministère

 



Cinq millions de DMP ouverts avec un peu plus d’un document chacun

La CNAM vient d’annoncer (le 16 avril) avoir franchi le cap des 5 millions de DMP ouverts. La campagne d’information reprend pour pousser les médecins et les pharmaciens à s’impliquer davantage.

L’ile de France est en tête avec 739 000 DMP ouverts, suivie des Hauts de France (587.000) du Grand-Est (538.000) de l’Occitanie (485.000) et d’Auvergne Rhône-Alpes (465.000). Ces DMP ont été ouverts avec l’aide d’un agent des CPAM (32%), dans une pharmacie (31%), sur le site web dmp.fr (19%) et plus rarement lors d’une consultation (19%). Outre les historiques de parcours de soins importés par l’Assurance Maladie, ces dossiers n’ont collectés que 6,5 millions de documents dont plus de la moitié (54%) ont été fournis par les établissements. 19 CHU sur 32 sont en effet en mesure d’alimenter automatiquement le DMP avec comptes-rendus, lettres etc. Dans 30% des cas, ce sont les patients qui ont renseigné eux-mêmes leur DMP. Enfin 14% des documents sont le fait de professionnels de santé.

Des PS pas assez impliqués

C’est peu. Les DMP sont encore relativement vides.
La CNAM qui vise, rappelons-le l’objectif de 40 millions de DMP ouvert en 2022, renforce donc dès ce mois-ci sa campagne de mobilisation des professionnels de santé. Ce sont d’abord les pharmaciens qui seront visités. Les pharmaciens qui sont 17.000 à être équipés de logiciels compatibles et reçoivent 1€/DMP créé pourraient mieux faire estime en effet le patron de la CNAM, Nicolas Revel, dans une interview au Quotidien du Pharmacien. Certes ils ne peuvent pousser actuellement aucune information dans le DMP mais lors de la généralisation de la e-prescription annoncée pour 2020, c’est sur la plate-forme DMP qu’ils iront récupérer l’ordonnance du médecin avec son QR code qui permettra la délivrance des médicaments.

Puis ce sera le tour des médecins de recevoir délégués et CIS de leur CPAM avec proposition de formation à la rédaction du Volet de synthèse médical, qui renferme les informations clé du DMP. Dont la rédaction est heureusement automatisée dans les logiciels de gestion cabinet bien structurés.
Soucieux d’apporter sa pierre à l’édifice, le CNOM consacre la Une de son bulletin de mars-avril au DMP.  "Pourquoi adopter le DMP" : un dossier de six pages pour vous convaincre que c’est utile pour vous comme pour vos patients et bien sécurisé.
Pour la CNAM, il faut que le rythme s’accélère. 100 000 DMP ouverts par semaine, cela ne fait guère que 5 millions par an.
Les infirmiers seront aussi associés au challenge DMP à partir de l’an prochain à raison d’un euros/DMP. 

 



Dispo.fr, l’agenda de RV en ligne de 118 218 gratuit pour les médecins dans les déserts médicaux

dispoArrivant parmi les derniers sur le marché des plates-formes de RV en ligne, 118 218 a choisi de se différencier en proposant son service gratuitement, pendant un an, aux médecins installés dans des déserts médicaux.

Ils ont toujours leur bandeau et leur short rouge d’adeptes de la gym tonic mais ils ont revêtu T-shirt adapté et blouse blanche. Après deux ans de réflexion et de tests, 118 218 vient d’ouvrir dispo.fr, sa plate-forme de prise de RV medicaux en ligne. 20% des demandes reçues par ce leader français des services de renseignements téléphoniques concernent en effet la recherche d’un médecin.

