Twitter E-mail

 

iHealth CadioLab : Un mini bilan cardio-vasculaire en 3 mn

En partant de la mesure de la pression artérielle au bras et à la cheville un logiciel, associé à deux brassards, fournit une image de l’état cardiovasculaire des patients. C’est non invasif, rapide, n’engage pas de dépenses et apparemment fiable. Découverte du Cardiolab, système de monitorage de tension artérielle sans fil iHealth composé de deux tensiomètre sans fil BP5.

 

 
Qu’est-ce que cette boîte ? A quoi ça sert ? Voici ce qui vient à l’esprit devant le coffret du « système de monitorage de tension artérielle sans fil » iHealth ou « iHealth BP5 ». D’autant que le terme monitorage évoque plus le holter tensionnel qu’autre chose …

 

 

 

 

En fait, et pour ne pas faire durer le suspense plus longtemps, ce
« système », baptisé également CardioLab, offre au praticien en moins de 3 minutes un reflet de l’état de santé cardiovasculaire de son patient. Par le biais de deux tensiomètres oscillométriques, placés l’un au bras, l’autre à la cheville, il donne bien sûr pression artérielle et fréquence cardiaque, mais aussi index de pression systolique, pression pulsée, pression artérielle moyenne, débit cardiaque et volume systolique.
Il faut en effet se souvenir, ou découvrir, que ces cinq derniers paramètres sont accessibles par le calcul dès lors que l’on dispose des pressions artérielles prises au bras et à la jambe ainsi que de la fréquence cardiaque. Le logiciel réalise en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire ces diverses opérations. A la manière des ordinateurs au cabinet qui, partant de la taille et du poids, donnent l’indice de masse corporelle.

 

Quels sont ces paramètres ?

L’écran de l’iPad auquel sont connectés les deux brassards donne :
- L’index de pression systolique ou ABI. En comparant la pression artérielle aux deux membres il indique un risque de maladie artérielle périphérique, dès lors qu’il est inférieur à 0.96
- La pression artérielle moyenne ou MAP, qui donne une idée de la pression sanguine théorique qui s’exercerait en permanence sur les parois artérielles si le débit sanguin était constant et non pulsatile.
- La pression pulsée ou PP qui doit se situer entre 40 et 60 mm Hg chez un adulte sain. Son élévation est considérée comme un élément prédictif de la mortalité cardio-vasculaire.
- Le volume d’éjection systolique ou S/V se situe normalement vers 70 ml pour atteindre 150 chez un sportif à l’effort. C’est donc une baisse du volume éjecté à chaque systole qui constitue ici le facteur péjoratif.
- Le débit cardiaque ou C/O, enfin, volume sanguin éjecté par minute se situe aux alentours de 5 l/min. Il s’élève avec l’effort pour atteindre 30 à 40 chez le sportif entraîné.
Une fois ces données chiffrées acquises, le praticien dispose d’une image suffisamment précise de l’état cardio-vasculaire pour demander un bilan cardiologique ou effectuer un suivi chiffré chez un patient déjà sous traitement.

L’utilisation en pratique

Le système doit être couplé à un iPad (2e ou 3e génération) ou à un mini iPad . Le logiciel gratuit iHealth Pro est disponible sur l’Appstore. Son installation est simplissime de même que la connexion Bluetooth, avec les deux tensiomètres, (chargés au préalable via une prise USB).

 

Voir la galerie en fin d'article pour des écrans plus grands

Les brassards sont connectés, nous sommes déjà prêts à intervenir… mais la suite ne sera pas aussi simple. La faute en revenant essentiellement à un logiciel en anglais et à l’utilisation d’abréviations, par exemple la TA devient BP pour blood pressure.

Très aisément le dossier d’un patient est créé en appuyant sur « select patient », puis sur « add » (ajouter). Ensuite un appui sur « save » crée le dossier et ramène à la liste des patients.

 

 

 

 

 

On peut alors poser les deux brassards. Le rouge est destiné à la cheville, boîtier orienté vers l’extérieur. Une pression sur le nom du patient amène à la page des mesures. En bas de l’écran la case « BP » (TA) est assombrie, une pression sur « start » et la pression artérielle est prise ainsi que le pouls. Puis une pression sur « ABI » fait gonfler les deux brassards pour offrir le calcul du risque du patient. Toutes les autres fonctions proposées au bas de l’écran ne sont pas actives (SPO2, scale et BG). Elles utilisent d'autres appareils iHealth (Oxymètre de pouls sans fil pour la SPO2, balance, glucomètre, tensiomètre)

 

 

 

Quelle est la validité du système ?

Le CardioLab parait trop beau pour être vrai.  Mais c'est un appareil médical, héritier connecté d'un vieux principe de mesure bien connu.  Lors de sa présentation dans plusieurs salons spécialisés, il a suscité un grand intérêt de la part des cardiologues notamment. Les deux tensiomètres oscillométriques BP 5 sont des appareils agréés. Les mesures de pression artérielle et de rythme cardiaque sont donc valides. Toutes les autres données chiffrées sont issues de l’application de règles mathématiques sur ces mesures objectives, règles mathématiques connues et reconnues par les cardiologues. Lancé depuis le mois de juillet 2015 auprès des médecins généralistes, iHealth présente le CardioLab comme un "système de diagnostic connecté pour le dépistage précoce des maladies artérielles périphériques", un moyen simple, précis et efficace de calculer les risques d'AOMI, d'AVC ou d'infarctus lors d'un examen médical de routine.
La mesure de l’Index de Pression Systolique (IPS) dans le cadre de la prévention des artériopathies "est le meilleur prédicteur de morbidité cardiovasculaire" assure son concepteur, Uwe Diegel, CEO de iHealthLabs Europe. Mais cette mesure était jusqu'ici peu pratiquée car très longue à prendre. CardioLab la calcule en moins de deux minutes.

