Twitter E-mail

Maidis

Un peu d’histoire

Comment une plate-forme communicante utilisée par le système bancaire pour les transactions boursières a-t-elle fini par mettre sa technologie au service de la santé ? Il aura fallu toute l’obstination de Wagdy Zahran et sa force de conviction auprès de différents investisseurs pour réussir ce pari. C’est ainsi que le groupe japonais CSK créée en 1999, une filiale française spécialisée dans la santé, CSK Santé pour diffuser la plate-forme AMIES . Le mot communicant ne fait pas encore vraiment partie du vocabulaire des médecins informatisés. Pour les conquérir, CSK va racheter en 2000 le logiciel Easyprat de la société Biostat fondée par le Dr Hervé Laurent, qui équipe plusieurs milliers de médecins. L’idée est de les faire migrer vers le nouveau logiciel. Ce qui se révèle difficile : les utilisateurs sont déroutés.
CSK finit par jeter l’éponge, et CSK Santé devient en 2003 Maidis et rejoint le groupe français UUDS spécialisé dans les solutions d’hygiène pour les transports et l’immobilier. Maidis développe une version V9 d’Easyprat qui utilise sa plate-forme communicante (aujourd’hui renommée Maidina).Mais seule la moitié des utilisateurs de l’ancien Easyprat ont suivi. La société remporte heureusement quelque succès sur le marché des centres de santé.
Dernier épisode, le groupe international EAI (Emirates Advanced Investment) entre en 2008 dans le capital de Maidis après que Maidis a remporté en 2007 un appel d’offres pour équiper les systèmes d’information des hôpitaux militaire d’Abu Dhabi. Un joint venture, Maidis International, domicilié à Abu Dhabi, réunit les deux entités : EAI et Maidis. En 2009, un nouveau marché est remporté pour équiper la clinique Oasis à Al Ain toujours dans les Emirats. Un partenariat a été noué avec GE pour la radiologie et Maidis a racheté Jade pour la gestion des laboratoires. « Nous avons du travail pour dix ans », estime Wagdy Zahran qui tient toujours les rennes de Maidis.

En chiffres

Une centaine de collaborateurs répartis sur 4 site s : Chatou (32 personnes), Lyon, Abu Dhabi et Al Ain. Un tiers des effectifs est affecté à la recherche et au développement. 60 personnes de 16 nationalités travaillent dans les Emirats (50 sites à équiper dont des dispensaires et unités de soins et dix hôpitaux)
Environ 5000 professionnels de santé ou administratifs de la santé équipés, selon l’éditeur, dont 2000 médecins. 160 centres de santé sont équipés de ses solutions. Le chiffre d’affaire a explosé du fait de l’important marché des Émirats : 14 millions d’euros en 2011

(11/06/2012)

 

Logiciel édité :

Page mise à jour le 30 juin 2012

21 avr 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>