Le rendez-vous en ligne encore peu répandu en milieu rural

Très présent dans les grandes villes (62 % des patients et 66% des médecins utilisent les plates-formes de RDV en ligne selon une étude IFOP réalisée pour l’URPS médecins Ile de France à Paris), le service de rendez vous médicaux en ligne l’est beaucoup moins en zones rurales ( 9%). C’est donc ce terrain que dispo.fr a choisi de cibler en priorité avec une offre gratuite pendant un an pour ses praticiens. Si donc, vous êtes médecin dans un désert médical (33 départements concernés selon la cartographie médicale dressée par l’Ordre nationale des médecins), vous pourrez bénéficier d’un abonnement gratuit d’un an, limité à 3 mois gratuits pour les praticiens du reste de la France.

L’agenda offre toutes les fonctionnalités des autres plates-formes et se distingue selon ses concepteurs par sa simplicité et une formation de 40 minutes offerte. Hebergement sur serveur securisé HADS
Spécialisé dans la mise en relation, 118-218 a passé des partenariats avec CallMed pour un secrétariat téléphonique de qualité (chaque médecin et ses patients ont « leur » secrétaire) et Medaviz pour proposer sa nouvelle offre téléconsultation qui sera également gratuite dans les déserts médicaux.
Objectif : avoir séduit 2000 clients professionnels de santé d’ici fin 2019

Dispo.fr, 29,90 €/mois sans engagement, 3 mois offerts et un an dans les déserts médicaux
CallMed, optionnel, forfait ajustable de 275 à 475 €/mois
www.medaviz.io



Comment la téléconsultation veut transformer le système de santé

Importantes levées de fond, déploiement d’équipes commerciales sur le terrain, encouragement des CPAM, plusieurs forces concourent au développement de la téléconsultation en France en nette accélération depuis la mi-février (plus de 700 TC remboursées/semaine selon la CNAM). Pour quels changements dans la pratique médicale? Buzz Médecin a essayé de dégager quelques points clés.

L’annonce le 20 mars par Doctolib d’une levée de fond de 150 millions d’euros a entraîné un important déferlement médiatique. Tant dans les milieux économiques (aujourd’hui valorisée plus d’1 milliard d’euros, Doctolib est devenue une licorne, c’est-à-dire une start-up qui réussit) que dans ceux de la e-santé qui annoncent déjà la transformation du système de santé.

Les acteurs se renforcent

TC URPS 1TC URPS 2En toile de fond, la bataille est engagée pour « prendre des parts » de ces nouveaux marchés. Les plus gros éditeurs de logiciels, forts de leurs parcs de médecins clients, veulent percer avec des initiatives comme Docavenue (Cegedim) ou ClickDoc (CompuGroup) reposant sur leur plate-forme de RV en ligne.
La prise de rendez-vous à distance a constitué une étape de cette (r)évolution dans les cabinets et de plus en plus dans les hôpitaux. Pour la plus grande satisfaction des patients comme le révèlent les enquêtes.
Les assureurs sont de la partie. Ils ont noué des partenariats avec des plates-formes depuis déjà quelques années quand ils ne les ont pas financées eux-mêmes comme le groupe Axa avec Qare ou le groupe d’assurances santé VYV dont avecmondoc est devenu la filiale à 100%
Le pionnier du téléconseil et de la téléconsultation, MedecinDirect vient de rejoindre le groupe international Teladoc Health (siège à Barcelone), l’un des leaders mondiaux de prestations de santé virtuelles présent dans 130 pays.
De nouveaux acteurs comme la start- sup suédoise Kry et sa plate-forme Livi qui a déjà fait ses preuves dans d’autres pays d’Europe, s’installent en France avec de gros moyens.
Plus modestement, les starts up- françaises dédiées à la téléconsultation se montrent inventives et lèvent des fonds (Hellocare a obtenu 2 millions d’euros supplémentaires pour le développement d’Hellocare Connect) dans l’optique de trouver leur place…Quitte à se faire racheter quand les plus gros feront leur marché

