Bandeau haut impair
Twitter E-mail

HM Conseil

Un peu d'histoire

Ils étaient trois médecins bitterois, deux généralistes et un spécialiste, qui n’ayant pas trouvé de logiciel à leur convenance pour le Mac qu’ils venaient d’acheter, en conçurent un sous Hypercard. D’où le nom d’HyperMed donné à leur création qui gagne le trophée Apple en 1988.
La société Alternative Soft est créée en 1991 et s’installe à Colombiers dans la banlieue de Béziers, là où se trouve le cabinet du Dr Almanza. En 1995, le logiciel migre sous 4D ce qui lui permet d’être désormais disponible et en réseau sous les deux plates-formes Mac et PC.
Des fondateurs, il ne reste aujourd’hui que le Dr Michel Almanza, qui a été rejoint par Gérard Quesada, pharmacien, ancien de la SEMP, en 2005. Alternative Soft est alors recapitalisée et devient HM Conseil.

En chiffres

La SARL emploie sept salariés et trois consultants externes. Elle réalise un chiffre d’affaires de 800.000 euros HT avec une croissance annuelle de 8%, rapporte Gérard Quesada.
HM Conseil compte environ 2.500 médecins utilisateurs actifs, un chiffre relativement stable et trouve désormais sa marge de croissance en équipant des cabinets de groupes et des petites structures, maisons médicales ou SEL.
(09/05/2012)

Logiciel édité :

 

21 avr 2012
Une réponse à HM Conseil
  1. Bonjour,
    si vous êtes satisfait du logiciel hypermed ce qui suit ne vous concerne pas mais si vous aviez l’intention d’évoluer vers un logiciel innovant alors mon aventure peut vous intéresser! En effet, d’après la société HM conseil, quitter hypermed peut vous exposer à des poursuites judiciaires. Comme certains de nos confrères du Gard, de l’ Hérault et de la région Parisienne, j’ai souhaité résilier mon abonnement, ce que j’ai fait avec un préavis de trois mois.  J’ai reçu une lettre m’informant que si je quittais hypermed sans leur racheter mes données médicales (ils vendent l’export), je pouvais être poursuivi pour vol devant un tribunal pénal (cela après m’avoir envoyé un huissier pour constater la preuve du « vol » de mes dossiers médicaux et leurs utilisation dans un nouveau logiciel) …Il parait que c’est de la « rétroingéniérie » avec export illégal (selon HM conseil) des données. J’ai fait le choix de ne pas céder à leurs menaces, je fais suivre ce dossier par le conseil national de l’ordre, la CNIL et la DGCCRF…car ce n’est pas des façons de traiter les médecins. La guerre commerciale que se livrent les éditeurs de logiciels ne nous concerne pas et nous devons rester libres de nos choix. Bon courage à vous tous, restez libres de vos choix …
    (médecin, ancien utilisateur)


[top]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>