 

Dr G.B.

Voir la galerie des écrans

Prix et disponibilité

iHealth CardioLab est un  dispositif médical de classe IIa, réglementé par le marquage CE 0197. Il est vendu 599,95 € sur le site iHealthPro
L'application iHealth Pro pour iPad est disponible sur l'AppStore.  C'est un dispositif médical de classe I réglementé par le marquage CE 0197

 

 

 

17 déc 2013

Test CardioLab iHealth

5 commentaires
5 réponses à Test CardioLab iHealth
  1. Je l’utilise déjà. J’ai trouvé un défaut de conception en ce qui concerne le brassard pour la jambe, il est fait pour une forme cylindrique et pas conique, il reste souvent un espace vide car il est difficile de le plaquer au tiers inférieur de la jambe, il aurait du être comme les brassards classiques, sans la boucle métallique. Il est possible que ce défaut fausse le résultat.
    J’espère que ce problème sera corrigé rapidement et qu’on pourra en bénéficier en tant que premiers utilisateurs.
    E.Vasquez
    Médecin vasculaire

  2. Et si on n’a pas d’ipad, on fait comment ?

    • Si on n’a pas d’iPad on ne l’achète pas…Ce dispositif fonctionne avec un iPad pour le moment. Il y aura sûrement des développements ultérieurs sur tablette android.

  3. Bonsoir,

    Je m’excuse d’avance de mon Français un peu rudimentaire, mais le Français n’est pas ma première langue.
    Merci pour cette revue compréhensive. Pour votre information l’App iHealth Pro sera disponible en Français à partir de Février.
    Quand j’ai créé cet appareil, je l’ai fais pour des raisons très spécifiques.

    L’importance clinique de l’identification précoce des maladies artérielles périphériques comme manifestation de la maladie athérothrombotique généralisée a été de plus en plus reconnue dans ces dernières années: la présence de maladies artérielles périphériques est un puissant facteur prédictif de futurs événements cardiovasculaires et cérébrovasculaires et de l’augmentation de la mortalité.

    L’index de pression systolique cheville/bras (IPS) propose une méthode simple et efficace pour documenter objectivement l’état fonctionnel de la circulation dans les membres inférieurs et donc pour le diagnostic de maladies artérielles périphériques dans les extrémités inférieures.
    Cependant, il y a beaucoup de confusion dans le secteur médical au sujet de la procédure appropriée pour la mesure de l’IPS (indes de pression systolique cheville/bras). Lors de la mesure de l’IPS avec un Doppler, doit-on utiliser l’artère tibiale postérieure ou l’artère tibiale antérieure? Et que dire de la pédieuse? Les spécialistes vasculaires semblent utiliser la plus faible des 3 valeurs dans leurs calculs, les cardiologues semblent utiliser la plus haute et les généralistes utilisent la plus facile. Quelle est la procédure exacte? La réponse: il n’y en a pas, car la technique n’a pas encore été vraiment définie.
    Alors que de «meilleurs» résultats (meilleurs parce que l’on trouve plus de maladies artérielles périphériques) sont obtenus en utilisant la plus basse des 3 systoles (entre l’artère tibiale postérieure, l’artère tibiale antérieure ou la pédieuse), ceci ne traite pas le problème principal, qui est que pour le moment tous les généralistes et cardiologues font cette mesure de manière différente et qu’il n’ya donc pas de parité dans les résultats d’un médecin à l’autre.
    C’est ici que réside l’intérêt de l’introduction d’un système de mesure oscillométrique de l’IPS, parce que même si l’appareil oscillométrique mesure les systoles les plus élevées (entre l’artère tibiale postérieure, l’artère tibiale antérieure et la dorsale), il a un avantage indéniable en ce qu’il normalise la méthode et rend la mesure de l’IPS accessible à tous les médecins. Un dispositif de mesure oscillométrique de l’IPS permet la mesure de l’IPS en 3 minutes, avec très peu de marge pour des erreurs de manipulation et est facile à réaliser avec une formation minimum. Il devrait être utilisé comme outil de prévention par les généralistes.
    Cela aurait un impact énorme sur la santé vasculaire des patients car il permettrait à de nombreux cas de maladies artérielles périphériques d’être détectés avant qu’il ne soit trop tard et que le patient ne doive voir un spécialiste vasculaire.

    Uwe DIEGEL
    iHealth

    • Bonjour
      je vous contacte tardivement car j’avais laissé le soin du contact des sponsorts à une personne qui vient de me prévenir de son maigre résultat .
      votre produit me parait extrêmement interessant à montrer lors de notre congrès qui se tient à Marseille les 10 et 11 octobre
      vous pouvez me contacter au 0660620067
      bien cordialement.
      Dr Jean-Paul Hamon


[top]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>