Centres de santé et cliniques virtuels

Certes, les médecins généralistes ou spécialistes qui vont s’abonner à ces services, voient sans doute d’abord l’intérêt de programmer des téléconsultations avec leurs patients pour le suivi plutôt que de les faire se redéplacer ou de répondre au téléphone sans compensation financière.
Mais les plates-formes voient plus loin.
Pour celles qui pratiquaient déjà des téléconsultation prises en charges par des mutuelles et assureurs, la publicité assurée par le gouvernement autour du remboursement de la TC constitue une aubaine. Le grand public, hier encore peu familier de cette forme d’exercice de la médecine, l’a découverte à travers de nombreux reportages. Les appréhensions tombent.
Les plates-formes disposant d’un contingent de médecins partenaires assurant une disponibilité 7/7 sinon 24/24 se considèrent comme des centres de santé virtuels, acceptant des patients qui n’ont pas de médecins traitants ou des MT indisponibles ou ayant besoin de consulter rapidement un spécialiste.
La présence de Livi aux journées des Maisons et pôles de santé à Dijon fin mars ne tient pas tant à la nécessité de recruter de nouveaux médecins pour sa plate-forme que de se faire connaitre en tant qu’acteur de santé public.
A l’heure où les médecins ont souvent bien du mal à se faire remplacer pourquoi ne pas renvoyer leurs patients vers un centre de santé virtuel…où des médecins formés pourront prendre en charge tout ce qui relève de la téléconsultation. C’est-à-dire la plus grosse partie de la demande médicale.
Parallèlement, on assiste à la naissance de cliniques ou cabinet de consultations médicales à distance avec présence d’une infirmière (non encore prise en charge) et de dispositifs médicaux connectés, ce qui élargit le périmètre de la téléconsultation.
Cegedim a ouvert un de ces cabinets en juillet 2018 dans le Loiret. La société Hopimedia, qui en a déjà quatre à son actif en milieu rural, préfère parler de clinique de consultations médicales à distance. Et vient d’en installer une au centre-ville de Nancy avec trois postes de téléconsultation. A titre de test, les patients n’auront rien à débourser.

Des services d’intelligence artificielle.

En accumulant les consultations à distance et des diagnostics structurés par la CIM 10, certaines plates formes disposent déjà d’un savoir-faire important en matière de « colloque singulier » par chat interposé.
Médecin direct va ainsi d’ici la fin de l’année proposer aux praticiens un service d’aide au diagnostic sur abonnement. Ce n’est qu’un début. Dans l’exploitation des données.

7939 actes de téléconsultations remboursés depuis six mois

En attendant le volume des TC reste encore modeste. Le dernier bilan livré par la CNAMTS fait état de 7939 TC remboursées au 7 mars 2019. Mais l’assurance maladie note une tendance à l’accélération puisqu’on est passé de 200 à 700 TC remboursées par semaine. Ce sont les médecins généralistes qui les pratiquent le plus avec 40,2% des actes facturés, suivis par les autres spécialistes (32,2%). Les centres de santé ont généré près d’un cinquième des actes facturés (19,9%) et les établissements de santé le restant (7,7%) en les facturant dans le cadre de consultations externes.

 



Téléconsultation et téléexpertise : les médecins en première ligne

Le LAB’URPS de l’URPS Médecins Ile de France, toujours en pointe sur les nouveautés technologiques a organisé le 14 février une demi-journée de colloque sur « la pratique de la télémédecine en libéral ».

Lydie Canipel, secrétaire générale de la Société Française de Télémédecine (SFT) a detaillé le cadre fixé par l’Assurance Maladie pour les nouveaux actes TC (téléconsultation) et TE (téléexpertise) qui viennent s’ajouter depuis peu aux prises en charge déjà existantes pour la Télésurveillance en équipe de certaines pathologies ainsi que pour la téléassistance. Elle a rappelé quelques grands principes pratiques, avant de se lancer, comme le fait de bénéficier d’un bon réseau, de prévenir son assureur et d’obtenir de son patient qu’il se trouve dans un lieu confidentiel. Une petite documentation pour le patient ne sera pas inutile. L’éligibilité du patient relève de la responsabilité du médecin, qui doit refuser un TC lorsqu’un examen physique est obligatoire et ne doit pas hésiter à l’interrompre, si un besoin présentiel se fait sentir. La HAS s’apprête à sortir un guide complet.
Lydie Canipel a insisté sur la nécessité d’une formation* pour les asêcts législatifs et techniques, mais aussi pour apprendre à s’assurer de la compréhension du patient et, si besoin, à améliorer son écoute. Le médecin s’apercevra très vite que l’on voit mieux les détails à l’écran (on peut zoomer) et que les conditions d’écoute sont meilleures. « Les freins sont dans nos têtes ».

ça va faire bouger les pratiques

Les témoignages de plusieurs médecins qui ont déjà fait des téléconsultations sont plutôt convaincants en termes de gain de temps et de satisfaction des patients. Quand il est difficile de trouver un médecin qui viendra en visite, cela évite les urgences.
« L’examen clinique manque, c’est une limite, souligne le Dr Adrien Naegelen, MG remplaçant à Paris 11ème, mais d’autres informations passent par la vue et le langage ».
Le Dr Julien Carricaburu, de la DDGOS, a clos ce petit colloque par l’histoire de l’avenant 6, suscitant des réactions indignées dans la salle à l’énoncé du montant de la téléexpertise entre médecins qui débute à 12 € !
De toute façon l’accord est évolutif et déjà « ça va faire bouger les pratiques ».

Les quelques 200 participants n’avaient plus qu’à se rendre dans les différents stands des plates-formes de téléconsultation présentes : Consulib, docavenue, doctoconsult, Doctolib, idomed, medvu.fr, Avecmondoc, Safesanté, Psylib
Buzz Médecin ne les a même pas encore toutes rencontrées…

*Ça tombe bien, la SFT en partenariat avec Formatic Santé  organise des formations les 19-20 mars et 16 avril prochains
Renseignements sur https://www.sf-telemed.org



Solution gratuite pour la téléconsultation en Auvergne Rhône Alpes

En région Auvergne Rhône Alpes (Aura), une solution gratuite permet déjà aux médecins faire des téléconsultations (TC), c’est celle du GCS SARA, groupement de coopération sanitaire Santé Auvergne Rhône Alpes. L’URPS médecins et l’ARS ont en effet souhaité mettre à disposition des professionnels de santé de la région des solutions interopérables et accessibles à partir d’un portail unique le portail SISRA qui réunit déjà de nombreuses fonctionnalités tant pour les professionnels que pour les patients. Le Dr Marcel Garrigou-Grandchamp, de l’URPS, en détaille les modalités.

Les prérequis : un PC ou MAC équipé d’un navigateur Firefox ou Chrome et d’une connexion internet avec un débit suffisant et prochainement à partir d’un Smartphone ou d’une tablette.

râce à la plateforme de télé consultation le médecin adresse un lien HTTPS à son patient qui n’a plus qu’à se connecter en direct ou à l’heure précisée pour rejoindre l’espace de télé consultation dans le cadre du parcours de soins et des conditions normales de l’avenant n°6. Nous conseillons aux médecins d’utiliser la TC pour des patients connus, dont ils sont le médecin traitant et en ALD pour permettre un règlement simple en tiers payant intégral par l’assurance maladie. La plateforme proposera bientôt le règlement en ligne par CB.

Le médecin peut adresser une ordonnance en mode sécurisé conforme au RGPD :
- Directement de son logiciel métier au pharmacien désigné par le patient en utilisant l’imprimante virtuelle RSPS (développée par l’URPS médecins AuRA) ou celle de MonSisra (application de messagerie et d’échange de documents développée par le GCS SARA).
- Ou via l’espace sécurisé patient de MyHop accessible par MonSisra La plateforme permet également la télé conférence pour plusieurs professionnels de santé (RCP synchrone non présentielle) et le partage de documents à l’écran.
M.G.G.
https://www.sante-ra.fr/

Voir le PDF complet avec les écrans



Tensiomètre-ECG-stéthoscope : Withings présente le BMP Core couronné d’un award au CES 2019

 Alors que le Consumer Electronic Show de Las Vegas ouvre ses portes au public ce mardi 8, le 6, jour de l’Epiphanie, c’était déjà les Innovation Award, Withings racheté à Nokia par son ex-dirigeant fondateur en …dernier reçoit un Award pour son BMP Core, un tensiomètre connecté qui fait aussi office d’ECG et de stéthoscope pour écouter le son du coeur. Un appareil sophistiqué, le premier à réunir ces trois fonctions, mais simple à utiliser qui se veut un outil de prévention. Dans la foulée Withings a également présenté  Move ECG, une montre analogique (avec aiguille et cadran) capable d’enregistrer un ECG. Avec toujours le même objectif pour ces dispositifs médicaux : la prévention.


Les personnes souffrant d’hypertension artérielle (un Français sur trois) sont souvent invitées à surveiller leur tension régulièrement et font partie des utilisateurs potentiels de tensiomètre connecté. Or, explique Withings dans son communiqué, les études cliniques montrent qu’elles présentent des risques plus élevés de valvulopathie(5% des plus de 65 ans) et de fibrillation auriculaire (1% de la population), pathologies qui peuvent être silencieuses et donc difficilement repérables sans un suivi médical régulier.

Pour Eric Carreel, Président de Withings, « Avec Withings BPM Core nous élargissons la fenêtre temporelle de détection de maladies du cœur fréquentes, pouvant être graves et qui sont malheureusement sous diagnostiquées. Ceci avec un appareil qui peut être utilisé facilement au quotidien chez soi ».

Détection des fibrillations et des valvulopathies
 

withings BMP Core Le Withings BPM Core se présente comme un brassard classique mais doté de capteurs médicaux discrètement intégrés. Il inclut deux électrodes en acier inoxydable situées à l’intérieur du brassard et une sur le tube, ainsi qu’une membrane en silicone abritant le stéthoscope électronique. L’utilisateur n’a qu’à appuyer sur le bouton et effectuer les trois différentes mesures en moins de 90 secondes.
- la tension artérielle est visible sur l’écran LED et les données sont envoyées à l’application Health Mate via Bluetooth ou WiFi
- l’électrocardiogramme sert à détecter la fibrillation auriculaire. Il est réalisé en gardant le brassard dans la partie supérieur du bras et en plaçant l’autre mains sur la bague en acier inoxydable pendant 20 secondes. La détection d’une éventuelle fibrillation auriculaire apparait sur l’écran. Les enregistrements ECG sont conservés dans l’application pour partage avec les médecins.
-  La fonction stéthoscope sert à détecter les valvulopathies.  Ce stéthoscope électronique et son algorithme qui permet d’interpréter le son du coeur ont été développés en partenariat avec l’hôpital Georges Pompidou de Paris (HEGP).
En gardant l’appareil sur la partie supérieure du bras, les utilisateurs placent le capteur sur leur poitrine et la mesure dure environ 20 secondes. La détection ou non d’une valvulopathie est ensuite affichée sur l’écran de l’appareil et dans l’application Health Mate dans laquelle il est également possible d’accéder à ses enregistrements.
Un multifonction tourné vers la prévention et le contrôle.

Montre ECG pour détecter les fibrillations auriculaires


ces-moveecgReprenant le même type de capteur (2 électrodes sous le cadran et une sur le cadre acier), la montre Move ECG va permettre d’enregistrer un  ECG en 30 secondes en exerçant une pression sur les deux côtés du cadran. Le but est de détecter facilement et à tout moment
les fibrillations auriculaires qui peuvent survenir lors de symptômes comme les palpitations.  L’ECG est enregistré dans l’application avec historique, partage etc. La montre assure bien évidemment toutes les fonctions de suivi d’activités et de sommeil…

 

Rechargeable par connexion micro-USB, Withings BPM Core peut tenir jusqu’à six mois, à raison d’une prise de mesure par jour, avec une seule charge. S’il peut effectuer les trois mesures de suivi en une seule fois, il est également possible de ne programmer qu’une seule des mesures souhaitées.  BPM Core fonctionne en WIFI et Bluetooth avec l’application Health Mate (iOS et Android). Prix 249,95 €. commercialisation au 2ème semestre 2019.

Withings Move ECG, 12 mois d’autonomie, Prix 129,95 € commercialisation au 2e trimestre 2019

Les deux objets ont le statut de Dispositif medical en cours d’examen pour le marquage  CE et FDA (US)


 


 

 

 

 




2019, l’année de la montée en charge de la téléconsultation ?

 Après les annonces du 15 septembre dernier, les modalités pratiques de la téléconsultation et de la télé expertise en médecine libérale, se mettent en place. Rappelons que le ministre de la santé s’est fixé comme objectif 500 000 téléconsultations d’ici la fin 2019

Début décembre lors du 11éme congrès de la télémédecine organisé par SFT (Société française de Télémédecine) Telemed (6-7 décembre), a été indiqué le chiffre de 4.000 téléconsultations remboursées par l’Assurance Maladie depuis le 15 septembre. Et l’on pouvait, en s’entretenant d’un stand à l’autre avec des médecins utilisateurs de plates-formes déjà opérationnelles, vérifier que certains avaient fait quelques téléconsultations qui, oui, avaient bien été remboursées, après télétransmission d’une feuille de soins en mode dégradé.

Donc ça marche. Mais il n’y a pas eu de ruée. Ni de la part des patients, ni de celle des médecins. Les résultats d’un sondage effectué de juillet à octobre auprès d’un échantillon représentatif de 8000 personnes*n’ayant à 99% jamais eu recours à une téléconsultation, montrent clairement qu’il fallait s’y attendre. Si 55% des Français pensent savoir de quoi il s’agit, ils ne sont que 17,7% à en avoir une connaissance précise. 3 sondés sur 4 en ont entendu parler par les médias, 8 ;7% par leur complémentaire santé et 5,2% par leur médecin ou leur pharmacien. Certes, 51, 9% se disent prêts à recourir à la télémédecine pour eux plus que pour leurs ascendants (18,6%) ou leur enfants (17,3%), comme s’ils voulaient tester d’abord avant de conseiller. 86,8% veulent bien téléconsulter pour obtenir ou renouveler une ordonnance et 89,6% pour avoir un conseil auprès de « leur » généraliste ; ces chiffres tombent à 66,1% et 57,8% s’il s’agit d’un autre médecin. Même phénomène observé avec les spécialistes. Les freins identifiés : la perte du contact humain (61,1%), l’obtention d’un diagnostic incomplet (57,6%) et l’équipement technologique (42,1%).

Cependant, une enquête de l’ARS Bourgogne France Comté (zone pilote) auprès de patients ayant utilisé la télémédecine, fait apparaitre une grande confiance (96,7%), peu de gêne ressentie dans l’absence de contact physique 79,9%) et 25% de renoncement aux soins évités. Comme quoi, c’est l’inconnu qui suscite des craintes.

Les professionnels de santé ont pour le moment peu informé leurs patients. Et pour cause.  S’il y a eu des effets d’annonce, les offres de plate forme à destination des médecins sont encore en phase de test pour des lancements fin janvier ou février.

 

Les pharmaciens impliqués dans le déploiement des téléconsultations

Pour doper la généralisation de la téléconsultation, l’UNCAM (Union nationale des caisses d’assurance maladie) a signé le 6 décembre avec deux syndicats de pharmaciens un avenant à la convention qui prévoit d’utiliser le réseau officinal et sa proximité d’accès. Les pharmaciens reçevront une aide pour s’équiper en objets connectés (1225 € la première année, puis 350€ les suivantes) ainsi qu’un forfait pour le temps passé en fonction du nombre de téléconsultations (entre 200 et 400€/an).
Le pharmacien doit disposer d’un espace de confidentialité et la prise en charge doit s’effectuer dans le respect du parcours de soins avec recours si possible au médecin traitant. A la demande du médecin, le pharmacien accompagnateur pourra transmettre certaines valeurs (tension par exemple)

La télé expertise précisée

Il manquait encore aussi les modifications de la nomenclature qui va s’appliquer à partir du 10 février 2019 et que l’UNCAM vient de faire publier au Journal Officiel du 16 décembre. La téléconsultation par un médecin généraliste, c’est TCG et par les autres médecins non généralistes TC. La télé expertise par un médecin à la demande d’un confrère, c’est TE1 (12€ niveau 1 et TE2 (20€niveau 2). Entre dans ce cadre l’ancien TDT qui permettait au médecin traitant de transmettre son dossier au médecin de l’EPHAD où entrait son patient. Désormais chaque médecin pratiquant cet entretien téléphonique cotera TE2 et touchera 20€, le requérant comme le requis. Le bilan visuel à distance dans le cadre d’un protocole de délégation entre l’ophtalmologiste et l’orthoptiste, sera codé RNO. La start-up e-ophtalmo, fondée par le Dr Chaker Nefzaoui, lui-même ophtalmologiste est, par exemple, déjà opérationnelle pour le dépistage de la rétinopathie diabétique.
Les lettres clés de la TM, c’est juste un début !

*sondage effectué par Carte blanche partenaire, la SFT, l’université de Montpellier en partenariat avec France Assos Santé et Formatic Santé .



Le recours à la télémédecine peut dégager des économies pour l’Assurance Maladie

356 millions d’euros d’économie par an sur trois pathologies…ce qui couvrent amplement les frais de télésurveillance, de téléconsultation ou de télé expertise. Tels sont les résultats d’une étude IQVIA presentée dans les locaux du LEEM, le syndicat de l’industrie pharmaceutique

Il fallait en avoir le cœur net. Et c’est l’Association des laboratoires japonais présents en France (LaJaPF) qui a décidé de confier à la société IQVIA (nouveau nom du regroupement d’IMS Health et de Quintiles) une étude scientifique sur l’impact de la télémédecine sur les parcours de soins à travers trois exemples : l’HTA, le diabète et le cancer de la prostate.
Pourquoi des laboratoires japonais? Parce qu’explique Patrick Errard président de l’association, d’une part la télémédecine est déjà assez répandue au Japon, d’autre part les laboratoires ne peuvent se désintéresser de cette innovation qui figure en bonne place dans le plan Ma santé 2022 .

Supervisée par l’économiste de la santé Claude Le Pen, conseiller scientifique, cette étude inédite s’est déroulée en deux temps : une synthèse de la littérature (recherche bibliographique) qui a permis de dégager les impacts déjà constatés et un travail épidémiologique en partenariat avec l’université de Lyon à partir de la base EGB (échantillon généraliste des bénéficiaires) de l’Assurance maladie portant sur 727 972 personnes. Pour chacune des pathologies, les investigateurs ont donc identifié la population ciblée, le dispositif de télémédecine à mettre en place , et les impacts attendus.

Dans l’hypertension artérielle (1 633 442 patients), un télé monitoring (2 mesures/jour) en lien avec une plateforme qui relaie les informations, permet d’espérer moins de consultations de médecins et d’infirmières (-63%) et une diminution de la consommation de médicaments (-25%) par un meilleur ajustement du traitement, soit une économie de 197 €/an/patient. L’enveloppe disponible à 50% de cette somme serait de 99 € soit 8€/mois pour le dispositif.

Pour le cancer de la prostate, l’impact est constitué par la suppression des frais de transports et des arrêts de travail qui sont substitués par des consultations paramédicales (+3%) et deux actes de téléconsultation urologue. Qu’il s’agisse de patients ayant subi une prostatectomie de moins de trois mois (6765 patients), ou de patients traités par hormono ou chimiothérapie (41 570 patients), l’enveloppe annuelle dégagée (toujours évaluée à 50% de l’économie potentielle) représente 320 ou 265 € pour financer les deux actes de téléconsultation d’urologue.

Enfin, concernant le diabète de type 2, seule la télé expertise avec un ophtalmologue pour suspicion de rétinopathie diabétique a été retenue (14 955 patients). L’acte de télédiagnostic se substitue à des consultations ophtalmologiques inutiles occasionnant des examens et des transports. D’où une économie de 539 €/an/patient et une enveloppe à 50% de 270 € pour financer le télédiagnostic.

Malgré les limites de cette modélisation, qui ne prend pas en compte le coût de la télémédecine ni ses éventuels bénéfices médicaux et sociaux, Claude Le Pen conclut à son "réel potentiel de contribution à l’efficience du système de soins"
. Les résultats de l’étude ont été adressés à la CNAM et au Ministère de la Santé.

Voir le dossier de presse sur le site du LEEM



Alliance de 3 start-up pour le parcours de soins en cancérologie

 A l’occasion des Rencontres Françaises de la Cancérologie 2018 du 27 au 28 novembre à Paris, Cureety, Doctoconsult et libheros, trois startups complémentaires de l’écosystème eSanté ont annoncé leur alliance pour faciliter le parcours de soins en cancérologie pour le patient mais aussi pour ses proches.

Les solutions développées par ces trois startups sont inter-opérées pour proposer une expertise de pointe gratuite à chaque étape du parcours de soins en oncologie pour le patient,
A partir de la plateforme de Cureety, se trouvent accessibles tous les services connexes de prise en charge des patients atteints de cancer (lien quotidien avec l’hôpital, prise de rendez-vous avec une infirmière à domicile, téléconsultation avec un oncologue). 
Le business model de Cureety repose sur la collecte des données de vie réelles anonymisées qui permettent de réaliser des études en vie réelle complémentaires des études cliniques.  D’où une gratuité totale y compris pour les établissements de soins. Cureety a développé une solution “Digital Therapeutics” qui aide les médecins à optimiser le parcours de soins des patients atteints de cancer. Cette application gratuite de suivi médical à distance s’intègre dans le quotidien des patients et des établissements de santé et permet un suivi affiné des effets secondaires liés aux traitements antitumoraux. Grâce à une classification des patients par ordre de sévérité de leur état de santé, les équipes médicales concentrent leurs efforts sur les patients en ayant le plus besoin, et modulent leurs traitements pro-activement, ce qui permet de limiter les hospitalisations d’urgence.
Précurseur de télémédecine libérale spécialisé dans les consultations médicales en psychiatrie, pédopsychiatrie, addictologie et nutrition, Doctoconsult a été créé par la psychiatre Fanny Jacq, et a été lauréat d’un concours organisé par l’AFSOS pour le lancement de son service de soins oncologiques de support. La pratique de la télémédecine étant désormais ouverte au remboursement par la Sécurité sociale ,le service est aujourd’hui ouvert à tous les médecins libéraux. Doctoconsult vient de lever 2 millions d’euros pour developper des outils de thérapie numérique.
Quant à libheros, c’est le spécialiste de la prise de rendez-vous pour les soins infirmiers et la commande en ligne de matériel médical utile aux soins. Pour les établissements de santé, le service payant « libheros coordinateur » permet d’organiser et de coordonner le retour à domicile du patient en sortie d’hôpital.

Cette approche d’un service gratuit pour les établissements et reposant sur une alliance a suscité l’intérêt d’une trentaine d’établissements publics et de trois groupements de cliniques privées.A suivre.

Trois start up pour l'oncologie



Page 1 / 2112345»...Last »